Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/05/2012

Tiraillée entre les deux

Luc avait joué les candides quand Maria lui avait annoncé que Victoria était partie. Mais au fond de lui, il se doutait que les choses ne pouvaient pas rester en l'état. Victoria était tiraillée entre Jean et lui. L'amant officiel et l'amant caché. Elle avait essayé de canaliser son inclination mais il n'y avait pas de remède, pas d'antidote. Elle aimait les deux hommes. Plutôt que de les faire souffrir elle avait choisi de s'éloigner, de prendre le large. C'était bien son genre.

La première fois qu'il l'avait vue c'était un jour d'orage. Les cieux étaient en colère. Un véritable déluge s'abattait sur l'île. Parti en promenade à bicyclette il avait été obligé de se réfugier à la librairie du Vieil. Elle aussi avait écourté sa balade à vélo et était entrée dans le magasin. Ses cheveux étaient trempés, ses joues rosies par la pluie, et son sourire craquant. Elle portait ce jour-là une jupe au-dessus du genou qui modelait divinement sa silhouette. Elle avait des fesses rebondies et des hanches de madonne. Il avait prié pour qu'elle ne s'aperçoive pas de son début de calvitie, ou du moins pas avant qu'ils aient échangé leurs numéros de téléphone. Puis les nuages s'étaient écartés pour laisser place au soleil. Avant de ressortir de la boutique il avait acheté un briquet pour allumer l'amadou dans la cheminée et un calendrier qu'il avait conservé dans ses archives.

Il l'avait appelée le surlendemain et était resté la langue pendue au téléphone pendant une heure. Pas besoin de déclamer de quatrains pour la séduire, ni d'être burlesque ou bien de raconter des histoires hallucinantes. Il lui avait parlé simplement de tout et de rien. Au bout de la conversation la promesse d'un rendez-vous qui ressemblait déjà à une caresse. A faire les cent pas l'oreille collée au téléphone cellulaire il avait failli écraser un moustique qui courait sur la mousse du pin qui ombrageait le jardin. 

Le rendez-vous était fixé au lundi suivant. Avant de rentrer dans la maison il était allé jusqu'au bord de l'eau. La mer était calme et il n'y avait pas un nuage à l'horizon.  

Texte rédigé pour l'édition 66 du jeu Des mots, une histoire initié par Olivia. Il n'est pas libre de droits, la photo non plus.

écriture,textes originaux,littérature,vendée,actu,actualité

Commentaires

Victoria est certainement du signe des Gémeaux ;-)

Écrit par : Oncle Dan | 26/05/2012

Elle est d'un signe double, ça c'est certain!

Écrit par : La Plume et la Page | 30/05/2012

Entre les deux son cœur balance :-)
j'ai aimé : "Au bout de la conversation, la promesse d' un rendez vous qui ressemblait à une caresse"

Écrit par : Valentyne | 26/05/2012

Jamais facile de faire des choix, et là elle n'avait visiblement pas envie de choisir entre les deux...

Écrit par : La Plume et la Page | 30/05/2012

Eternel mythe de Jules et Jim.Et encore un briquet à l'amadou.Souvent un début de calvitie aussi.Et quant à s'abriter ches Des mots,une histoire c'est plus en librairie qu'en charcuterie.Sympas les amours de Victoria et les éclaircies après la pluie.A bientôt.

Écrit par : Eeguab | 26/05/2012

Sympas ses amours mais un peu compliquées, non?

Écrit par : La Plume et la Page | 30/05/2012

J'aime beaucoup cet univers ... " je ne vois aimais qu'à deux, je vous aime adieu"...ton texte me rappelle une chanson.
Parfois difficile d'y voir clair...

Écrit par : MTG | 27/05/2012

Pas facile d'y voir clair et Victoria préfère la fuite plutôt que de choisir entre Jean et Luc.

Écrit par : La Plume et la Page | 30/05/2012

Quelle drôle d'histoire. Partir... du coup Victoria a perdu ses deux amants... Deux amants, tout d'même, ça ne se fait pas, il me semble ! lol !
Et ton Luc, il s'en fiche ?...
Bonne semaine et bises d'O.

Écrit par : Soène | 28/05/2012

Luc est plus lucide que Jean dont il connait l'existence. En revanche Jean ne comprend pas pourquoi elle est partie sans rien dire...
Je crois que Victoria se fiche un peu de ce qui se fait ou pas. Elle a envie de vivre comme bon lui semble, de ne pas trop se prendre la tête même si, j'en conviens, certaines situations peuvent être difficiles pour les autres...

Écrit par : La Plume et la Page | 30/05/2012

Eh bien moi j'aime ces dualités qui arrivent aussi dans la vraie vie ! Qu'y a-t-il de scandaleux à aimer deux hommes en même temps, ça arrive bien souvent aux mâles, et la femme est un homme comme tout le monde ! Très joli texte ! ;)

Écrit par : Asphodèle | 30/05/2012

Au moins quelqu'un qui comprend Victoria. Non mais c'est vrai, qu'y a-t-il de mal pour une femme à aimer deux hommes alors que beaucoup d'hommes aiment deux femmes?

Écrit par : La Plume et la Page | 30/05/2012

Joli texte (tenté je suis de dire "comme à l'accoutumée") ... Belles émotions d'une rencontre et de l'attente qui en découle ! Et ouf, le moustique est sauf ! ;-)

Coincoins en duel

Écrit par : elcanardo | 31/05/2012

Le moustique a eu très chaud!

Écrit par : La Plume et la Page | 02/06/2012

Les commentaires sont fermés.