Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/01/2012

Accident ou malveillance?

Victoria n'avait pas eu une minute à elle depuis son retour. A peine rentrée elle était partie en catastrophe à Bristol. Bernard Chestterfield, un éminent professeur de l'université d'Oxford était mort lors d'un "bungee jump" et tout le campus était sous le choc. Son corps s'était écrasé sur les rochers. Victoria avait réussi à accéder à la nacelle installée sur le pont Clifton grâce au concours de l'inspecteur Peterson qui avait fait jouer ses relations. Puis elle avait interviewé le doyen de la faculté de Physique pour en savoir un peu plus sur le professeur. Le doyen, vêtu d'une blouse à la couleur délavée, n'avait pas tari d'éloges sur Chestterfield, tout comme les élèves qui suivaient ses cours. Il était l'auteur de plusieurs théories. Celle qui l'avait fait connaître, l'orthodromie - ce qu'on appelle "la distance à vol d'oiseau" - était une pépite. De même son essai sur les graphes lui avait valu plusieurs récompenses.

La famille avait donné son assentiment pour la publication de photos du défunt. Tout semblait dire qu'il s'agissait d'un accident mais une enquête avait été ouverte. Un personnage aussi éminent suscitait peut-être quelques jalousies à l'université. Scotland Yard ne négligeait aucun indice. Bien que vérifiés régulièrement, l'élastique, ainsi que les harnais, avaient été saisis pour examens approfondis en laboratoire.

Victoria était revenue à Londres le surlendemain, complètement exténuée. Elle avait pris un train de nuit après avoir avalé une galette dans un pub de la gare Temple Meads. Mais elle n'avait pas dormi, scrutant successivement l'obscurité et les lumières des bourgades que la locomotive traversait. C'était une nuit sans brouillard. Des milliers d'étoiles illuminaient le ciel. Elle retrouva dans son sac, outre les clés de son appartement et le guide sur la ville de Bristol, le dernier livre de Peter avec cette belle dédicace qu'elle aimait relire: "Les saisons passent mais à tes côtés mon coeur ne connaît que l'été." 

Après ce reportage mené tambour battant, Victoria avait trouvé un peu de réconfort auprès de Peter. Il l'avait emmenée au zoo après la relève de la garde à Buckingham qui s'était déroulée dans un joyeux tintamarre. Ils avaient passé un long moment à observer les éléphants et avaient pensé que ces pauvres bêtes seraient peut-être plus à l'aise dans leur milieu naturel. Puis ils avaient pensé aux braconniers et s'était dit que les pachydermes étaient sûrement plus en sécurité dans ce zoo...

Le soir ils étaient allés au Curzon Mayfair Cinema en passant par l'extrème est du Serpentine pour jeter un oeil aux aménagements effectués près de la cascade. Victoria avait reçu à la rédaction deux places pour "The iron Lady", un film sur la vie et la carrière de Margaret Thatcher. Un film intéressant mais qui n'était pas du goût de tous les britanniques, choqués qu'on puisse montrer les faiblesses de l'âge.

La nuit avait été câline. Peter était un amant exceptionnel. Victoria aimait sa sensualité. L'ivresse de ses baisers lui faisait oublier ceux qui l'avaient tenue un jour dans leurs bras. Elle se dit qu'ils devraient se retrouver plus souvent entre des draps. Cela faisait partie des résolutions à prendre pour cette nouvelle année. Cette histoire relevait du conte de fées. Un bonheur impensable qu'elle avait peur de voir s'envoler...

Ce texte a été rédigé pour l'édition 51 du jeu Des mots, une histoire, initié par Olivia. 22 mots imposés. Ce texte n'est pas libre de droits. La photo non plus.

P1040170 La plume Text Or.jpg

Commentaires

Ah, je n'aime pas trop qu'on me pose se genre de question, mais avec ton texte, je ne peux m'empêcher de le faire moi-même: quelle est la part autobiographique?

Écrit par : Marc | 13/01/2012

Comme beaucoup d'écrivains, je laisse les lecteurs imaginer ce qu'ils veulent... D'après toi, quelle est la part autobiographique?

Écrit par : La Plume et la Page | 14/01/2012

Bonne résolution ! ;-) (Comment ça, je ne retiens que ça de ton texte ? ^^)

Écrit par : Olivia | 13/01/2012

Mais tu retiens ce que tu veux du texte... (C'est une bonne résolution, non?)

Écrit par : La Plume et la Page | 14/01/2012

J'imagine qu'on aura la réponse à la question un peu plus tard... Ce qui est rassurant, c'est que Peter semble, lui, très bienveillant en tout cas! ;-)

Écrit par : Gwenaëlle | 13/01/2012

Oui, Peter est bienveillant. Peut-être un peu trop parfois...

Écrit par : La Plume et la Page | 14/01/2012

Le reportage de Victoria est intéressant. :-) Va-t-elle mener une enquête plus approfondie ? :-)

Écrit par : ceriat | 13/01/2012

Elle va suivre de près l'enquête de Scotland Yard et écouter avec attention les conclusions de la police sur cette sombre affaire!

Écrit par : La Plume et la Page | 14/01/2012

So british. Quelle ambiance, quels détails. On reste sur sa faim tant on se laisse partir dans ton texte !

Coincoins pas revenus

Écrit par : elcanardo | 13/01/2012

Comment, on reste sur sa faim? Qu'aurais-tu voulu que je développe davantage? (Tu sais parfois il faut savoir ne pas trop en dire...)

Écrit par : La Plume et la Page | 14/01/2012

Nous voilà plongé dans l'univers britannique...le texte ce déroule comme la locomotive de ce train...
Bonne fin de semaine
@mitié

Écrit par : covix | 14/01/2012

Ce que tu écris me rassure. La preuve que je peux rédiger un texte cohérent qui a un début et une fin!

Écrit par : La Plume et la Page | 14/01/2012

Jolie dédicace que celle de Peter :-)

Écrit par : Valentyne | 14/01/2012

Oui, il y a des livres et des dédicaces que l'on reçoit avec plaisir... Victoria est une sacrée chanceuse!

Écrit par : La Plume et la Page | 14/01/2012

Délicat le Sir Peter. Texte rempli de petits détails forts délicats.

Écrit par : Zoé | 14/01/2012

Surtout que les hommes délicats sont de plus en plus rares!

Écrit par : La Plume et la Page | 14/01/2012

J'aime cette ambiance british!!! :-)

Écrit par : Little Cat | 14/01/2012

C'est incomparable à la vie en France!

Écrit par : La Plume et la Page | 14/01/2012

4 étés dans l'année, ça me va !
What else ? ! j'adore ton ambiance et j'attends la suite de ton histoire

Écrit par : Soène | 15/01/2012

La suite de l'histoire dépend de beaucoup de choses... Mais j'espère pouvoir la rédiger prochainement!

Écrit par : La Plume et la Page | 15/01/2012

Moi je n'ai pas eu le temps de peaufiner mon texte la semaine dernière, résultat il va falloir que je le remanie en enlevant les mots imposés, un de ces jours... J'aime beaucoup ton style, j'aime bien aussi les fins ouvertes, s'il y a une suite tant mieux (pas cette semaine visiblement^^) et je pense que la part autobiographique qui semble en intéresser beaucoup est concentrée dans le dernier paragraphe, mais bon ! Ce que j'en dis, hein :)

Écrit par : Asphodèle | 20/01/2012

J'écris des suites qui n'en sont pas vraiment. Mes personnages vivent de nouvelles aventures...
Effectivement le dernier paragraphe a intrigué beaucoup de lecteurs mais je ne peux vraiment pas donner plus de précisions.

Écrit par : La Plume et la Page | 21/01/2012

Les commentaires sont fermés.