Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/01/2018

Le camp des autres - Th. VINAU

livre,littérature,le camp des autres,thomas vinau,actu,actualitéJean-le-blanc a utilisé des mots simples, pour dire des choses simples. Il a dit J'ai choisi un camp. Le camp de ceux dont ne veut pas. Le camp des nuisibles, des renards, des furets, des serpents, des hérissons. Le camp de la forêt. Le camp de la route et des chemins aussi. De ceux qui vivent sur les chemins. De la trime et de la cloche. Des romanichels et des bohémiens.

Le camp des autres est ma première lecture pour le Prix des lecteurs de l'Armitière. Je n'avais lu aucun roman de Thomas Vinau auparavant et ce fut une belle découverte. J'ai certes aimé l'histoire, mais j'ai surtout aimé le style. Une fluidité, une rapidité dans l'enchaînement des mots, comme s'il avait écrit dans l'urgence, à bout de souffle, avec ses tripes et avec son cœur.

C'est l'histoire de Gaspard, un enfant violenté par son père qui se réfugie dans la forêt avec son chien blessé. Son idée est de mettre le plus de distance possible entre lui et son paternel. Il va errer plusieurs jours dans le froid, la boue, au milieu des animaux sauvages. Même le ventre tordu par la faim il continue à mettre un pied devant l'autre pour ne pas se faire rattraper. Mais il s'épuise. Son chien est lui aussi dans un piteux état. Quand enfin il met la main sur un collet, il est tout heureux. Il se réjouit du festin qu'ils vont faire lui et son chien. Cependant, ils ne sont pas les seuls à avoir faim. Un vieux loup rôde, alléché par l'odeur du lapin.

Quelques heures plus tard Gaspard est trouvé par un drôle de bonhomme qui se fait appeler Jean-le-blanc. Est-il sorcier? Est-il enseignant? Quels secrets cache-t-il? Il est bientôt visité par une troupe de bohémiens, romanichels ou voleurs, Gaspard ne sait pas très bien. Mais il est attiré par eux, par leur vie sur les chemins. Et malgré l'hospitalité de Jean-le-blanc, le gamin part les rejoindre. Ceux-là, ayant à leur tête Capelo, partent retrouver la Caravane à Pépère.

Un texte minéral qui sent le sous-bois, l'humus et la boue. Un texte au goût de sang et de cendres, qui met les sens en éveil et qui tient en haleine du début à la fin. 

Le camp des autres - Thomas VINAU - Ed. Alma - 2017

Écrire un commentaire