Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/07/2016

Relever la tête

Le 14 juillet fut une fête, une très belle fête avec défilé des troupes sur les Champs Elysées, un magnifique concert de musique classique retransmis du Champ de Mars et un merveilleux feu d'artifice embrasant la Tour Eiffel. Une très belle fête jusqu'à ce que je voie sur Twitter des messages indiquant aux Niçois de rester cloîtrés chez eux et évoquant un attentat.

J'ai zappé sur les chaînes d'infos en continu pour en savoir plus. Certains parlaient d'une trentaine de morts, d'autres d'une cinquantaine. J'essayais de comprendre ce qui se passait. On ne savait pas bien si l'attentat était terminé ou si les forces de l'ordre étaient toujours à l'œuvre pour arrêter le ou les attaquants. Quelques images montraient par ailleurs des scènes de panique, la foule courant, puis des ambulances stationnées au beau milieu de la Promenade des Anglais. J'ai attendu plus d'infos fiables mais les journalistes semblaient dépassés par les événements. Les correspondants sur place n'avaient pas plus d'infos à donner. J'ai éteint la télé et suis allée me coucher avec un goût amer dans la bouche.

Lorsque je me suis levée vendredi matin le bilan était de 84 morts et faisait état de très nombreux blessés. On m'aurait donné une gifle je pense que la sensation aurait été la même. J'étais sonnée et me demandais quand ces agissements allaient-ils enfin cesser? Et puis un sentiment de colère est monté en moi. De la colère contre cet illuminé, contre les politiques, contre Dieu. J'avais la gorge nouée et des larmes ont dévalé mes joues. J'étais en colère et impuissante.

Puis, je me suis dit que la meilleure réponse que l'on pouvait donner à ceux qui voudraient nous mettre à genoux, nous faire courber l'échine, c'était de relever la tête et de continuer à vivre, de profiter de la vie et des gens qu'on aime, de sortir s'amuser, de faire la fête. Dire à nos proches qu'on tient à eux, ne pas se fâcher pour des broutilles parce que c'est une perte de temps inutile. Vivre envers et contre tout. 

blogs,humeurs,presse,médias,france,actu,actualité

11/01/2015

Les dimanches en photo (61)

je suis charlie,presse,médias,actu,actualité

06/12/2013

Quai d'Orsay

Le dernier film de Bertrand Tavernier est inspiré de la BD homonyme de Christophe Blain et Abel Lanzac. C'est en fait une chronique de la vie du ministère des Affaires étrangères avec un ministre virevoltant qui a des airs de Dominique de Villepin.

C'est Thierry Lhermite qui joue le rôle du ministre. Niels Arestrup incarne le directeur de cabinet, et Raphaël Personnaz a le rôle du chargé de mission engagé pour rédiger les discours. Mais au ministère il faut d'abord trouver sa place. Ou du moins un bureau. Car il y a plus d'employés que de locaux à disposition. Certains occupent des salles sous les toits où ils peuvent tout juste bouger.

Sans parler de la place à trouver auprès des collègues. Il y a les bienveillants et les autres. Ceux qui font bonne mine devant et qui dénigre le petit nouveau auprès des chefs, ceux qui croient tout savoir mais qui n'y connaissent pas grand chose, les sérieux, les dilettantes... Le chargé de mission va en baver. Il y autant de méthodes de travail que de conseillers.

J'ai trouvé les acteurs très bons, tout particulièrement Raphaël Personnaz, Niels Arestrup et Bruno Raffaelli. Tous très bons sauf peut-être Thierry Frémont qui, comme d'habitude, en fait des tonnes et au bout du compte est moyennement crédible.

Ceci étant dit, j'ai passé un très bon moment et j'ai beaucoup ri.

Quai d'Orsay - Bertrand TAVERNIER - Avec Thierry Lhermite, Niels Arestrup, Raphaël Personnaz, Julie Gaillet, Thomas Chabrol, Bruno Raffaelli... - 2013

15/07/2013

Un toit / Nouvelles sur le logement

livres,littérature,société,logement,fondation emmaus,actu,actualitéJ'avais ce livre dans mes étagères depuis plusieurs années et j'en repoussais toujours la lecture. Il s'agit d'un recueil de nouvelles autour du logement. Des nouvelles imaginées par une quinzaine d'auteurs sollicités par la Fondation Abbé Pierre qui oeuvre pour offrir un logement décent aux défavorisés.

Les textes sont très variés. Ils mettent en scène des exclus ou bien parlent des conditions de logement. Parfois ce sont des souvenirs d'enfance, parfois des histoires complètement loufoques. Les nouvelles de Chloé Delaume (Je suis le 21) et de Gérard Mordillat (L'Adorateur du Poireau) sont tout à fait déjantées et décalées mais elles m'ont beaucoup plu. Ces deux auteurs ont une plume fantaisiste et poétique qui réveille le lecteur. Dans un autre genre, les textes de Nancy Huston (Happy End), Maryline Desbiolles (L'Etable à cochon) et Claude Sérillon (La Révolte des toits), sont également touchantes et joliment écrites.

Ce fut donc une lecture plaisante et utile en somme car tous les droits d'auteurs sont reversés à la Fondation Abbé Pierre. De plus cela m'a permis de voir comment réagissent plusieurs personnes - en l'occurence des écrivains - à un sujet donné. Autant de versions que d'auteurs sollicités.

Un toit/Nouvelles sur le logement - Ed. le cherche midi - 2006

27/05/2013

Ian Hamel au Club de la Presse

livres,essais,ian hamel,andré bettencourt,l'oréal,médias,presse,actu,actualitéIan Hamel, journaliste de l'hebdomadaire Le Point, et de l'Agefi, quotidien de l'Agence économique et financière à Genève, était au CPHN il y a quelques jours pour présenter son essai sur les derniers secrets de la famille Bettencourt. Il revient notamment sur le passé d'Eugène Schueller et d'André Bettencourt, dévoilant quelques secrets bien gardés sur leur compte. Un retour en arrière qui permet par ailleurs de mieux comprendre le défilé d'hommes politiques de gauche et de droite à Neuilly pour récupérer quelques "subsides"... Ils seraient nombreux à avoir croqué un morceau du gâteau, même si, au dire de Ian Hamel, il est difficile de le prouver. Outre les événements politiques, il revient sur le conflit qui a opposé Liliane Bettencourt à sa fille Françoise.

Les Bettencourt derniers secrets - Ian HAMEL - Ed. de l'Archipel - 2013 

livres,essais,ian hamel,andré bettencourt,l'oréal,médias,presse,actu,actualité

Ian Hamel

28/03/2013

Agissons avant qu'il ne soit trop tard - H. CHALGHOUMI/D. PUJADAS

hassen chalghoumi,david pujadas,islam de france,presse,politique,actu,actualitéUn livre intéressant dans lequel l'imam Hassen Chalghoumi, militant pour un islam de France, répond aux questions de David Pujadas, journaliste et présentateur du JT de France2 qui avait déjà abordé ce sujet dans un livre paru aux éditions JC Lattès en 1995.

L'ouvrage, divisé en quatre grandes parties suivies d'un manifeste, aborde tous les sujets autour de l'islam en France: la montée de l'islamophobie, le nombre croissant de musulmans, l'intégrisme religieux, la violence et le communautarisme, le rôle des imams et des parents, la crise identitaire de certains jeunes français d'origine arabe, l'ignorance des textes qui pousse certains groupes à l'extrémisme.

David Pujadas interroge également l'imam sur la laïcité qui serait acceptée plus difficilement par une partie de la communauté musulmane, la crispation d'une partie des Français face aux signes religieux musulmans (la construction des mosquées et le port du voile), les créneaux horaires réservés aux musulmanes dans les piscines, les menus avec ou sans viande dans les cantines...

Dans la quatrième partie est abordée la question d'un islam de France et les moyens d'y parvenir. Hassen Chalghoumi milite pour la formation des imams en France afin d'éviter les dérives et la montée de groupuscules extrémistes aux ordres de pays étrangers. Il interpelle les autorités à ce sujet et souhaite que l'Etat s'engage.

Sera-t-il entendu? Il en va, selon moi, de la compréhension entre les différentes composantes de la société française. Il faut aussi prendre le temps de faire de la pédagogie et d'expliquer que les musulmans, dans leur grande majorité, ne sont pas plus dangereux que des juifs ou des catholiques.

David Pujadas a évoqué tous les sujets, même ceux qui fâchent. Il ne s'est interdit aucune question. On aimerait qu'il soit autant "poil à gratter" quand il interroge des politiques...

Agissons avant qu'il ne soit trop tard - Hassen CHALGHOUMI et David PUJADAS - Ed. cherche-midi - 2013

hassen chalghoumi,david pujadas,islam de france,presse,politique,actu,actualité

12/03/2013

Un bien précieux qui ne nous appartient pas

"Beaucoup se souviennent que Wojtyla "était toujours à tout calculer, à tout planifier". Silkowski raconte qu'il participait aux tournois interclasses de football, mais qu' "il n'en faisait pas une obession, comme beaucoup d'entre nous: il nous expliquait qu'il était dommage de perdre du temps à des futilités."

Gérer son temps. Ne jamais perdre un moment. Faire plusieurs choses à la fois, déjà: aller se promener, mais avec un livre dans la poche. Se lever aux aurores chaque jour, même en vacances. Se réserver une heure pour ceci, une heure pour cela - y compris pour la prière, la méditation, le repos ou les distractions. Le cardinal Wojtyla et, plus tard, le pape Jean-Paul II auront ainsi le souci d'utiliser au mieux le temps qui passe, comme un bien précieux qui ne vous appartient pas, comme un don de Dieu qu'il revient à l'homme de ne pas gaspiller."

Bernard LECOMTE Jean-Paul II (p. 34-35)

livres,essais,religion,jean-paul ii,bernard lecomte,actu,actualité