Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/04/2015

Avril, ce fut...

Une ceinture Tommy Hilfiger Denim / Un beau rayon de soleil le 4 avril malgré le ciel gris /  Ne pas confondre le test de Schöber et le test de Schirmer. Le premier concerne le rachis, le second l'œil... / Aller chercher le cabas de mes rêves et voir à nouveau un magnifique rayon de soleil / Dormir 4h30, être au taquet le lendemain, et être étrangement calme et détendue / Un chwing-gum à la myrtille (Merci François!) / Essayer de faire ralentir le petit vélo dans mon cerveau / Quelques gouttes de Laroxyl pour les douleurs neuropathiques / Nettoyer la voiture à fond avant les vacances /  Découvrir ce qu'est un scanner ASAP. Vous donnez votre langue au chat? Et bien c'est un scanner "as soon as possible"! / Croiser les doigts et prier Saint-Antoine de Padoue / Mettre la bouteille de Coco dans la valise / Emporter des Hobnobs, un paquet de fraises Tagada, et le CD des Common Linnets!

blog,shopping,bonheur,loisirs,actu,actualité

05/04/2015

All the colors of the rainbow

Et bien la journée d'hier a été colorée. Une journée colorée d'envies, de rires, de sourires, de joie. Et pourtant le ciel a été gris du matin au soir. Une journée qui m'a apporté ce dont j'avais besoin pour le week-end, pour la semaine à venir, et surtout pour le moral.

Depuis plusieurs jours j'avais envie d'aller me balader dans le centre de la grosse ville toute proche. Mais vendredi soir je pensais mon plan tombé à l'eau car ne pouvant voir une amie ce jour-là en fin d'après-midi nous avons repoussé notre pause café au lendemain, c'est-à-dire hier. Bien que le rendez-vous soit programmé en début d'après-midi, quand on est parties à discuter, difficile de s'arrêter.

Ceci étant dit hier matin quelque chose clignotait dans mon cerveau me disant que je devais aller en ville l'après-midi. Et puis j'avais aussi envie de dire "merde" au ciel gris. Hier j'avais envie de toutes les couleurs de l'arc-en-ciel, j'avais envie de voir du monde, même de parfaits inconnus. J'avais envie de foule. Et il y avait du monde dans le centre de la grosse ville. Je me suis arrêtée chez Hema acheter du pain d'épices, puis j'ai traversé le Printemps où j'ai regardé les foulards et les sacs à main avant d'aller boire un café au Bovary.

Je suis repartie en direction de la rue des Carmes car je voulais acheter des macarons chez Grand'mère Auzou. Il y avait deux nouveaux parfums: fraise-abricot et fraises des bois. Je pensais acheter des quiches chez le traiteur italien dans la rue Rollon et quand je suis arrivée dans ladite rue, je me suis rappelé en voyant le primeur qu'on m'avait dit qu'il s'y vendait des cabas en raphia. Alors, en traversant la rue, j'ai cherché des yeux les cabas à travers la vitre. Effectivement ils étaient entreposés sur des étagères dans le fond du magasin. Mais il n'y avait pas que des cabas dans la boutique. Au milieu des fruits et des légumes il y avait un magnifique rayon de soleil. Toutes les couleurs de l'arc-en-ciel étaient là.

Puis, mon cœur a commencé à faire le con dans ma poitrine. J'ai été incapable d'entrer dans la boutique pour regarder de plus près les cabas. Je ne suis même pas entrée chez l'Italien non plus. La boutique était pleine et je n'avais vraiment pas envie d'attendre. Pourtant Dieu sait que leurs quiches sont délicieuses, sans parler de leurs nougats!

Mais je suis repartie un sourire béat aux lèvres. Tout a concordé hier pour que je le voie. Il est grand le mystère de la foi...

rainbow,balade,météo,bonheur,intuition,shopping,actu,actualité

23/01/2015

Sur un petit nuage

Il n'y a pas de soleil aujourd'hui mais j'ai du soleil dans le cœur pour au moins trois jours! Je dirais même que je suis sur un petit nuage. Mes pieds ne touchent plus le sol. Aux anges! Je suis aux anges! Et en plus je me trimbale un sourire béat.

[...] 

A part ça Arte diffuse le film Bancs Publics Versailles rive droite de Denis Podalydès. C'est complètement déjanté et à mourir de rire!

Sans transition, j'ai mangé hier ma deuxième part de galette des rois de l'année et j'ai eu pour la deuxième fois la fève. Ca m'inquiète un peu pour lundi cette affaire. J'aimerais bien pouvoir y échapper...

soleil,bonheur

16/03/2013

Nous étions faits pour être heureux - V. OLMI

livres,littérature,véronique olmi,amour,bonheur,actu,actualitéUn livre qui remue un peu à la fin. Un conseil: évitez de le terminer quand vous êtes malade. Les derniers chapitres pourraient vous tirer des larmes et vous donner mal au coeur.

Le livre s'ouvre sur la vie d'un couple qui a tout pour être heureux. Serge, soixantenaire, a une jeune et jolie femme prénommée Lucie. Ils ont deux magnifiques enfants. Lui est agent immobilier et gagne très bien sa vie. Elle, elle reste à la maison et prend soin avec entrain de leur progéniture. La vie de la famille est réglée comme du papier à musique. Alors, quand Suzanne vient accorder le piano du fiston dans leur maison située à Montmartre, Serge ne la remarque pas.

Mais il suffit parfois de peu de choses pour qu'une vie se désaccorde... Un soir de fête où il entre dans un bar avec sa femme, Serge revoit Suzanne. Pourquoi va-t-il chercher à la revoir? Elle n'est pas jeune, pas belle, et apparemment ordinaire. Et pourquoi va-t-il éprouver le besoin de lui confier une histoire d'enfance qu'il avait enfouie au plus profond de lui? Qu'a-t-elle de plus qu'une autre pour qu'il se confie à elle?

Il y a parfois des passions et des pulsions qu'il est vain de tenter d'expliquer mais qui doivent être vécues même si ça fiche son petit monde en l'air. C'est ce que va faire Serge. C'est ce que va faire Suzanne. Mais ni l'un, ni l'autre ne sortira indemne de cette histoire d'amour... même si pour Suzanne celle-ci sera finalement bénéfique.  

Nous étions faits pour être heureux - Véronique OLMI - Ed. Albin Michel - 2012