Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/04/2011

Des plans sur la comète...

écriture, textes originaux, angleterre, londres, actu, actualité 2 décembre

Mardi j'ai essayé de joindre Victoria sur son portable. Elle n'a pas répondu. J'ai appelé une seconde fois pour entendre le son de sa voix sur le répondeur. Elle m'avait donné son numéro lors de notre première rencontre dans le hall de l'immeuble. Ce soir-là je rentrais d'une dédicace. Elle avait terminé le boulot assez tard car la Une avait changé au dernier moment. Mon coeur était tout chaviré. J'aurais donné une montagne d'or pour que l'ascenseur ne s'arrête pas avant le 7ème ciel! Mais Victoria avait appuyé sur le bouton du 4ème étage avec son index droit. Je remarquais alors ses doigts longs et fins. Si elle ne m'avait pas dit qu'elle était journaliste je l'aurais imaginée pianiste, fleur du désir de quelques mélomanes à travers le monde.

8 décembre

Il a neigé cette nuit. Ce matin la voiture était recouverte de 10cm de poudreuse. J'ai pris le métro pour porter mon manuscrit à John; huit nouvelles qui devraient être publiées sous le titre "Les saisons du coeur". En partant j'ai croisé Victoria. Elle s'en allait à pied. Je crois que sa voiture a refusé de démarrer.

En passant à côté du Moon Palace je me suis dit qu'un jour j'y emmènerai Victoria. Je lui ferai goûter le "duvet du dragon", un cocktail à base de sirop de cerise et de saké en espérant qu'il se transforme en élixir d'amour.

Parfois je voudrais être maharadjah pour la couvrir de bijoux ou marin de haute mer pour voyager avec elle jusqu'au bout du monde. Nous affronterions vents et marées semblables à cent guerriers!

C'est ce qui s'appelle "to fall in love". Moi, le vieux célibataire endurci, amoureux?! Aimable et douce Victoria... Jamais de déception avec elle, jamais un mot de trop. C'est ma jolie fée aux yeux verts, charmeuse au sourire espiègle. Elle est l'objet de mes pensées, la source de mon inspiration.

12 décembre

Il faut que j'arrête de tirer des plans sur la comète. Victoria est rentrée avec un homme samedi. Je les ai croisés dans le hall. Un type grisonnant aux yeux marrons, bronzé comme un pain d'épice, maigrichon. Il a une tête de dom Juan. Un collègue de bureau? Un petit ami? Mon coeur s'est froissé. J'ai ressenti un pincement qui m'a tiraillé toute la soirée et je n'ai pas fermé l'oeil de la nuit. Mais qu'est-ce que j'espérais planqué dans mon appart à rêver qu'elle s'intéresse à moi sans rien faire pour? Et si j'allais sonner chez elle pour l'inviter à boire un verre, histoire d'occuper le terrain? J'en saurai peut-être un peu plus sur sa visite de samedi...

Ce texte a été rédigé dans le cadre de l'atelier de Skriban. L'exercice consistait à utiliser dix noms de thés de Mariage Frères sur quinze proposés. Le texte n'est pas libre de droits. La photo non plus.

Les commentaires sont fermés.