Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/09/2017

Transie jusqu'aux os

Quand Victoria avait quitté Fort Augustus le ciel était clair. Il n'y avait pas l'ombre d'un cumulus. Rien que l'azur et la douceur des rayons du soleil. Quelques habitants avaient même sorti des chaises sur le pas de leur porte.

Arrivée au lieu-dit, quelques nuages avaient fait leur apparition, mais rien d'inquiétant. Victoria était partie sur la lande confiante, vêtue d'un jean, d'un polo et d'une veste de coton. Elle n'avait même pas emporté le chapeau qu'elle laissait dans la voiture au cas où elle se ferait surprendre par la pluie. Elle était à mi-parcours lorsque les nuages s'étaient amoncelés dans le ciel, les uns après les autres, toujours plus gros et toujours plus sombres.

Elle était à quelques mètres de l'arbre quand la pluie avait commencé à tomber. D'abord de fines gouttes puis, de plus grosses, toujours plus nombreuses, jusqu'à ce que la lande soit lavée à grande eau. Elle était transie jusqu'aux os en arrivant à la voiture et avait transformé l'habitacle en piscine. Ses vêtements lui collaient à la peau, elle reniflait, son maquillage était complètement délavé.

Texte original rédigé dans le cadre de l'atelier d'écriture Une photo, quelques mots n°275 initié par Leiloona. Il n'est pas libre de droits. La photo, de Romaric Cazaux, n'est pas libre de droits non plus.

texte original, écriture, littérature, actu, actualité

Commentaires

Troublant ton texte.... Je l'ai relu plusieurs fois et pense comprendre que tu nous décris le retour de la dame vers sa voiture, soit un après de la photo ! Bien vu comme technique, il fallait y penser ! bravo ! ;-)

Écrit par : Nady | 12/09/2017

Répondre à ce commentaire

Oui, la photo n'est qu'un tout petit élément de mon texte...

Écrit par : La plume et la page | 23/09/2017

ah ! ah ! moi aussi je me demandais dans quel sens allait cette femme, et si tu ne t'étais pas trompée de photo, c'est excellent ce décalage si bien mené.

Écrit par : la fllibust | 16/09/2017

Répondre à ce commentaire

Mon texte fait suite à celui de la semaine précédente, soit l'atelier 274.

Écrit par : La plume et la page | 23/09/2017

Ah ah tout pareil, avec l'arbre de la semaine passée, me suis demandé si tu n'avais pas lié les deux ! ;)

Écrit par : leiloona | 20/09/2017

Répondre à ce commentaire

Les deux sont liés. Bien vu!

Écrit par : La plume et la page | 23/09/2017

Écrire un commentaire