Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/03/2017

Les dimanches en photo (79)

photographies,actu,actualité

26/02/2017

Les dimanches en photo (78)

photographies,paris,actu,actualité

Graffiti vu place des Vosges, pas très loin de la Maison de Victor Hugo

17/02/2017

Expo "IDENTITES" / "LES OFFRANDES"

La Maison européenne de la photographie (MEP) présente plusieurs expositions jusqu'au 9 avril. Ce sont des expositions très différentes les unes des autres et apportent un regard singulier sur les sujets et les cadrages.

On commence la visite par l'exposition de Gao Bo, Les Offrandes. Un travail élaboré autour de clichés pris au Tibet dans les années 1980 et 1990. Questionnement sur la vie quotidienne empreinte de spiritualité et sur les rites millénaires des moines bouddhistes. Réinvention de son travail. Les tirages sont recouverts d'encre, de peinture et même de son propre sang. Gao Bo est une âme tourmentée. Il s'interroge beaucoup sur la mort, notamment à travers de gigantesques installations installées au 2ème étage.

La visite se poursuit au 3ème étage. On y découvre une partie de la collection du photographe Bernard Plossu dont il a fait don à la MEP en février 2016. Il a glané ces clichés à travers le monde et au gré de ses rencontres avec des "collègues" photographes. Dons ou échanges, il a en tout amassé 1200 tirages dont 160 sont exposés. Ces photos sont très intéressantes notamment du point de vue du cadrage.

On termine par l'exposition Identités de Vincent Pérez. Né d'un père espagnol et d'une mère allemande, et marié à une femme née à Dakar d'une mère bretonne et d'un père sénégalais, c'est tout naturellement qu'il a choisi la thématique identitaire. Il s'est interrogé sur la communauté africaine à Paris et sur l'identité russe en se rendant à Saint-Pétersbourg. On découvre de magnifiques portraits aux couleurs vives. L'identité d'une personne c'est quoi? Sa couleur de peau? La façon dont elle s'habille? Son statut social? Sa profession? Bref! A vous de vous faire votre opinion.

 

Maison européenne de la photographie

5/7, rue de Fourcy

75004 PARIS

http://www.mep-fr.org

 

photographies,maison européenne de la photographie,gao bo,vincent pérez,bernard plossu,paris,actu,actualité

05/02/2017

Les dimanches en photo (77)

photographies,mer,météo,tempête,actu,actualité

11/12/2016

Christmas is coming

Après un petit tour au marché de Noël, voici venue l'heure d'installer le sapin et les décorations. Rêve en rouge et doré... 

P1190363 (2).JPG

02/10/2016

Les dimanches en photo (76)

photographies,voyages,actu,actualité

Cimetière de Vysehrad

01/10/2016

La venue du bien-aimé

textes originaux,écriture,littérature,photographies,actu,actualitéLa tempête avait recouvert la ville d'un voile blanc. Le ciel était laiteux, l'air piquant, et les bruits assourdis par la neige. Le vent s'était apaisé en fin de nuit et avait laissé place au silence.

La veille Stanislas avait appelé Cécilia pour lui dire de rester enfermée, qu'il lui porterait quelques courses dès que le vent serait tombé. Ce matin les éléments n'étaient plus déchaînés. Les rues étaient calmes. Le chalet de Cécilia était situé à l'autre bout du village mais pas question pour Stanislas de prendre la voiture. Il avançait lentement. Les bancs disséminés sur le chemin n'offraient pas de repos aux passants si ce n'est un coussin réfrigérant.

Outre les quelques provisions, Stanislas portait également à Cécilia une proposition. Il tâta la poche de son blouson pour vérifier que la petite boîte était bien là. Cela faisait maintenant deux mois qu'il était décidé et il attendait le moment opportun pour la lui donner. Le bijoux avait appartenu à sa grand-mère. Un joli diamant griffé sur un anneau en or blanc.

Le jour où il avait rencontré Cécilia un ange était venu lui dire qu'elle approchait à grands pas. Sur le coup il n'avait pas compris ce qu'il lui voulait. C'est quand il la vit que Stanislas comprit. L'ange avait armé son arc avec une extrême rapidité. A chaque fois qu'il y repensait il sentait la flèche se ficher dans son cœur.

Ce texte a été rédigé dans le cadre de l'Atelier d'écriture Une photo, quelques mots n°234 animé par Leiloona. Pour comprendre ce texte je vous invite à lire les deux textes précédents Le chant syncopé de la tempête et Des ailes d'une blancheur immaculée. La photo est de Kot et n'est pas libre de droits.