Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/01/2018

La promesse de l'aube

cinéma,films,la promesse de l'aube,littérature,romain gary,actu,actualitéPourquoi j'ai choisi ce long métrage plutôt qu'un autre? Et bien sûrement pour son rapport à la littérature et pour en apprendre davantage sur Romain Gary, que je connais bien sûr de nom mais dont je n'ai jamais rien lu. Je n'avais aucun a priori sur le film. J'avais bien sûr entendu quelques critiques ici et là, avait écouté les acteurs défendre leur travail mais je ne m'étais pas fait d'idée sur la qualité du film.

Ce qui m'intéressait également c'était de voir le jeu de Charlotte Gainsbourg et sa crédibilité dans le rôle d'une femme parlant le polonais. Il faut savoir que Gary (ou plutôt Roman Kacew) a passé son enfance à Vilnius, ville qui était alors en Pologne. J'ai été bluffée lorsqu'elle s'exprimait en polonais dans le film. On sent qu'elle a beaucoup travaillé. En revanche je n'ai pas aimé son accent polonais quand elle parlait français. Il avait l'air de tout sauf d'un accent polonais, et je sais de quoi je parle. Mais elle y a mis tout son cœur et elle est crédible dans cette mère à la fois possessive et légère qui demande à son fils de devenir Victor Hugo. Rien de moins.

Je ne saurais vous dire si le film est fidèle au livre ou bien si le réalisateur l'a adapté librement. La seule chose certaine c'est que la Promesse de l'aube (ici le bouquin) est tout sauf une autobiographie de Romain Gary. Il y raconte certes des pans entiers de sa vie, mais de façon largement romancée. Où se trouve la frontière entre le réel et la fiction? Mystère. Ceci étant dit, j'ai passé un bon moment devant ce long métrage même si je n'ai pas été complètement convaincue par Pierre Niney.

La promesse de l'aube - Eric BARBIER - Avec Pierre Niney, Charlotte Gainsbourg, Didier Bourdon, Jean-Pierre Darroussin... - 2017

Écrire un commentaire