Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/04/2017

Jusqu'au petit matin

Sarah s'en souvenait maintenant. Le gars qui l'avait sauvé des griffes de Momo était le même que celui qui s'était pointé chez elle un après-midi. Celui-là même qui cherchait le père Vittoz et son fils Baptiste. Un prétendu copain d'enfance. Il avait blêmi lorsqu'elle lui avait dit que Pierre Vittoz était décédé et qu'elle avait racheté la maison quelques mois plus tôt. Quant à Baptiste, il était désormais installé à Annecy avec son épouse. Il n'avait pas traîné et s'en était retourné par le chemin par lequel il était arrivé. Un gars sympathique mais qui n'avait pu cacher sa déception quand elle était sortie. Visiblement il s'attendait à trouver quelqu'un d'autre aux Edelweiss. Il lui avait raconté qu'il avait passé beaucoup de temps ici à jouer avec Baptiste. Quelque chose avait intrigué Sarah. Elle avait l'impression que son visage lui disait quelque chose. Et ce regard... Elle ne savait pas d'où lui venait cette étrange impression. Avait-elle déjà croisé cet homme?

Lorsqu'elle le reconnut en sortant du parking, il lui dit qu'il avait  justement rendez-vous avec Baptiste Vittoz. Il avait cherché son nom dans l'annuaire et avait pris contact avec lui. C'est du moins l'explication qu'il donna à Sarah. En fait, il n'avait pas appelé Baptiste. Il s'était contenté de le suivre pendant plusieurs jours. Il avait voulu voir à quoi il ressemblait, savoir ce qu'il faisait dans la vie, connaître ses activités. Simon Vittoz s'était aventuré jusqu'à Annecy aussi parce qu'il savait que son frère avait découvert ses courriers si son père ne les avait pas jetés. Baptiste était au courant que son frère était toujours vivant. Comment avait-il encaissé la nouvelle?

Il emmena Sarah dans un bar du vieil Annecy et ils discutèrent jusqu'au petit matin. La patronne s'endormait à moitié sur le comptoir mais fut récompensée quand vint le moment pour ce couple étrange de payer. Ils laissèrent bien plus d'argent que ce qu'ils devaient. La patronne commençait bien sa journée...

Textes précédents: N°5, N°6, N°7, N°8

Ce texte a été rédigé dans le cadre de l'atelier d'écriture Une photo, quelques mots n°263 initié par Leiloona. Il n'est pas libre de droits. La photo, de Fred Hedin, n'est pas libre de droits non plus.

écriture,littérature,atelier d'écriture,actu,actualité

  

Commentaires

Waouuu.. là tu nous livre beaucoup d'infos d'un coup, je reprends goût à l'intrigue ! bravo ! la suite ! ;-)

Écrit par : Nady | 18/04/2017

Répondre à ce commentaire

livreS

Écrit par : Nady | 18/04/2017

Mais pour le coup je n'ai pas encore d'idées pour le texte de demain... Je le publierai demain ou mardi si l'inspiration vient visiter mon esprit. LOL!

Écrit par : La plume et la page | 23/04/2017

Comme dit Nady on a fait un bond dans ton histoire.pourquoi ont ils laissé beaucoup d argent à la serveuse ??! Impatiente d' en savoir plus.
Moi qui ai commencé une histoire"suivie" j'ai un peu de mal à y coller toutes les photos.Tu t'en sors très bien.

Écrit par : Valérie | 19/04/2017

Répondre à ce commentaire

Merci Valérie. J'essaie de coller à l'histoire avec toutes les photos mais celle de cette semaine n'est pas facile à exploiter. Je n'ai pas encore d'idées pour le texte de demain. Mais j'irai te lire chez Leiloona comme d'habitude.

Écrit par : La plume et la page | 23/04/2017

Écrire un commentaire