Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/09/2018

Peindre le bonheur - Expo au MdiG

giverny,henri-edmond cross,peintre,peinture,impressionniste,impressionnisme,pointillisme,actu,actualitéLe Musée des impressionnismes de Giverny propose l'exposition "Henri-Edmond Cross, peindre le bonheur" jusqu'au 4 novembre. Né dans le département du Nord en 1856, il prend ses premières leçons de peinture à l'âge de 10 ans. Des cours qui vont le marquer durablement et dont il s'inspirera pour ses premiers portraits très réalistes.

Après des études suivies aux Écoles académiques de dessin et d'architecture à Lille, il s'installe à Paris où il expose au Salon des artistes français en 1881. Mais il se détourne assez vite du milieu artistique parisien et choisit de vivre en harmonie avec ses convictions, loin de la capitale. Cross part pour le sud de la France. Dans un premier temps il séjourne à Monaco pendant les mois d'hiver et s'intéresse au plein air. La technique est plus libre et les "couleurs plus claires pour traduire les effets de la lumière méridionale".

En 1884 Henri-Edmond Cross fonde la Société des artistes indépendants avec quelques autres peintres et fait la connaissance entre autres de Georges Seurat et Paul Signac.

L'année 1891 marque un grand tournant de sa vie. Il est élu vice-président de la Société des artistes indépendants et expose le tableau Madame Hector France, portrait en pied grandeur nature de la compagne du romancier Hector France. Une œuvre qui marque l'adhésion définitive de Cross au mouvement néo-impressionnisme. Cette même année il s'installe définitivement dans le sud en emportant dans ses bagages la belle Irma, alias Madame Hector France.

Son style va encore évoluer au fil des années. Pureté des paysages, décor enchanteur, couleurs mélangées avec du blanc pour rendre la clarté de ce qui s'offre au regard. Il utilisera par la suite les couleurs primaires telles qu'elles. Lyrisme et onirisme peupleront désormais ses tableaux.

Informations pratiques à retrouver sur le lien suivant: Henri-Edmond Cross, peindre le bonheur

giverny,henri-edmond cross,peintre,peinture,impressionniste,impressionnisme,pointillisme,actu,actualité

09/09/2018

Les dimanches en photo (112)

photographies,pictures,loisirs,actu,actualité

02/09/2018

Les dimanches poétiques (231)

"Les facteurs sont les messagers du destin. Ils ne distribuent pas le courrier, ils battent les cartes de l'existence."

Sylvain TESSON La lettre in S'abandonner à vivre

poésie,littérature,actu,actualité,sylvain tesson 

31/08/2018

Août en quelques mots #23

Et cette chaleur... Je ne me rappelle vraiment pas un été comme celui-là // Au petit matin le soleil se reflétant sur la carlingue d'un avion // Doctor Waffles, l'expert de la gaufre // Beaucoup de mal à récupérer // Envie de smoothies et de jus énergétiques (Si seulement ça pouvait recharger mes batteries...) // Un nouveau cahier de Sudoku // Alimenter la cagnotte // S'occuper du projet n°2. (Mais il y a encore beaucoup de boulot!) // Qu'est-ce que l'humanité? // Recadrer. Gentiment. Mais recadrer tout de même // Tester l'Eau de rhubarbe écarlate... Ah! Hermès! // Ne plus supporter le bruit par moments. Fatigue, quand tu nous tiens... // Appréhender // Amiénoise un jour, Amiénoise toujours // Les dirigeants du club de foot d'Amiens à table... J'aurais pas voulu payer la note! (Mais ils ne l'ont peut-être pas payée non plus...) // Un salut à l'ange pleureur // Heureusement que l'ordi est tactile... // Avancer dans les fiches personnages // Lire à en oublier l'heure // Ciel gris et pluie // Pas le temps d'aller musarder sur les blogs et de parcourir les posts // Mal au crâne // Apprendere l'italiano // Éteindre la TV // La démission d'un ministre de l'écologie ne va pas changer la face du monde et je suis affolée que la presse en face tout un plat...  

blogs,tags,loisirs,humeurs,gourmandises,actu,actualité

29/08/2018

Une année de lecture

Août sonne l'heure des bilans. Et notamment du bilan lecture. Pour la septième année consécutive j'ai calculé le nombre de livres lus et le coût de ceux-ci. Et le bilan est à peu près identique à celui de l'an passé et me satisfait étant donné les circonstances. Oui, il a fallu trouver du temps et bien souvent la fatigue m'emportait dans les bras de Morphée bien avant que je n'ai parcouru deux pages. Parfois je n'avais même pas l'envie d'ouvrir un bouquin...

La bonne nouvelle c'est que j'ai lu sept livres de plus que l'année dernière, soit trente-neuf livres au total. Le coût de ces lectures s'est élevé à 530 euros. Ceci étant dit je n'ai dépensé que 185 euros. On m'a prêté beaucoup de livres et plusieurs m'avaient été offerts ou bien résultaient de partenariats.

Neuf livres m'ont particulièrement plus tant par leur sujet que par leur construction. Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur d'Harper Lee, Une trop bruyante solitude de Bohumil Hrabal, Quand sort la recluse de Fred Vargas, On la trouvait plutôt jolie de Michel Bussi, La gouvernante française d'Henri Troyat, Le jour d'avant de Sorj Chalandon, Ce qu'on entend quand on écoute chanter les rivières de Barney Norris, Pactum salis d'Olivier Bourdeaut, et Un été avec Homère de Sylvain Tesson.

De très belles découvertes pour la plupart même si tous les livres lus cette année ne furent pas tous des coups de cœur. Aucun abandon. Il est vrai que j'ai tendance à persévérer lorsqu'une lecture me plaît moyennement mais cela m'est déjà arrivé par le passé de laisser tomber certains ouvrages. Donc un bilan très positif. J'espère faire aussi bien cette année.

lecture,livres,littérature,loisirs,actu,actualité

lecture,livres,littérature,loisirs,actu,actualité

12/08/2018

Les dimanches en photo (111)

photographies,pictures,actu,actualité

05/08/2018

Les dimanches poétiques (230)

"Ainsi donc y a-t-il les dieux, les héros et les hommes. Chacun vogue vers sa mort. Elle sera plus ou moins glorieuse. chacun reçoit sa part de vie et sait plus ou moins s'en satisfaire. Chacun est plus ou moins libre de danser sous un ciel où sont écrits les grands axes de la destinée. Mais tous - habitants de l'Olympe, paysan paisible ou guerrier casqué - ne doivent pas oublier que la vie n'est rien sans la mesure de la vie."

Sylvain TESSON Un été avec Homère

(Dans la partie intitulée Des héros et des hommes.)

poésie,littérature,actu,actualité