Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/09/2017

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur - H. LEE

livres,littérature,lecture,littérature américaine,prix pulitzer,pulitzer,harper lee,ne tirez pas sur l'oiseau moqueur,états-unis,actu,actualitéJ'avais reçu ce livre dans le cadre du swap American Sixties il y a de cela quelques années et il m'attendait sagement sur une étagère. Il attendait surtout que je me décide à le considérer et à me dire qu'il était temps de le lire.

Début mai je rédigeai un post dans lequel j'évoquai mon objectif de faire descendre ma PAL significativement d'ici le 31 décembre. Mais comme j'aime bien compliquer les choses, je me suis lancé un  challenge supplémentaire, à savoir lire quelques gros morceaux de la littérature qui prennent racine sur mes étagères... Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur faisait partie de ma petite liste à éjecter de la PAL. Mais ce n'était pas gagné. Pour tout vous avouer, je lis rarement des ouvrages dont les personnages principaux sont des enfants ou des adolescents. Et quand je l'ai commencé, je me suis dit "ouh la la, elle va être longue, cette lecture". Puis, les pages allant, je me suis attachée à Jean Louise (dite Scout) et à son frère Jeremy. Tous les deux vivent à Maycomb, petite localité de l'Alabama. L'histoire se déroule au début du 20ème siècle. Scout, qui a grandi, raconte son enfance dans un état où la parole des Blancs faisait foi. Elle jette un regard sur son passé, sur les événements qui l'ont marqué: la peur de passer devant la maison de Boo Radley, les étés passés à jouer avec Dill, l'ennui à l'école, l'incendie de la maison de sa voisine, et cette vilaine histoire de viol, dont le vrai coupable ne fut pas condamné parce qu'il était blanc... Tous ces événements sont imbriqués et donnent un merveilleux roman initiatique. Et au final, j'ai beaucoup aimé cette histoire, quittant à regret mes deux protagonistes.

Ce roman, le seul qu'ait écrit Harper Lee, a connu un succès mondial. Il a reçu le prix Pulitzer en 1962 et est étudié dans les écoles et les lycées américains. Je ne saurais que trop vous le recommander!

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur - Harper LEE - Ed. LGF / Le Livre de Poche - 2009

06/07/2014

Ne le dis à personne - H. COBEN

livres,littérature,littérature américaine,harlan coben,romans,actu,actualité

Ayant adoré le film avec François Cluzet et Marie-Josée Croze, j'ai eu envie de lire le livre d'Harlan Coben. Mais j'avais en tête le scénario imaginé par Guillaume Canet et j'ai eu beaucoup de mal à me faire à l'idée que l'histoire se déroule aux Etats-Unis. Puis je n'ai pas retrouvé certains détails du film qui me plaisaient davantage que ceux de l'histoire. Donc ce fut une lecture en demi-teinte.

David Beck, pédiatre, a perdu sa femme il y a huit ans dans de bien sordides conditions. Cependant, alors qu'il consulte ses mails sur son ordinateur, il en découvre un pour le moins étrange. Un e-mail qui lui parle de "l'heure du baiser". Or, l'heure de leur 1er baiser, personne n'est au courant à part Elizabeth et lui. Il croit à une farce mais au fond de lui il se demande qui a bien pu lui envoyer cet e-mail. Et si... oui, et si Elizabeth n'était pas morte? Ce n'est pas lui, Beck, qui est allé reconnaître le corps après le drame. C'est Hoyt Parker, le père d'Elizabeth, qui travaillait dans la police qui est allé à la morgue.

Puis, un deuxième e-mail arrive qui donne rendez-vous à Beck dans un parc de New-York à l'heure du baiser. L'e-mail n'est toujours pas signé et le doute s'installe. Beck, recherché pour des cadavres retrouvés dernièrement non loin de l'endroit où Elizabeth a été tuée, va mener tant bien que mal sa petite enquête. Il va découvrir de sérieuses incohérences dans le rapport d'autopsie de sa femme.

Cette lecture ne fut pas un coup de cœur. J'ai trouvé le rythme un peu lent. Ma préférence va au film. 

Ne le dis à personne - Harlan COBEN - Ed. France Loisirs - 2012

03/10/2012

Babbitt - S. LEWIS

livres,littérature,littérature américaine,sinclair lewis,actu,actualitéJ'avais ce livre depuis un bout de temps dans ma PAL. Un livre gagné lors d'un concours sur un blog. La gentille Marion m'a donc fait parvenir ce roman de Sinclair Lewis publié pour la première fois en 1922. J'ai mis du temps à le lire. L'histoire n'est pas hyper passionnante. L'intérêt de ce roman réside dans le portrait fouillé du personnage central: ses ressentis, ses pensées et ses désirs.

Le livre fourmille de descriptions et rend compte précisément de l'état d'esprit de George F. Babbitt, agent immobilier de son état, qui travaille avec son beau-père dans la très florissante, mais aussi très conservatrice, ville de Zenith. Notre homme fait partie des meilleures sociétés de la ville, défend les intérêts capitalistes et vilipende les socialistes et les ouvriers.

Mais un beau jour Babbitt se rebelle contre tout ça et contre lui-même. Il se met à avoir des idées libérales et donne raison sur certains points au plus fervent activiste de gauche que compte la ville, Seneca Doane. Ses amis de l'Athletic club et des Boosters s'en offusquent et se mettent à l'éviter. Babbitt se met par ailleurs à fréquenter une bande de débauchés et néglige la communauté religieuse où il avait l'habitude de se rendre. Sa femme en prend elle aussi ombrage et les disputes se succèdent...

Babbitt s'affranchira-t-il de toutes les convenances ou bien reviendra-t-il dans le chemin qu'il avait jusqu'alors suivi? N'a-t-il pas le regret de ne jamais avoir fait ce dont il avait vraiment envie?

Cette lecture fut intéressante mais je ne la conseillerai pas à tout le monde. Si vous êtes passionnés par les Etats-Unis - et tout particulièrement le début du 20ème siècle - alors ce livre est pour vous. En revanche, si vous n'avez pas beaucoup d'affinités avec la culture américaine, je pense que vous pouvez en différer la lecture...

Babbitt - Sinclair LEWIS - Ed. Stock - 2010