Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/03/2017

Drôle de rêve

Cela commençait toujours de la même façon: une petite fille aux traits asiatiques et une biche qui lui léchait les doigts. Sarah l'avait rêvé cent fois. Elle appréhendait de plus en plus le moment de se mettre au lit. Elle avait peur d'être réveillée par les cris. Ses propres hurlements en fait.

La scène se déroulait au milieu d'une clairière. L'enfant, assise sur une grosse pierre, semblait avoir apprivoisé l'animal. Puis, arrivait d'autres biches, des cerfs, et par un inexplicable enchantement de gigantesques incisives poussaient sur les mâchoires des bêtes. La petite fille était dévorée après avoir été déchiquetée comme une vulgaire poupée de chiffon. Sarah se débattait dans son lit en hurlant pour essayer d'empêcher le massacre. Elle se réveillait à bout de forces et en sueur.

Ses nuits étaient agitées et elle ne cessait d'y penser durant la journée. Sarah ne savait pas quelle signification donner à ce rêve. Elle avait cherché des explications. Son dictionnaire des rêves et des symboles donnaient quelques informations. Selon les auteurs la biche était un symbole mystique caractérisant l'union sexuelle du Ciel et de la Terre. Elle n'était pas vraiment avancée avec ça... Elle était par ailleurs persuadée qu'elle ne s'en débarrasserait pas tant qu'elle ne comprendrait pas le message qui y était dissimulé.

Elle était tellement épuisée par ses nuits qu'elle piquait du nez l'après-midi. Ses paupières étaient lourdes. Pas moyen de les maintenir ouvertes. Elle s'endormait sur sa chaise, juste après le déjeuner. C'était généralement Toby qui la réveillait une heure plus tard. Il aboyait pour aller dans le jardin.

La maison qu'elle avait rachetée était un peu isolée mais Sarah ne craignait pas d'être attaquée. Elle pouvait compter sur son chien pour la protéger. Elle avait aussi changé toutes les serrures quand elle avait emménagé. Il n'y avait certes pas de clôture autour du chalet mais il était difficile d'y accéder sans emprunter le chemin. De la fenêtre de la cuisine elle voyait très bien si une voiture ou quelqu'un s'y engageait.

Cependant, ce jour-là, elle ne vit personne approcher. Ce furent les aboiements de Toby qui l'alertèrent. Le chien tournait autour d'un homme qui marchait vers la maison...

Textes précédents: N°1, N°2, N°3, N°4, N°5 

Ce texte a été rédigé dans le cadre de l'atelier d'écriture Une photo, quelques mots n°256 initié par Leiloona. Il n'est pas libre de droits. La photo, de Vincent Héquet, n'est pas libre non plus.

écriture,textes originaux,littérature,actu,actualité

Commentaires

Encore un texte bien construit, clair et plein de suspens...Tu sais accrocher le lecteur et le mettre en haleine ! Hâte d'être à la semaine pour la suite !

Écrit par : Jos | 07/03/2017

Répondre à ce commentaire

J'espère que l'inspiration ne sera pas en vacances... Je vais essayer de concocter une suite mais je ne sais pas du tout comment je vais orienter l'histoire avec la photo de cette semaine.

Écrit par : La plume et la page | 09/03/2017

Ah ! contente de retrouver tes personnages. Quel horrible cauchemar en effet! J'espère que la suite de l'histoire de Sarah ne sera pas aussi horrible que son rêve. L'autre nuit j'ai rêvé de moustiques, il y en avait partout...très dérangeant aussi mais moins cruel..

Écrit par : Valérie | 07/03/2017

Répondre à ce commentaire

Je ne sais pas trop ce que lui veut cet homme (enfin, j'ai un semblant d'idée qui me trotte dans la tête...). Je ne me rappelle pas avoir rêvé de moustiques mais ce doit être effrayent!

Écrit par : La plume et la page | 09/03/2017

Contente de lire une suite mais il me faut retourner en arrière à chaque fois pour me remémorer les situations car trop de lieux pour ces 2 protagonistes... Mais je ne lâche pas. ;-) tu sais bien instaurer le suspens en fin de récit à chaque fois, bravo !

Écrit par : Nadynad | 09/03/2017

Répondre à ce commentaire

Merci Nady. Pas texte cette semaine cependant car je n'ai pas trop eu le temps de m'y mettre et pas vraiment inspirée par la photographie. Ou alors il aurait fallu que j'invente une autre histoire...

Écrit par : La plume et la page | 13/03/2017

La tension est palpable. Bravo pour ça et pour l'idée du cauchemar...

Écrit par : antigone | 10/03/2017

Répondre à ce commentaire

Merci Antigone. Tu repasses par ici quand tu veux.

Écrit par : La plume et la page | 13/03/2017

Écrire un commentaire