Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/07/2017

Do you Bullet Journal?

Le Bullet Journal ou BuJo, fait partie de mon quotidien depuis maintenant une bonne année. C'est un outil extraordinaire et précieux pour gérer les affaires courantes. J'y note les rendez-vous, les deadline pour le paiement des factures, les choses à faire... C'est assez facile d'utilisation en soi mais cependant, pas toujours évident à élaborer. Personnellement j'utilise un cahier tout simple pour gérer les affaires du quotidien. J'ai des vues par mois, avec les dates importantes, et ensuite je note jour par jour ce que j'ai à faire.

Le BuJo est un vrai gain de temps. Il permet de ne pas s'encombrer l'esprit. Tout y est noté, il n'y a qu'à le consulter. On peut également y introduire des listes (livres à lire, musiques à écouter, choses à acheter pour la déco, liste de courses...). On peut y ajouter aussi des trackers (douches prises dans le mois, jours où vous avez mangé vegan...).

Et c'est tellement bien que j'en ai créé un pour la gestion du blog et l'écriture. Jusque là j'utilisais aussi un cahier tout simple. Mais j'ai gagné dernièrement un magnifique carnet Bullet Time des éditions du Chêne suite au concours organisé par l'Irrégulière. Je l'ai fait débuter en juillet. J'y note les dates de post (dimanches poétiques, dimanches en photo, critiques de livre...) et aussi tout ce qui tourne autour de l'écriture et des voyages. Et en plus il est super beau, on peut s'éclater, dessiner, et colorier!

Et vous, êtes-vous adeptes du Bullet Journal?

bullet journal,organizer,organisation,bullet time,actu,actualiser

30/06/2017

Juin en quelques mots #9

Le retour de Thomas Pesquet sur Terre avec des milliers d'étoiles dans les yeux // "Elle danse, Marie, elle danse. Elle adore quand ça balance..." // Le derrière blanc d'un lapin qui file à toute allure vers le haut de la prairie // Sunset au bord de la falaise // Une hirondelle se baignant dans une flaque // L'au-revoir de David Pujadas au 20h. Souhaitons-lui plein de belles aventures pour ces prochaines semaines, ces prochains mois // La course du ferry rejoignant DP à la tombée du jour // Une glace à l'italienne parfum spéculoos. Une tuerie! // Marc Lévy en déplacement pour la promo de La dernière des Stanfield. Un auteur espiègle et facétieux // Ah! écrire... Le bonheur! // Choisir une maison d'éditions... Pire qu'un casse-tête chinois! // Courir. Vite. Pour attraper le bus // Tourner la tête quand un gnou se fait attraper par un crocodile // Me battre contre un frelon à coups de bombe Raid // Des températures assommantes. Une voiture transformée en sauna et se sentir fondre... // Destination Provence // Corinne Touzet aperçue à la terrasse d'un restaurant // Ma voisine de derrière dans le TGV: "Les trois becs. Là c'est les trois becs. L'extrême bout du Vercors." // Le quotidien qui reprend ses droits... et qui laisse peu de place à la fantaisie, la paresse, et la contemplation

blogs,tags,loisirs,humeurs,actu,actualité,gourmandises,médias,david pujadas

09/06/2017

Les romans ont-ils du pouvoir?

Je naviguais sur Instagram il y a quelques jours et j'ai découvert sur un compte la Une du 1Hebdo. Y figurait le Bibliothécaire, portrait anthropomorphe d'Arcimboldo, avec un titre pour le moins insolite: Les romans ont-ils du pouvoir? La question m'a interpellée. Est-ce qu'un livre, qui plus est un roman, peut avoir un impact sur le cours des choses, et plus largement, peut changer le cours du monde? Curieuse de savoir comment le sujet avait été traité, je me suis empressée d'acheter le journal.

Les regards croisés de plusieurs auteurs sont proposés. Ainsi, Kamel Daoud explique que selon lui le roman peut avoir un impact que l'on vive en démocratie ou dans une dictature. Il peut changer un esprit en bien ou en mal. Un roman peut être à double tranchant.

Boualem Sansal est lui aussi dans la nuance, jugeant la littérature à la fois inutile et essentielle, dans le sens où elle ne peut rien (et qu'on gaspille des arbres pour imprimer des livres) mais en mettant en avant la centaine de livres qui a transfiguré le monde comme les textes religieux, les grands textes politiques ou linguistiques, et les grands auteurs tels Dostoïevski, Shakespeare, ou encore Dante. Il se désole par ailleurs de l'état de la littérature contemporaine qui, selon lui, dure (pour les meilleurs romans) une saison mais ne propose pas de réels chefs-d'oeuvre.

Un autre regard intéressant est celui de Michel Houellebecq, rapporté par la journaliste Aude Ancelin. Pour l'auteur de Soumission le "roman est toujours ambigu". D'après lui, si l'auteur est bon, "il est d'accord avec tous ses personnages, il plonge dans une espèce de relativisme généralisé". Houellebecq considère qu'un roman ne peut pas changer le monde contrairement à "des propos idéologiques purs, sans personnages, ni complications de ce genre".

Après lecture de presque la totalité des articles je constate que la question est loin d'être tranchée. Mais, comme Carole Martinez (auteure de trois romans dont l'excellent Du domaine des murmures paru chez Gallimard), j'aurais tendance à penser que le roman n'impose rien. Il nous permet simplement d'explorer des possibles, de vivre d'autres vies, d'éprouver une multitude de sentiments, d'émotions et de sensations. C'est par ailleurs un regard sur notre monde, sur la société à un moment T. Il consigne les évolutions de notre temps. Le roman, quoi qu'on en dise, permet de s'ouvrir à l'autre, de réfléchir. Et imperceptiblement, il nous influence. Pas au point de changer le cours du monde, j'en conviens. Mais tout de même. Plutôt que de dire que les romans ont du pouvoir je dirais plutôt qu'ils ont un certain pouvoir.

médias,presse,le 1,littérature,actu,actualité

31/05/2017

Mai en quelques mots #8

Gagner au grattage. (Pour une fois!) // Dire au revoir à mon chat. Accepter de le laisser partir dignement plutôt que dans d'atroces souffrances // Les cadenas de l'amour vendus aux enchères // Du monde en ville malgré la pluie // A ta santé Manu! // Fatiguée // Aller chez Colombus Café en attendant qu'ouvre l'institut de beauté // La tête dans le guidon, encore et toujours. Pas le temps d'écrire... et en souffrir // Se faire surprendre par la pluie // Lorgner sur Guernesey... et la maison de Victor // Mais finalement je ne ferai peut-être jamais ce voyage... // Pas épanouie. Songer à explorer d'autres voies // Un reportage sur Jay McInernay et entrevoir une vraie philosophie de vie // Fait pas bon être présentateur de 20 heures... // Rêver de montagne mais aussi d'île balayée par le vent // Fan du réveil dégoté pour mon bureau // Apprendre qu'il y a une ligne directe entre la grosse ville toute proche et Avignon... // Une maman à son petit garçon de 4 ou 5 ans: "T'aimerais un autre bébé à la maison, toi?" // Découvrir Anne Wiazemsky // Soirée au fil de l'eau en bonne compagnie

blogs,loisirs,tags,gourmandises,société,actu,actualité

17/05/2017

Tintamarre! - expo au MdiG

Si vous êtes amoureux de musique classique et de peinture, je vous conseille cette exposition se tenant au Musée des impressionnismes de Giverny jusqu'au 2 juillet. Tintamarre! donne à voir des instruments de musique dans l'art sur la période 1860-1910. Les débuts de l'impressionnisme coïncident avec l'arrivée de nouveaux instruments. Outre ceci, la musique se fait de plus en plus présente dans le quotidien, notamment avec l'ouverture de salles de bals et de cafés-concerts.

De nombreux artistes sont témoins de cette évolution: Manet, Renoir, Whistler, Toulouse-Lautrec... Ils captent l'évolution de la musique qui casse avec les codes et la tradition.

Une centaine d'œuvres sont présentées ainsi que quelques instruments à vent issus de la fabrique d'instruments à vent de la Couture Boussey (27). Une fabrique aujourd'hui renommée dans le monde entier. 

Une exposition qui se décline entre musique de salon et représentations publiques avec quelques œuvres majeures tels Les Saltimbanques de Gustave Doré et Catherine Vlasto de John Singer Sargent.

Informations pratiques disponibles en cliquant sur le lien suivant: Musée des impressionnismes de Giverny

expositions,giverny,la musique en peinture,catherine vlasto,sargent,renoir,gustave doré,actu,actualité

Les Saltimbanques - Gustave doré

expositions,giverny,la musique en peinture,catherine vlasto,sargent,renoir,gustave doré,actu,actualité

Catherine Vlasto - John Singer Sargent

30/04/2017

Avril en quelques mots #7

Des voiles radiocommandées qui filent sur le plan d'eau // Prendre de bonnes résolutions. (Et essayer de les tenir!) // Aide-toi et le Ciel t'aidera. Croiser les doigts // Café et lecture au soleil. Carpe diem // Cimetière marin sous ciel bleu // Longer la Seine et les pommiers en fleurs // Le sentiment de ne jamais être au bon endroit // Un tour chez le véto et un vilain diagnostic qui tombe // Blazer, blanc de blancs // Le temps qui se gâte et se rafraîchit // Jolie éclaircie au pays d'Emma Bovary // La France en marche // Un 2ème tour qui se jouera en grande partie entre gens des champs et gens des villes // Ecrire sur la papier à commissions sucre burn out au lieu de sucre brun brut // Un beau Cèdre // La tête dans le guidon et peu de temps pour écrire...

blogs,loisirs,tags,humeurs,gourmandises,actu,actualité

06/04/2017

Balade en ville

Une balade en ville, c'est oublier le temps, ou le prendre. C'est regarder les vitrines d'un œil, regarder des produits sans l'intention de les acheter. C'est humer les odeurs de bitume, les parfums de passants que l'on croise. On a les sens en éveil. Les rayons du soleil jouent sur les façades et se disputent le ciel avec les nuages. Une balade en ville au printemps, ce sont les oiseaux qui gazouillent gaiment, les branches des arbres qui se parent de vert tendre. L'air est léger.

Dans la grosse ville toute proche, le centre-ville est, pour une bonne partie, piétonnier. Les gens cheminent nonchalamment, le nez en l'air et les mains dans les poches. Ils oublient leur téléphone portable qui sert uniquement à prendre des photos pour immortaliser le renouveau de la vie après l'hiver gris, lourd de vent et de pluie. Le temps d'un après-midi, ils laissent de côté les petits tracas du quotidien. Ils ont appuyé sur pause. C'est le moment de souffler. Les belles éclaircies permettent de s'installer en terrasse et de profiter d'une lux-thérapie gratis.

Se balader en ville, c'est traîner un peu avant de rentrer. On ne regarde surtout pas sa montre. Ou si, juste pour avoir le plaisir de dire: "Ah, il est cette heure-là... On a le temps!" Et on repart explorer des rues dans lesquelles on était pas passés depuis longtemps.

loisirs,humeurs,balade,voyages,ville,mer,actu,actualité