Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/11/2014

Etats d'âme

Quand on a une petite place et qu'on est de passage, qu'on a le cul entre deux chaises, que peut-on faire face à la détresse de collègues qui ne peuvent pas travailler dans de bonnes conditions? Au fond de soi on est révolté car on se dit que dans quelques temps ce sera à notre tour d'assumer le même travail dans ces mêmes conditions si rien ne change.

Elles sont désespérées face au manque de matériel pour une bonne prise en charge des personnes qu'elles doivent veiller. Le sentiment aussi de ne pas être soutenues par certaines de leurs collègues qui s'en foutent. Et puis aussi, la désagréable impression de ne pas être écoutées par les cadres, que les grands pontes laissent traîner des situations sans prendre la bonne décision, et que tout est fait avec des "mesurettes". Personne ne se mouille, personne ne moufte, personne n'entend, personne ne voit.

Où sont les audacieux, les responsables? Comme dirait Alexandre Jardin, "mort aux gris"! Ils sont ennuyeux, brassent du vent et ne font pas avancer le schmilblick. J'aime les gens qui fabriquent de l'impossible, se hissent vers l'improbable, font bouger les lignes.

humeur,blog,états d'âme,actu,actualité

Ont-ils peur? Pourquoi rampent-ils comme ça? Il serait temps qu'ils se mettent sur leurs deux jambes, qu'ils osent marcher. Je leur souhaite de rencontrer des Yodas qui sèmeront des petits graviers sur leur route.

04/11/2012

Réflexion du dimanche (2)

Depuis quelques jours je me demande si je n'habite pas aux Etats-Unis. On entend parler que de ce pays qui autorise entre autres la peine de mort et le port d'armes de poing, et qui au passage méprise totalement les étrangers. Certes un terrible ouragan s'est abattu sur la côte est des Etats-Unis et les américains votent prochainement pour élire leur président mais il y a aussi des millions de gens qui meurent de faim à travers le monde et qui n'ont pas accès à l'eau potable.

Payer 2 euros de plus la redevance audiovisuelle (sans compter la hausse votée par les députés dernièrement) pour que des journalistes aillent se faire mousser aux States ça me fait un peu mal! Quand il y a une élection présidentielle en Russie les journalistes français sont moins prompts à prendre l'avion pour aller y faire des éditions spéciales! Je me demande si je ne gagnerais pas à revendre mon écran plat...

presse, médias, journalisme, états-unis, redevance audiovisuelle, actu, actualité

14/12/2011

Colère et écoeurement

gérard boquié,musée de la musique mécanique,mesnil-raoul,musique,orgues de barbarie,pianos,actu,actualité,politiqueGérard Boquié, collectionneur d'instruments de musique mécanique depuis 50 ans, avait ouvert à la retraite un musée rassemblant sa riche collection à Mesnil-Raoul, dans la banlieue rouennaise. Mais aujourd'hui, n'étant plus très jeune et ne trouvant pas de repreneur, il se voit contraint de fermer. Avant de prendre cette décision, il a bien sûr frappé à toutes les portes, notamment celles des politiques locaux mais ceux-ci n'ont pas daigné mettre la main à la poche pour garder ce patrimoine inestimable dans la région.

Si Gérard Boquié est écoeuré de l'attitude des politiques, il n'est pas le seul. Je m'insurge moi aussi quand je vois les fortunes dépensées par certaines collectivités locales pour organiser des grands raouts à l'occasion d'expositions fumeuses - voire de mauvais goût  comme on a pu le voir pour Normandie impressionniste l'an passé - et qu'on ne trouve pas l'argent pour conserver une telle collection. Il y a des hangards qui ne servent à rien sur les quais de Seine à Rouen. On aurait très bien pu l'y insraller. Des instruments qui vont s'en aller aux quatre coins de la planète et que l'on n'est pas fichu de garder chez nous. Ce patrimoine qui fout le camp ça me rend dingue! Alors qu'il y avait moyen d'en faire une attraction touristique pour la région. La communauté d'agglo a préféré investir dans un... palais des sports! (Qui coûte bien plus cher qu'un hangard aménagé pour accueillir ces instruments!)

Vous voulez savoir? je ne décolère pas! Il y a dans ce musée (qui ferme le 31 décembre) des pièces incroyables: pianos mécaniques, orgues de barbarie, orgues de manège, limonaires, automates, boîtes à musique, phonographes... Et qui sont en état de marche!

C'est l'histoire de la musique que l'on brade!

Musée de la musique mécanique et des machines parlantes - RD 42 route de Lyons, 76520 Mesnil-Raoul.

28/09/2011

La musique classique bannie d'RTL

J'ai été sidérée en entendant sur France Musique que l'émission d'Alain Duault "Classic classique" avait été supprimée des ondes d'RTL. Ce programme, diffusé le dimanche, parlait des derniers enregistrements, des concerts et des manifestations à ne pas manquer. Un programme à haute valeur culturelle. Cependant, Christopher Baldelli, patron du groupe, ne l'entendait pas de cette oreille. Il a estimé que "le classique n'avait plus sa place sur l'antenne". (Autant vous dire que je me suis demandée si j'avais bien entendu!)

presse, rtl, médias, journalisme, actu, actualité, alain duault

Un nouveau poste, sous forme de placard (n'ayons pas peur des mots), a été proposé au journaliste. Un poste de "conseiller musical en musique classique". (Non, vous ne rêvez pas! Entre nous, quel est l'intérêt d'avoir un conseiller s'il n'y a plus d'émission sur le classique? Si on avait voulu qu'Alain Duault claque la porte, on ne s'y serait pas pris autrement...) 

Le journaliste a donc décidé de poursuivre en justice RTL pour "rupture abusive de contrat et préjudice financier et moral" et regrette que la station ne soit plus "la radio de tous les publics".   

04/04/2010

Un écrivain à l'ego surdimensionné

J'en suis restée baba! J'ai appris ce matin en faisant un tour sur le blog de Mango que Cynthia avait reçu des mails véhéments de la part d'un auteur dont elle n'a pas aimé le livre. C'est une critique publiée il y a quelques jours qui lui a valu ce déferlement "d'amabilités".

Je ne citerai pas le nom de cet écrivain que je qualifierai de "mal appris". Je ne veux en aucun cas lui faire de la pub. Il ne mérite pas que l'on s'intéresse à lui. Le citer serait lui faire trop d'honneurs.

Cela m'incite à m'interroger sur le travail de ce monsieur et sur la liberté d'expression (chose dont il n'a jamais entendu parler, ça ne fait pas de doute). Pourquoi publie-t-il ses textes s'il n'accepte pas la critique? Il doit bien se douter que sa prose ne peut pas plaire à tout le monde, ce serait trop facile et pour le moins ennuyeux (non?). Et si ma mémoire est bonne, nous vivons en démocratie. Si le monsieur n'est pas content des avis de la blogosphère, qu'on l'envoie faire un tour en Russie ou en Chine à coups de pied dans le derrière. La critique y sera uniforme et lui peut-être au fond d'une prison!