Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/03/2018

Sauter l'obstacle

Darren essayait d'accélérer mais ses poumons refusaient de lui fournir davantage d'oxygène pour un effort supplémentaire. La barrière en bas de la prairie se rapprochait et elle semblait de plus en plus haute à mesure qu'il avançait. L'animal était toujours sur ses talons. Il semblait même gagner en vitesse. Il était énorme, puissant, les muscles tendus, prêt à écraser l'homme qu'il poursuivait. Darren n'osait pas se retourner. La sueur coulait le long de son dos, imprégnant toutes les couches de vêtements qu'il avait enfilés.

Quelle idée de vouloir couper à travers champs pour rentrer chez lui?! La maison du vieux McLeod n'était qu'à deux kilomètres par la route. Non, franchement, quelle idée! Pourquoi n'avait-il pas emprunté le même chemin qu'à l'aller? Deux kilomètres, ce n'était rien du tout, et les routes par ici n'étaient pas trop fréquentées. Il se rendait compte maintenant que ç'aurait été moins dangereux que le champ.

Plus que vingt mètres...

A présent la barrière lui paraissait énorme. Il essaya de se souvenir comment il sautait par-dessus la petite barrière de bois de la maison de ses parents quand il était enfant. La petite barrière de bois que son père fermait toujours à clé pour l'empêcher d'aller se balader.

Les sabots du taureau martelaient le sol et faisaient vibrer la terre. Darren ressentait les vibrations dans ses mollets. Il était à bout de souffle et pensait s'écrouler avant de pouvoir franchir l'obstacle. Son cœur tapait si fort sous ses côtes...

Cinq mètres...

Le tout était de prendre de l'élan au bon moment. Prendre un bon appui, mettre les jambes à l'horizontale... L'obstacle franchi Darren continua à courir. L'animal avançait à une telle vitesse qu'il n'allait pas arrêter sa course comme ça. Il  était bien capable de voler lui aussi par-dessus la barrière. Mais après avoir parcouru dix mètres Darren entendit un grand fracas. Le taureau s'était encastré dans la barrière. La bête, écumante, beuglait de douleur et de rage. Darren ne se retourna pas. Il ne voulait pas voir l'ampleur des dégâts et continua à courir jusque chez lui.

Quelques semaines plus tard, alors qu'il lui rendait visite, le vieux McLeod lui raconta toute l'histoire de son plus beau taureau mort de folie. Il pensait que l'animal avait couru sans raison pendant des heures puis s'était encastré dans la barrière au bas de la prairie. Il l'avait découvert le lendemain matin, sans vie, avec des morceaux de bois fichés dans les chairs. Darren n'avait pas démenti les propos de son ami.

Ce texte a été rédigé dans le cadre de l'atelier d'écriture Une photo, quelques mots n°298 initié par Leiloona. Il n'est pas libre de droits, la photo non plus.

textes originaux,écriture,atelier d'écriture,littérature,écrivain,actu,actualité

Commentaires

Il se passe de ces choses à la campagne !

Écrit par : Nady | 20/03/2018

Répondre à ce commentaire

M'en parle pas!

Écrit par : La plume et la page | 24/03/2018

A la fin, voulant tellement savoir ce qui allait se passer, je lisais aussi vite que ton héros courait... et que le taureau dévalait la pente.
Je suis encore hors d'haleine mais tellement soulagé que Darren s'en soit sorti...

Écrit par : Amor-Fati | 20/03/2018

Répondre à ce commentaire

Je pense qu'il a eu beaucoup de chance de s'en sortir car la bête avait l'air sacrément déterminé!

Écrit par : La plume et la page | 24/03/2018

On peut dire qu'on veut vite savoir la fin!!!
Ouf!

Écrit par : Julie G | 20/03/2018

Répondre à ce commentaire

Oui. On court avec Darren...

Écrit par : La plume et la page | 24/03/2018

Un récit au souffle court ! Les sensations sont très bien évoquées, on y est, on y croit !

Écrit par : laurence | 23/03/2018

Répondre à ce commentaire

Il ne fallait pas laisser le taureau se rapprocher...

Écrit par : La plume et la page | 24/03/2018

Bien vu de montrer que l'écart se resserre, du coup l'urgence éclate !

Écrit par : leiloona | 01/04/2018

Répondre à ce commentaire

Oui, faut pas rater son saut...

Écrit par : La plume et la page | 01/04/2018

Écrire un commentaire