Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/06/2018

La play-livres

Alors que je musardais sur le blog de l'Irrégulière je suis tombée sur ce questionnaire. Elle l'avait elle-même trouvé sur le blog de Mind The Gap. N'ayant pas beaucoup de temps pour chroniquer mes lectures en ce moment (qui du reste ne sont pas nombreuses puisque j'ai le rythme de lecture d'une tortue depuis quelques semaines) je me suis dis que ce pouvait être sympa de répondre à ce questionnaire pour faire bouger un peu mon blog.

 

1. Quel est le dernier livre que vous vous êtes offert?

Eh bien en fait ce n'est pas un livre, mais deux livres que je me suis offert! Un été avec Homère de Sylvain Tesson, parce que j'adore sa plume et que ça va me réconcilier avec l'Odyssée, Ulysse et tous les protagonistes de cette épopée que je trouvais assez barbante lorsque je devais l'étudier en cours. Et puis Madame Pylinska et le secret de Chopin d'Eric-Emmanuel Schmidt. Pour Chopin et la Pologne... et aussi parce que ce titre m'intriguait!

 

2. Et le dernier livre que vous avez offert?

Je crois que c'était L'homme-joie de Christian Bobin... J'offre peu de livres. Je sais, c'est un tort.

 

3. L'île déserte est de retour, vous pouvez embarquer l'intégrale d'un auteur classique et d'un auteur actuel, qui choisissez-vous?

Si je suis coincée un bout de temps sur cette île je vais choisir des auteurs prolifiques... En auteur classique de choisirai Emile Zola ou bien Jules Verne. Si Isaac Bashevis Singer entre dans la catégorie des auteurs actuels, je le choisis bien évidemment. Ses écrits sont tellement variés que je ne pourrai pas m'ennuyer.

 

4. Quel livre offrir à une personne que vous n'aimez pas?

Si je ne l'aime pas je me demande si je lui offrirais un livre...

 

5. Enfin, le livre qui est pour vous l'histoire d'amour la plus forte?

Peut-être Jane Eyre de Charlotte Brontë. Et En attendant Bojangles d'Olivier Bourdeaut.

 

81Kloqqet2L[1].jpg

02/06/2018

Mai en quelques mots #20

Lorsque j'entends ce prélude de Bach, Par Glenn Gould ma raison s'envole, Vers le port du Havre et les baraques... // Morale, il faut profiter de la vie et apprécier chaque moment // Et ce sentiment de frustration qui revient sans cesse // D'où le besoin de trouver des échappatoires... // Dormir debout // Me remettre à l'italien... J'ai une idée derrière la tête // Pourquoi cet homme m'attire? // Me décider à acheter des fraises // Avancer lentement dans mes lectures // Un monde fou en ville. Le soleil y est sans doute pour quelque chose... // Faire du tri, classer des papiers... On n'en sort jamais! // Tonnerre et pluie // Checker mes courriels est une vraie corvée! // Ballet de feu éclairant la nuit // Promenade au bord de l'eau. Croiser Blanquette... // Ecouter l'ouverture du Baron tzigane de Strauss ça te remet le cœur et l'esprit à l'endroit // Ne pas faire de plans sur la Comète. Peur d'être déçue...

blog,blogs,loisirs,humeurs,gourmandises,voyages

31/03/2018

Mars en quelques mots #18

Un thé "Jour de fête" accompagné de croquants à la noix de coco. Ou l'inverse // De nouveau mal à la gorge // Ne pas donner de faux espoirs. Faire comprendre sans dire les choses // Le bug de la banque... // Un regard lointain et une odeur qui nous disent que la mort n'est pas loin // Et vivre malgré tout ça parce que c'est le cours des choses // OREO saveur peanut butter. (Je suis faible!) // Pourquoi les gens veulent-ils toujours me raconter leur vie? (Est-ce que je leur raconte la mienne...) // S'installer chez Paul pour déjeuner et regarder passer la foule bigarrée (Ou comment manger un sandwich au camembert en buvant un café.) // Prendre soin de soi c'est important aussi // Aurais besoin d'un beau rayon de soleil... // Essayer de trouver un créneau pour s'échapper et mettre son cerveau sur pause // Un an de plus // Avancer l'écriture de la nouvelle en buvant un Flat White. (Installée confortablement chez Couleur Café.) // Courir. Au propre comme au figuré. (Quand cessera cette course effrénée? Pour aller où? Vers quoi?) // J'aimerais parfois vivre en ermite; qu'on me fiche la paix // Et puis il y a ces moments où il me faut voir du monde pour me sentir vivante... // Les chambres d'hôtes qui se mettent à faire payer le petit déj en sus. Manquent pas d'air! // On n'en avait pas fini avec la neige. Journée blanche // La Côte Fleurie. Et en avril ce sera l'île aux mimosas...  // Laisser la nouvelle de côté. Pas satisfaite de ce que j'ai écrit. Laisser  reposer. Je verrai plus tard s'il y a quelque chose à en tirer // Mais avoir peu de temps pour la lecture et l'écriture // Est-ce que les maisons d'éditions répondent toujours ou bien ne prennent-elles pas la peine d'envoyer même une lettre de refus? // "La solitude ça n'existe pas, la solitude ça n'existe pas..." chantait Gilbert Bécaud // Ciel étoilé // Il fallait que j'en parle... Première lettre de refus // Des haricots verts frais ce serait pas mal pour accompagner le baron d'agneau

blogs,tags,loisirs,humeurs,actu,actualité

 

28/02/2018

Février en quelques mots #17

Bizarre cette prescription de morphiniques... // Partir au boulot sous la neige et rentrer sous le soleil // Faire cette fameuse prise de sang en espérant que la CRP ne s'envole pas // Un petit tour aux urgences // Epuisée et beaucoup de mal à récupérer // Essayer de se garder du temps pour avancer sur un projet d'écriture // La moitié de la France paralysée par la neige // "Ne jamais dire jamais, il y a toujours quelque chose à tenter" (Cette phrase des Choristes fait écho en moi...) // Numéro masqué plusieurs jours de suite... Mais pas de message...  // Faire un cake aux fruits secs // Administrations, paperasse, coups de fils... Ca me bouffe mon énergie! // Promenade au pays d'Emma Bovary // Y penser. Beaucoup. Mais se dire que c'est sans issue... // Le beau Pierre un jour de soleil // Une deuxième bibliothèque (Ca devenait urgent!) // Tentée par ce concours d'écriture organisé par le magazine LiRE et Librinova // Des Kinder (Ferrero aura ma peau!) // La vie est une succession d'imprévus... (A quoi bon faire des projets?)

humeurs,loisirs,blog,actu,actualité

31/01/2018

Janvier en quelques mots #16

Riccardo Muti à la baguette; musique viennoise au Musikverein // De la pluie et encore de la pluie. (Et au mois d'avril on aura de la neige... ) // Aller au ciné pour la Promesse de l'aube // "That's the question that beats in my brain like a hammer"... aurait dit Sherlock Holmes  // Tous les samedis ne se ressemblent pas // Me découvrir un réel intérêt pour les courses de biathlon retransmises sur l'Equipe 21 // Vidal, mon beau Vidal, dis-moi que j'ai raison... Je n'ai pas rêvé. Le Laroxyl existe bien en injectable. Il me semblait bien que j'avais vu ça pour un sevrage morphinique... (Mon petit guide de pharmaco ne mentionne le Laroxyl qu'en comprimés et en gouttes!) // La bise qui me rougit les joues au marché de Dieppe // Sunset sur le lac. Belle journée d'hiver // "Catharsis" qui était finalement nécessaire mais le problème n'est pas pour autant résolu... // Le Vœu des Deux-Sèvres, fromage de chèvre à la sarriette doux et parfumé // Partir?... Changer de région?... // Admirative de cette amie d'enfance qui s'est battue pour avoir l'homme qu'elle voulait // Accompagner Queen Mum chez le magicien B. // Faire les soldes et trouver les pièces qui manquaient à mon dressing... // Rhume d'hiver // Se décider à goûter le Rasteau // "Je l'ai regardé sourire, Il m'a parlé de la vie, Maintenant je veux m'endormir, Une nuit sur son épaule..."

tags,blog,humeurs,loisirs,gourmandises,voyages,actu,actualité

11/01/2018

Je suis ce que je lis...

Il y a quelques jours l'Irrégulière proposait ce tag sur son blog. Je l'avais moi-même fait il y a quelques années et je me suis dit que ce serait intéressant de le refaire avec les lectures de l'an passé. Voici ce portrait pour le moins original...

Décris-toi: On la trouvait plutôt jolie

Comment te sens-tu: Une trop bruyante solitude

Décris où tu vis actuellement: L'enfant du lac

Si tu pouvais aller où tu veux, où irais-tu: Sur les chemins noirs

Ton moyen de transport préféré: Randonnée mortelle

Ton/ta meilleur(e) ami(e) est: Pour le meilleur et pour le pire

Toi et tes amis vous êtes: La mémoire des embruns

Comment est le temps: Le temps est assassin

Quel est ton moment préféré de la journée: Le jour d'avant

Qu'est la vie pour toi: Une très légère oscillation

Ta peur: Nozze Nere

Quel est le conseil que tu as à donner: Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur

La pensée du jour: Alabama Song

Comment aimerais-tu mourir: Avec tes yeux

Les conditions actuelles de ton âme: Fleurs sauvages

Ton rêve: Le sel de la vie

tags,livres,lecture,je suis ce que je lis,littérature,actu,actualité

05/01/2018

Adieu 2017, bonjour 2018...

Voilà un article qui me donne beaucoup de mal chaque année. Cet article où on dresse le bilan de l'année écoulée et où on se projette dans l'avenir. Pour être franche l'avenir m'angoisse. J'ai déjà assez du présent à m'occuper sans me soucier de ce que je ferai dans six mois ou un an. Certains savent déjà ce qu'ils feront le 24 avril 2019, moi je ne sais pas. Et je ne veux surtout pas le savoir. Quant au passé, s'il faut vraiment se retourner dessus, et bien ça ne m'enchante pas vraiment non plus. Mais disons que c'est salvateur et qu'en parler sur le blog me coûte moins cher qu'une thérapie avec un psy. C'est certes assez impudique me direz-vous, mais je suis ce que je suis et que vous n'êtes pas très nombreux à passer par-là. Alors... 

2017 a démarré difficilement. J'étais en plein doute, je me suis posé beaucoup de questions. Je n'étais pas bien, le moral en berne. La saison sans doute, l'hiver dégueulasse, et puis côté boulot je ne savais pas trop ce que je voulais à cause d'une mauvaise expérience. Je n'arrivais pas à me remettre en selle, persuadée que quoi que je fasse j'échouerais. Il a fallu de la patience (beaucoup de patience) et de l'énergie à certaines personnes pour me maintenir la tête au-dessus de l'eau. Puis les beaux jours sont revenus, j'ai repris goût aux choses et petit à petit je me suis remise dans le bain, pas forcément toujours avec succès mais j'ai avancé, et c'est ce qui compte.

J'ai travaillé les mois d'été (pas comme la cigale, hein...). J'ai mis un pied devant l'autre, et j'ai fait mon petit bonhomme de chemin jusqu'à la fin de l'année. Le mois de décembre a été étrange... Au moment où je pensais avoir cicatrisé quelques plaies, le destin s'est chargé de tester mon endurance. Notamment du côté de l'amour. Et avec moi - qui suis une hypersensible - il n'y a pas été de main morte. Surtout que j'ai une fâcheuse tendance à tomber amoureuse des mauvaises personnes. Je suis attirée par des hommes aux caractères forts et hyper compétents dans leur domaine. En somme j'ai besoin d'admirer et d'apprendre, sinon je n'y trouve aucun intérêt. Deux hommes en particulier. Le seul hic c'est que l'un  est marié et a trois enfants (et semble très heureux en ménage) et que l'autre est un peu misogyne, marié à son job, et qu'il a des réactions tout de même bizarres, le truc à repousser la plus déterminée des filles. Mais pas moi. Allez comprendre!

Je vous disais donc que le destin s'est chargé de tester mon endurance. Je pense au deuxième (le bizarre) régulièrement, mais comme on pense à un vieux pote, avec tendresse. Je pensais depuis le temps que la plaie était cicatrisée. Je ne l'avais pas vu depuis un moment. Et la semaine dernière, patatras! Je décide d'aller dans une boutique dans laquelle je n'avais pas dû mettre les pieds depuis au moins trois ans et au moment de sortir, qui voilà, le deuxième. Entrera dans le magasin, n'entrera pas... Et pendant cette valse hésitation, moi dans la boutique (très étroite la boutique), complètement paralysée, incapable d'avancer, l'observant à travers la vitre. Je ne sais pas s'il m'a reconnu mais il a fini par faire demi-tour et j'ai pu enfin sortir du magasin (les gens autour de moi se demandant sûrement pourquoi j'étais figée). Et ma première idée fût de traverser la rue et  marcher vite, très vite. Arrivée au bout de la rue j'avais les genoux qui dansaient la gigue, le cœur qui faisait le yo-yo sous mes côtes... et j'avais une irrépressible envie de sourire. Et j'ai compris que la plaie n'était pas du tout refermée. Avec en plus une confusion de sentiments qui me vrillaient l'estomac. En ressortant du magasin je n'ai pas osé planter mes yeux dans les siens quand il s'est retourné. J'avais sans doute peur que ça pique...

Donc, celui qui voudrait s'approcher de moi en 2018 devra être patient, y aller en douceur, avoir les épaules solides pour que je puisse m'y appuyer, revenir à la charge sans cesse, avec humour, tendresse, un petit grain de folie aussi parce que je ne sais pas toujours ce que je veux, que je suis parfois compliquée à comprendre, que je peux être un peu fantasque, maladroite, déterminée, de mauvaise foi... Une Holly Golightly (l'héroïne de Breakfast at Tiffany's) doublée d'une Bridget Jones en quelque sorte. Et moi, promis, juré, craché (euh non c'est dégoûtant), j'essaierai de ne pas m'enfuir.

Sinon le mot d'ordre de cette année 2018 sera le PLAISIR. Faire les choses avec plaisir, et que si je n'y trouve pas mon compte et un certain équilibre, et bien je les mettrai de côté. Voilà, chers lecteurs, je vous souhaite de la douceur, des surprises, des sourires, de belles rencontres, et beaucoup, mais alors beaucoup d'amour!

nouvel an,voeux,souhaits,résolutions,bonnes résolutions,actu,actualité