Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2017

La Salamandre - J.-Ch. RUFIN

livres,littérature,romans,jean-christophe rufin,la salamandre,brésil,actu,actualitéElle était passée de l'autre côté, là où le monde est sans pitié et sans égard, où la misère impose ses rudesses au corps et à l'esprit, où la vie n'est que le solde d'un compte entre la violence reçue et celle que l'on administre. Les scrupules, la prévenance, la politesse sont réservés aux étrangers, aux riches, à ceux que l'on respecte mais que l'on vole. La brutalité, elle, est la part des familiers, de ceux que l'on piétine mais que l'on aime.

Je ne savais pas trop à quoi m'attendre en ouvrant ce bouquin même si j'aime assez le style de l'auteur. Ce n'est pas le premier livre que je lis de Jean-Christophe Rufin. J'avais beaucoup aimé Un léopard sur le garrot. Pas un roman, pas une autobiographie non plus, une sorte de récit où il passe à  la loupe les moments importants de sa vie et ce qui a compté pour lui.

Ici le registre est différent. Il s'agit bel et bien d'un roman. Catherine, la quarantaine bien entamée, parisienne à la vie bien réglée et un peu terne, décide un jour de prendre de vraies vacances et d'aller rendre visite à une amie d'enfance installée au Brésil.

Quand elle arrive, c'est le Brésil des cartes postales qui l'accueille. Le soleil, la chaleur, les après-midi à la plage... rien ne manque. Les hommes à la peau mate font eux aussi partie du décor. C'est d'ailleurs sur les conseils de son amie que Catherine débute une relation avec l'un de ces hommes, de ceux qui traînent sur la plage en quête de touristes étrangères esseulées et en mal d'aventures. Il se prénomme Gilberto. Un prénom imprononçable quand on ne parle pas brésilien. Pas question d'argent entre eux. Catherine lui fait cependant des cadeaux, à chaque fois toujours un peu plus beaux, comme si elle avait une dette envers lui. Lui qui se donne sans compter au lit.

L'histoire aurait pu s'arrêter là. Catherine aurait pu repartir en France à la fin de vacances, reprendre sa vie paisible à Paris. Mais elle s'est attachée à Gilberto, et serait prête à n'importe quoi pour lui, même si elle sait qu'il habite dans les favelas et que les gens de ces quartiers ne sont pas forcément bien intentionnés. Elle lui demande ce qui lui ferait plaisir. Il aimerait s'acheter un bar. Catherine fait rapidement ses calculs, additionne ses placements et la vente de son appartement, soustrait les liens qui pourraient la retenir à Paris, et la voilà installée à Rio. Cependant, tout ne va pas se passer comme elle l'avait imaginé. L'amour qu'elle ressent pour Gilberto n'est pas réciproque et il devient méchant, voire indifférent, abusant jusqu'à l'extrême de la faiblesse de Catherine. Elle l'a dans la peau. Lui a compris qu'elle ne lui refuserait rien. Et cette passion destructrice va aller crescendo.

Autant vous dire que j'ai eu envie de la secouer plus d'une fois cette Catherine, de lui faire entendre raison, de lui prouver par A + B que ce Gilberto n'est pas un type bien. Et là plusieurs questions me viennent à l'esprit. Est-ce qu'on peut aimer un homme jusqu'à ce qu'il nous détruise? Peut-on tout accepter par amour? N'y a-t-il pas une limite à la souffrance? Comment ne pas finir par haïr cet homme qui vous fait du mal? Un amour enfui peut-il conduire à vouloir mourir? Ce roman ne m'a pas laissée indifférente. Si Jean-Christophe Rufin voulait provoquer ses lecteurs, on peut dire qu'avec moi il a gagné son pari!

La Salamandre - Jean-Christophe RUFIN - éditions Folio - 2016

01/09/2017

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur - H. LEE

livres,littérature,lecture,littérature américaine,prix pulitzer,pulitzer,harper lee,ne tirez pas sur l'oiseau moqueur,états-unis,actu,actualitéJ'avais reçu ce livre dans le cadre du swap American Sixties il y a de cela quelques années et il m'attendait sagement sur une étagère. Il attendait surtout que je me décide à le considérer et à me dire qu'il était temps de le lire.

Début mai je rédigeai un post dans lequel j'évoquai mon objectif de faire descendre ma PAL significativement d'ici le 31 décembre. Mais comme j'aime bien compliquer les choses, je me suis lancé un  challenge supplémentaire, à savoir lire quelques gros morceaux de la littérature qui prennent racine sur mes étagères... Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur faisait partie de ma petite liste à éjecter de la PAL. Mais ce n'était pas gagné. Pour tout vous avouer, je lis rarement des ouvrages dont les personnages principaux sont des enfants ou des adolescents. Et quand je l'ai commencé, je me suis dit "ouh la la, elle va être longue, cette lecture". Puis, les pages allant, je me suis attachée à Jean Louise (dite Scout) et à son frère Jeremy. Tous les deux vivent à Maycomb, petite localité de l'Alabama. L'histoire se déroule au début du 20ème siècle. Scout, qui a grandi, raconte son enfance dans un état où la parole des Blancs faisait foi. Elle jette un regard sur son passé, sur les événements qui l'ont marqué: la peur de passer devant la maison de Boo Radley, les étés passés à jouer avec Dill, l'ennui à l'école, l'incendie de la maison de sa voisine, et cette vilaine histoire de viol, dont le vrai coupable ne fut pas condamné parce qu'il était blanc... Tous ces événements sont imbriqués et donnent un merveilleux roman initiatique. Et au final, j'ai beaucoup aimé cette histoire, quittant à regret mes deux protagonistes.

Ce roman, le seul qu'ait écrit Harper Lee, a connu un succès mondial. Il a reçu le prix Pulitzer en 1962 et est étudié dans les écoles et les lycées américains. Je ne saurais que trop vous le recommander!

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur - Harper LEE - Ed. LGF / Le Livre de Poche - 2009

21/08/2017

Pour le meilleur et pour le pire - M. C. BEATON

livres,lecture,littérature,agatha raisin,m. c. beaton,costwolds,actu,actualitéCe cinquième tome des enquêtes d'Agatha Raisin ne manque pas de rebondissements. Notre enquêtrice en herbe, sur le point d'épouser son ténébreux voisin James Lacey, voit débouler son mari qu'elle pensait mort. Mais s'il était bien vivant le jour de la cérémonie, on le retrouve cette fois-ci bel et bien mort le lendemain matin dans un fossé de Carsely. Et bien sûr tous les soupçons se portent sur notre pauvre Agatha. 

James, se sentant trahit, lui fait comprendre qu'il ne pourra jamais plus l'épouser. Cependant il accepte tout de même de l'héberger dans la chambre d'ami. Agatha, promise à la vie de couple, avait mis en vente son cottage... acheté par une certaine Mrs Hardy.

Comme toujours M. C. Beaton a le chic pour entremêler les destins des personnages. Des personnages tous plus truculents les uns que les autres.

Pour le meilleur et pour le pire - M. C. BEATON - Ed. Albin Michel - 2017

  

08/08/2017

Une très légère oscillation - S. TESSON

livres,journal intime,philosophe voyageur,sylvain tesson,une très légère oscillation,éditions des équateurs,actu,actualitéLe dernier livre de Sylvain Tesson rassemble une partie de ses chroniques rédigées pour Le Point, Philosophie Magazine et Grands Reportages sur les années 2014, 2015, 2016 et le début de 2017.

Il y parle de l'actualité mais principalement de l'islam et des islamistes, de l'environnement, de l'écriture, des travers de ses contemporains, et de sa reconstruction après cette chute qui lui a valu plusieurs mois d'hôpital. Il nous livre aussi des aphorismes, et ses textes sont truffés de mots que personne n'emploie plus. Il est esthète et poète, ne suit jamais le chemin que les autres empruntent. Une pensée à la fois cynique et lucide, mais aussi pleine d'espoir.

C'est frais, parfois un peu fantasque, et ça fait un bien fou.

Une très légère oscillation - Sylvain TESSON - Editions des Equateurs - 2017

03/08/2017

Une année de lecture

Comme chaque année, le début du mois d'août sonne l'heure du bilan de mes lectures. Et bien je suis heureuse de vous annoncer que celui de cette année est, de loin, meilleur que celui de l'an passé. En effet, du 1er août 2016 au 31 juillet 2017, j'ai lu en tout 32 livres, soit plus du double qu'à la même période l'année dernière. Ai-je eu plus de temps pour lire cette année? Pas sûr. Disons que j'ai davantage pris le temps. Me gavant même de lecture certains jours. Et quel bonheur de plonger dans toutes ces lignes qui m'ont fait croiser des destins extraordinaires et découvrir des histoires palpitantes!

Mais revenons à notre bilan. Ces 32 livres représentent un coût de 522,50 euros. Mais je me dois d'ajouter qu'en réalité mes lectures ne m'ont réellement coûté que 165,10 euros. La majorité des bouquins m'a été prêtée (merci les amies).

Quelques livres à retenir de cette année. Le temps est assassin de Michel Bussi. Un excellent polar que j'ai dévoré. Pour le dépaysement, j'ai beaucoup voyagé du côté de l'Australie avec Une vie entre deux océans de M. L. Stedman et Fleurs sauvages de Kimberley Freeman. J'ai également voyagé aux Etats-Unis avec Tracy Chevalier et son excellent A l'orée du verger ainsi qu'avec Sylvain Tesson qui a traversé la France Sur les chemins noirs. Puis dans des genres différents, j'ai énormément apprécié Un saint homme d'Anne Wiazemsky, Trois jours chez ma mère de François Weyergans, et Chagrin d'école de Daniel Pennac.

Un bon bilan en somme et je vais essayer de faire aussi bien cette année.

Bonne lecture à tous!

livres,lecture,littérature,essais,romans,polars,actu,actualité

livres,lecture,littérature,essais,romans,polars,actu,actualité

21/07/2017

Le temps est assassin - M. BUSSI

livres,littérature,lecture,polars,romans,michel bussi,le temps est assassin,actu,actualitéC'est le dixième polar de Michel Bussi que je lis et une fois de plus j'ai été bluffée par sa capacité à tenir le lecteur en haleine. Le temps est assassin est un excellent cru. Pour ma part je le classe dans le top 3 des intrigues. Jusqu'à la fin on cherche le coupable aux côtés de l'héroïne. Les portraits des protagonistes sont fouillés, le portrait physique, mais surtout le portrait psychologique. Les réactions et les ressentis sont développés. C'est par ailleurs extrêmement fluide et abouti dans la construction.

Clotilde retourne en Corse 27 ans après le décès de ses parents et de son frère dans un accident de voiture. Elle vient se recueillir sur les lieux. Rien n'a changé, ou presque. Ces vacances ressemblent à une sorte de pèlerinage sur les lieux de son enfance et de son adolescence. Jusqu'au moment où elle reçoit une lettre pour le moins étrange. Cette lettre a été écrite par sa mère. Sa mère qui est décédée dans ce terrible accident de voiture il y a 27 ans... Comment cela peut-il être possible? Clotilde va essayer d'éclaircir les zones d'ombre entourant la mort de ses proches et va aller de surprises en surprises.  

Autre élément important du roman, la Corse, ses traditions, ses coutumes. C'est un personnage à part entière. Un endroit idyllique qui est la proie de l'avidité des hommes.

Le temps est assassin - Michel Bussi - Ed. Pocket - 2017

09/07/2017

Les dimanches poétiques (203)

"On peut m'objecter qu'un esprit organisé n'a nullement besoin d'apprendre par cœur. Il sait faire son miel de la substantifique moelle. Il retient ce qui fait sens et, quoi que j'en dise, il conserve intact le sentiment de la beauté. D'ailleurs, il peut vous retrouver n'importe quel bouquin en un tournemain dans sa bibliothèque, tomber pile sur les bonnes lignes, en deux minutes."

Daniel PENNAC Chagrin d'école

poésie,littérature,actu,actualité,livres,lecture