Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/08/2017

Une très légère oscillation - S. TESSON

livres,journal intime,philosophe voyageur,sylvain tesson,une très légère oscillation,éditions des équateurs,actu,actualitéLe dernier livre de Sylvain Tesson rassemble une partie de ses chroniques rédigées pour Le Point, Philosophie Magazine et Grands Reportages sur les années 2014, 2015, 2016 et le début de 2017.

Il y parle de l'actualité mais principalement de l'islam et des islamistes, de l'environnement, de l'écriture, des travers de ses contemporains, et de sa reconstruction après cette chute qui lui a valu plusieurs mois d'hôpital. Il nous livre aussi des aphorismes, et ses textes sont truffés de mots qui personne n'emploie plus. Il est esthète et poète, ne suis jamais le chemin que les autres empruntent. Une pensée à la fois cynique et lucide, mais aussi pleine d'espoir.

C'est frais, parfois un peu fantasque, et ça fait un bien fou.

Une très légère oscillation - Sylvain TESSON - Editions des Equateurs - 2017

03/08/2017

Une année de lecture

Comme chaque année, le début du mois d'août sonne l'heure du bilan de mes lectures. Et bien je suis heureuse de vous annoncer que celui de cette année est, de loin, meilleur que celui de l'an passé. En effet, du 1er août 2016 au 31 juillet 2017, j'ai lu en tout 32 livres, soit plus du double qu'à la même période l'année dernière. Ai-je eu plus de temps pour lire cette année? Pas sûr. Disons que j'ai davantage pris le temps. Me gavant même de lecture certains jours. Et quel bonheur de plonger dans toutes ces lignes qui m'ont fait croiser des destins extraordinaires et découvrir des histoires palpitantes!

Mais revenons à notre bilan. Ces 32 livres représentent un coût de 522,50 euros. Mais je me dois d'ajouter qu'en réalité mes lectures ne m'ont réellement coûté que 165,10 euros. La majorité des bouquins m'a été prêtée (merci les amies).

Quelques livres à retenir de cette année. Le temps est assassin de Michel Bussi. Un excellent polar que j'ai dévoré. Pour le dépaysement, j'ai beaucoup voyagé du côté de l'Australie avec Une vie entre deux océans de M. L. Stedman et Fleurs sauvages de Kimberley Freeman. J'ai également voyagé aux Etats-Unis avec Tracy Chevalier et son excellent A l'orée du verger ainsi qu'avec Sylvain Tesson qui a traversé la France Sur les chemins noirs. Puis dans des genres différents, j'ai énormément apprécié Un saint homme d'Anne Wiazemsky, Trois jours chez ma mère de François Weyergans, et Chagrin d'école de Daniel Pennac.

Un bon bilan en somme et je vais essayer de faire aussi bien cette année.

Bonne lecture à tous!

livres,lecture,littérature,essais,romans,polars,actu,actualité

livres,lecture,littérature,essais,romans,polars,actu,actualité

21/07/2017

Le temps est assassin - M. BUSSI

livres,littérature,lecture,polars,romans,michel bussi,le temps est assassin,actu,actualitéC'est le dixième polar de Michel Bussi que je lis et une fois de plus j'ai été bluffée par sa capacité à tenir le lecteur en haleine. Le temps est assassin est un excellent cru. Pour ma part je le classe dans le top 3 des intrigues. Jusqu'à la fin on cherche le coupable aux côtés de l'héroïne. Les portraits des protagonistes sont fouillés, le portrait physique, mais surtout le portrait psychologique. Les réactions et les ressentis sont développés. C'est par ailleurs extrêmement fluide et abouti dans la construction.

Clotilde retourne en Corse 27 ans après le décès de ses parents et de son frère dans un accident de voiture. Elle vient se recueillir sur les lieux. Rien n'a changé, ou presque. Ces vacances ressemblent à une sorte de pèlerinage sur les lieux de son enfance et de son adolescence. Jusqu'au moment où elle reçoit une lettre pour le moins étrange. Cette lettre a été écrite par sa mère. Sa mère qui est décédée dans ce terrible accident de voiture il y a 27 ans... Comment cela peut-il être possible? Clotilde va essayer d'éclaircir les zones d'ombre entourant la mort de ses proches et va aller de surprises en surprises.  

Autre élément important du roman, la Corse, ses traditions, ses coutumes. C'est un personnage à part entière. Un endroit idyllique qui est la proie de l'avidité des hommes.

Le temps est assassin - Michel Bussi - Ed. Pocket - 2017

09/07/2017

Les dimanches poétiques (203)

"On peut m'objecter qu'un esprit organisé n'a nullement besoin d'apprendre par cœur. Il sait faire son miel de la substantifique moelle. Il retient ce qui fait sens et, quoi que j'en dise, il conserve intact le sentiment de la beauté. D'ailleurs, il peut vous retrouver n'importe quel bouquin en un tournemain dans sa bibliothèque, tomber pile sur les bonnes lignes, en deux minutes."

Daniel PENNAC Chagrin d'école

poésie,littérature,actu,actualité,livres,lecture

07/07/2017

L'univers d'un écrivain

livres,lecture,auteurs,écrivains,magazine lire,voyages,l'univers d'un écrivain,maisons d'écrivains,actu,actualitéJe me suis abonnée au magazine LiRE au printemps et chaque mois j'aime retrouver la rubrique L'univers d'un écrivain. Un auteur ouvre les portes de sa maison et présente l'envers du décor. On découvre son environnement, son bureau, ses habitudes d'écriture ou encore ses passions.  

Ainsi dans le magazine du mois d'avril c'était au tour de Jean-Christophe Rufin de recevoir le rédacteur en chef chez lui, dans les Alpes, à Saint-Nicolas-de-Véroce. Un vieux chalet flanqué d'un abreuvoir d'époque. L'auteur du Tour du monde du roi Zibeline a la passion de la montagne, de la très haute montagne, devrais-je dire. S'il n'est pas en train d'escalader une paroi rocheuse, il grimpe à vélo jusqu'au col des Aravis. On apprend que Rufin s'essaie par ailleurs à la peinture et qu'il pratique le tir au pistolet.

En juin c'était à Victoria Hislop de présenter son univers, en Grèce, où elle réside une partie de l'année dans sa résidence secondaire. Elle a appris la langue et ses histoires sont de près ou de loin liées à ce pays. Le cadre est idyllique et se prête, on n'en doute pas une seconde, à l'écriture.

Ces endroits hors du monde où se poser me font rêver...

06/07/2017

En présence de Schopenhauer - M. HOUELLEBECQ

michel houellebecq,en présence de schopenhauer,livres,essais,littérature,philosophie,actu,actualitéUn homme plein d'esprit, jusque dans la solitude la plus profonde, trouvera dans ses propres pensées et ses fantaisies une distraction parfaite, tandis que le changement continuel apporté par la société, les spectacles, les promenades, les fêtes sera incapable de repousser l'ennui qui torture l'imbécile. Un caractère bon, modéré, paisible peut être satisfait dans l'indigence, pendant que toutes les richesses ne sauraient satisfaire un caractère avide, envieux et méchant.

Je n'avais rien lu de Schopenhauer jusqu'à aujourd'hui. Enfin, il se peut que j'aie lu des textes de cet auteur mais je ne m'en rappelle pas. Mes cours de philo sont très loin et pour tout dire cette matière ne m'a jamais vraiment passionnée. L'œuvre de ce brave Arthur est donc tombée dans les oubliettes de ma mémoire. Ceci étant éclairci, ce n'est pas parce que cette matière ne m'a jamais passionnée qu'elle ne m'intéresse pas. Et je me suis dit que l'analyse faite par Houellebecq de certains passages du Monde comme volonté et comme représentation et des Aphorismes sur la sagesse dans la vie était une façon de renouer avec cette discipline.

Ce ne fut pas une lecture facile. Les phrases des extraits choisis sont longues, à tiroirs. On perd vite le fil si l'on n'y prend pas garde. Le sujet n'est pas simple non plus, me direz-vous. Personnellement, j'ai aimé passablement les quatre premiers chapitres (notamment les trois premiers) où il est question du Monde comme volonté et comme représentation. Les chapitres 5 et 6, où Houellebecq commente les Aphorismes sur la sagesse dans la vie, m'ont davantage intéressée. Il y est question de la conduite de la vie à travers ce que nous sommes - des êtres pétris de désir - et ce que l'on a - à savoir une indépendance financière et des forces intellectuelles supérieures, lesquelles, combinées devraient permettre à celui à qui elles échoient de mener à bien des œuvres pour le bien de l'humanité. Et que celui qui ne s'en donnerait pas la peine - celui pourvu de la fortune et de telles capacités - serait, selon Schopenhauer, un "fainéant méprisable".

Une vraie philosophie de vie, en quelque sorte, en mettant l'accent sur le fait que les capacités intellectuelles, selon lui, ne sont pas réparties également parmi les individus; que celui qui a une individualité riche et qui a un esprit supérieur est sans aucun doute plus heureux que celui qui n'a pas un tel don. Plus il possède en lui-même, moins il peut trouver dans les autres hommes et leurs activités une grande satisfaction.

Je ne sais pas si je vous ai donné envie de lire Schopenhauer mais entrouvrir la porte qui me séparait de la philosophie (porte trop longtemps fermée) m'a permis de me questionner un peu plus sur le sens de la vie et des enjeux de celle-ci.

En présence de Schopenhauer - Michel HOUELLEBECQ - Editions de L'Herne - 2017

21/06/2017

Vive les voyages en train!

Je ne vous dis pas mon plaisir de voyager en train. Pas besoin de suivre la route et de contrôler constamment la vitesse de l'engin. Un vrai bonheur. Je peux tout à loisir admirer le paysage et surtout... je peux lire sans culpabiliser. N'emportant jamais mon notebook, et me connectant rarement à Internet avec mon téléphone portable, j'ai tout le loisir de dévorer des pages. Je n'ai rien d'autre à faire. Pas de lessive à étendre, pas de linge à repasser, pas de poussière à éliminer... Si je pouvais je passerais ma vie dans les trains, sillonnant de long en large la France, et même l'Europe, rien que pour m'adonner à la lecture.

Je descends prochainement dans le sud en TGV et je peux vous dire que je me fais une joie de ce voyage (même si le fonctionnement de la SNCF m'a souvent exaspérée!). Deux lectures m'accompagneront: Alabama Song de Gilles Leroy (livre ayant reçu le prix Goncourt en 2007) et les Lettres de mon moulin d'Alphonse Daudet, déjà lues mais dont je ne me lasse pas (et aussi pour retrouver l'accent chantant et les couleurs de Provence avant l'heure). J'emporterai également deux numéros du 1Hebdo que je n'ai pas encore eu le temps de parcourir. (Il faut de quoi meubler les cinq heures de voyage...)

Moi je dis, vive le train!

DSC_0602~2.jpg

DSC_0603~2.jpg