Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/02/2018

Les dimanches poétiques (218)

"Clarisse était un poisson-chat nyctalope qui distinguait très bien les rochers dans les mers nocturnes. C'était une évidence dont j'attendais qu'elle soit si explicitement formulée: j'avais la vie sur le bout de la langue. Et peut-être était-ce pourquoi je m'étais retrouvé sur une péniche à guetter des oiseaux morts sur les rives, à mener une enquête pour laquelle personne ne m'avait missionné et dont pas mal d'être humains se foutaient. Donc oui, certes, bien sûr que oui, j'avais la vie sur le bout de la langue. Sur le bout de la langue les engagements, les choix, les aventures de l'esprit, la vie sociale et les conquêtes. J'avais l'impression de passer ma vie à ne pas articuler complètement ce qui m'arrivait et à sacrifier tout un tas de syllabes, de mots et de phrases-projets."

Victor POUCHET Pourquoi les oiseaux meurent

poésie, littérature, victor pouchet, pourquoi les oiseaux meurent, actu,actualité

Écrire un commentaire