Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/09/2012

La morsure de la sauce...

Victoria regardait son assiette avec intérêt et se demandait ce qu'elle avait commandé au juste. Elle n'avait pas bien compris les explications sur la carte et regrettait presque d'avoir accepté de dîner dans ce restaurant indien de Gloucester Road. Un médaillon de viande nageait dans une sauce brune qui s'attaquait peu à peu à la montagne de riz disposée d'un côté de l'assiette. Pourquoi n'avait-elle pas choisi ce nouvel établissement spécialisé dans les verrines qui aurait été par ailleurs sans danger pour sa ligne... Ce concept de repas "verrines" était le fruit de l'imagination d'un jeune chef du sud de Londres dont tout le monde disait du bien. Victoria aurait donné cher, à cet instant précis, pour de la cuisine anglaise.

Elle inspecta les aliments du bout de sa fourchette comme si elle tenait des pincettes. La viande semblait moelleuse mais lorsqu'elle en goûta en morceau la sauce, relevée au possible, lui fit venir les larmes aux yeux. La morsure était telle qu'elle faillit se trouver mal. Elle avait choisi ce plat comme elle aurait joué à la roulette russe et elle n'avait pas eu de chance.

Ce repas coûterait vraisemblablement une bagatelle mais elle n'aimait pas gaspiller la nourriture et se morfondait à l'idée de laisser penser à ces Indiens en exil qu'elle n'appréciait pas leur cuisine. Elle expliqua au serveur sur un ton désolé que la sauce était beaucoup trop relevée pour elle. Il débarrassa sans broncher et dès que Peter eut fini son assiette ils partirent très vite.

Tous les deux étaient chaussés de tennis et décidèrent de rentrer à pied. Ils s'arrêtèrent un long moment devant les grilles de Kensington Palace pour admirer les rangées d'hortensias que Victoria qualifia d'immangeables au lieu de remarquables. Un lapsus qui en disait long sur sa déconvenue au restaurant et son état de fatigue. Elle ne fit pas vraiment attention à ce que Peter lui raconta pendant le trajet. Il avait disserté sur l'amour passionnel et les relations fusionnelles. Tout ce que Victoria détestait en gros dans une relation amoureuse.

Ce texte a été rédigé pour l'édition 73 du jeu Des mots, une histoire initié par Olivia. Il n'est pas libre de droits, la photo non plus.

textes originaux,écriture,londres,littérature,actu,actualité

Commentaires

Il a l'air bon, ton plat !

Écrit par : Olivia | 15/09/2012

Un plat délicieux préparé par un cuisinier allemand mais je n'ai pas pu finir le chutney de mangue... Too spicy!

Écrit par : La Plume et la Page | 17/09/2012

Je retrouve avec plaisir tes personnages :-)
il est très bien intégré ton lapsus :-)
Ah l'amour passionnel et fusionnel ..... Je suis bien d'accord avec Victoria
Bon dimanche :-)

Écrit par : Valentyne | 16/09/2012

Oui, j'essaie de me remettre un peu à l'écriture. On avait quitté Peter et Victoria en juillet, il me semblait que le moment était venu de les faire réapparaître.

Écrit par : La Plume et la Page | 17/09/2012

Pour répondre à la question de ton commentaire sur mon blog, non Marianne ne sera pas assassinée par son mari... la suite est d'ailleurs en ligne...
Amicalement
Violette

Écrit par : Dame mauve-ara | 19/09/2012

J'ai lu la suite et c'est une triste fin pour Marianne...

Écrit par : La Plume et la Page | 25/09/2012

Tes personnages attachants m'ont manqué. :D J'aime beaucoup cette découverte de nouvelles saveurs. :D Mais, tu as raison, rien ne vaut un bon "fish and chips". ;-)

Écrit par : ceriat | 23/09/2012

Moins risqué en tout cas...

Écrit par : La Plume et la Page | 25/09/2012

Les commentaires sont fermés.