Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/02/2018

Mettre de la distance avec le passé

Simon avait finalement embarqué pour Osaka. Après une escale en Egypte, le cargo avait fait route vers l'Orient. Pendant quinze jours il avait vécu au rythme des matelots avec en bruit de fond la mer et le grincement des conteneurs entassés sur le pont. Pourquoi avait-il fui ainsi? Voulait-il mettre davantage de distance avec son passé? Mettre davantage de distance entre lui et Combloux, entre lui et les Edelweiss, entre lui et Sarah? Il ne savait plus trop pourquoi il lui avait envoyé une carte de Gênes. Ils se connaissaient à peine. Et très mal. Mais il avait eu l'impression qu'elle le comprenait. Certes, il lui avait menti sur son identité et les raisons de sa présence à Combloux mais il pensait qu'elle avait lu en lui. Lorsqu'elle avait posé ses yeux sur lui il avait eu le sentiment qu'elle avait vu tout ce qu'il avait essayé de lui cacher.

Il marchait beaucoup dans la ville. Osaka fourmillait de vie et de rues plus étonnantes les unes que les autres. Il aimait ces petites échoppes de bois qui étaient légion dans le quartier qu'il s'était choisi. Elles proposaient de la nourriture à toute heure de la journée avec ces mêmes vendeurs à la gouaille perçante, pantins interchangeables qui travaillaient sans répit du lundi au dimanche. L'odeur de cuisine, mêlée à celle de l'asphalte, produisait quelque chose d'assez écoeurant. Pourtant, il n'était pas le dernier à y acheter quelque chose pour se caler le ventre. Comme les autres il s'installait sur les bancs adossés aux façades pour manger ces petits pains en forme d'escargot dont tout le monde raffolait, sa chevelure brune ne contrastant pas avec celle des autochtones. Il s'en dégageait une sombre clarté; un oxymore capillaire qui faisait des envieux.

Lorsqu'il n'arpentait pas la ville il restait à la pension et écrivait. Beaucoup. Il noircissait les pages à une vitesse folle. Il couchait sur le papier ce qu'il portait en lui depuis toutes ces années. Le moment était venu de se délester de ce fardeau. Et au fond de lui il savait à qui il enverrait son récit.

Textes précédents:

Il avait la mine grise

Une seule et même personne

Ce texte a été rédigé dans le cadre de l'atelier d'écriture Une photo, quelques mots n°295 initié par Leiloona. Il n'est pas libre de droits, la photo non plus.

ZCTNEPE5DM[1] atelier 295.jpg

10/02/2018

Il rêvassait devant la vitrine

Francesco se rappela la bibliothèque du collège de Rome où il avait été scolarisé. Elle ne laissait pas aux élèves la possibilité de s'évader; longue comme un réfectoire la lumière du jour s'y diffusait par de hautes fenêtres arrondies dans leur partie supérieure. Elle avait quelque chose de monastique. Les tables étaient en bois massif sans aucun artifice, les chaises, peu confortables, vous rappelait que l'apprentissage était un parcours vers un sommet qui se méritait.

Les étagères regorgeaient de toutes sortes d'ouvrages. Des manuels scolaires, des encyclopédies, des livres sur l'astronomie, quelques atlas, et des romans. Mais uniquement des romans inscrits au programme d'italien et des quelques langues étrangères enseignées. Son père avait tenu absolument à ce qu'il apprenne le français, lui répétant matin et soir que s'il n'arrivait pas à se faire une place au sein de la société italienne il pourrait toujours tenter sa chance en France. 

Il y avait notamment ce roman de Steinbeck Des souris et des hommes qu'ils avaient étudié pendant leur année de 3ème avec le professeur Stoletti. Francesco se souvint s'être pris d'affection pour les deux héros du bouquin, George et Lennie, jetés sur la route par la Grande Crise et louant leurs bras dans des ranchs. Deux amis d'enfance auxquels la vie n'avait pas fait de cadeaux. Berghetti se souvenait notamment de la fin du livre, et ce terrible moment où George tue Lennie pour qu'il ne tombe pas dans les mains du fils d'un patron qui s'est juré de l'abattre parce qu'il a accidentellement tué sa femme. Une sale histoire...

Francesco rêvassait devant la vitrine de la librairie. Il était sorti faire quelques emplettes pendant que Marcella se reposait. Elle n'avait pas eu le courage de ressortir pour acheter quelques vêtements et un nécessaire de toilette. Elle s'était allongée sur le lit et s'était endormie immédiatement.

Le jour déclinait. Berghetti entra dans la boutique et demanda s'ils avaient le livre de Steinbeck. Une vendeuse alla lui chercher le roman. Il craignait les insomnies, notamment quand il n'était pas chez lui. Le bouquin l'occuperait un moment. De plus, il n'avait pas demandé à Marcella si elle acceptait de partager le lit.

Ce texte a été rédigé dans le cadre de l'atelier d'écriture Une photo, quelques mots n°294 initié par Leiloona. Il n'est pas libre de droits, la photo non plus.

Textes précédents:

Il n'en croyait pas ses yeux

Persistance rétinienne

Entre Bari et Barletta

Soleil brûlant

textes originaux, écriture, atelier d'écriture, écrivain, actu, actualité

27/01/2018

Soleil brûlant

Après s'être rafraîchis les pieds à Prima Cala, Francesco et Marcella prirent la direction du centre historique de Molfetta. Ils visitèrent le Duomo di San Corrado et flânèrent un moment dans les jardins jouxtant la cathédrale. Il n'y avait pas grand monde à cette heure de la journée. Le soleil était brûlant. Les bateaux amarrés dans le port semblaient eux aussi souffrir de la chaleur. C'était insupportable. Francesco entraîna Marcella au Musée de la mer situé dans la via San Domenico. L'endroit était pour ainsi dire désert. Ils profitèrent de la quiétude du lieu et de la fraîcheur pendant près de deux heures puis décidèrent de chercher un endroit pour passer la nuit.

Ils ne voulaient pas d'un hôtel. Ils se mirent donc en quête d'une chambre d'hôtes. Les cinq premières familles qu'ils sollicitèrent avaient déjà loué toutes leurs chambres. La sixième avait encore une chambre libre mais avec un lit double. Francesco interrogea Marcella du regard pour savoir ce qu'elle en pensait. Elle était exténuée et n'avait pas envie d'aller plus loin pour trouver une hypothétique chambre avec des lits jumeaux. Ils devaient encore aller acheter un nécessaire de toilette et quelques vêtements et cette perspective ne l'enchantait guère. Elle avait juste envie de se laisser tomber sur le lit et de s'abandonner aux bras de Morphée.

Textes précédents:

Il n'en croyait pas ses yeux

Persistance rétinienne

Entre Bari et Barletta

Ce texte a été rédigé dans le cadre de l'atelier d'écriture Une photo, quelques mots n°292 initié par Leiloona. Il n'est pas libre de droits. La photo, de Caroline Morant, n'est pas libre de droits non plus.

textes originaux,écriture,atelier d'écriture,écrivain,littérature,actu,actualité

21/01/2018

Entre Bari et Barletta

Berghetti avait conduit une bonne partie de la nuit. Il avait fait un premier arrêt pour remplir le réservoir puis, il s'était arrêté vers 2h du matin pour se reposer. Marcella, exténuée, ne s'était pas réveillée. Elle s'était endormie peu de temps après leur départ de Rome. C'est lui qui l'avait installée sur le fauteuil passager. Elle tenait à peine debout quand il l'avait récupérée en échange du CODE. Pietro l'avait bien aidé. Il n'aurait jamais pu déchiffrer seul le texte que le camerlingue lui avait donné. C'était le Saint Père lui-même qui avait ordonné qu'on lui remît le document. Sa Sainteté savait que plusieurs vies étaient en jeu, dont celle de Berghetti. Mais Francesco n'avait pensé qu'à Marcella. Il ne pouvait pas la laisser tomber. Elle qui l'avait secouru dans la via di Santa Dorotea lorsqu'il s'était fait attaquer à l'université. Sans son aide il n'aurait probablement jamais réussi à atteindre le cabinet médical de son frère.

Il avait dormi trois heures et était reparti, mettant le cap sur Molfetta, petite localité située sur la mer Adriatique, entre Bari et Barletta. Il avait appelé Tiberio pour lui indiquer que Marcella était sauve mais qu'il était nécessaire de l'éloigner de Rome. Elle n'y était plus en sécurité et il ne voulait pas courir le risque qu'elle se fasse kidnapper une seconde fois. Francesco savait que les types qui l'avaient enlevée n'hésiteraient pas à s'en servir à nouveau comme monnaie d'échange. Ils lui avaient aussi demandé de stopper ses recherches sur ces fous qui voulaient prouver l'existence de Dieu par des formules mathématiques, et que s'il continuait, ils se chargeraient de lui faire passer l'envie. Il devait aussi cesser ses conférences sur le sujet et ne rien en dire à ses étudiants. Francesco n'arrivait pas à s'y résoudre. Il ne voulait pas céder. Et il y aurait toujours bien un étudiant pour l'interroger sur cette question. Devrait-il alors occulter la vérité?

Francesco gara la voiture non loin du bain public de Prima Cala en fin de matinée. Le soleil jetait des perles irisées à la surface de l'onde. En ville les habitants cherchaient déjà l'ombre des murs, assis paresseusement sur des bancs. Francesco baissa sa vitre pour laisser entrer un léger vent. Marcella sentit le doux souffle lui caresser les joues. Elle resta ainsi un moment, à goûter l'air qui se répandait dans l'habitacle.

Textes précédents:

Il n'en croyait pas ses yeux

Persistance rétinienne

Ce texte a été rédigé dans le cadre de l'atelier d'écriture Une photo, quelques mots n°291 initié par Leiloona. Il n'est pas libre de droits, la photo non plus.

textes originaux,écriture,littérature,atelier d'écriture,écrivain,actu,actualité

02/01/2018

Opération secret-défense

- Vous êtes sûr, monsieur le Président?

- Oui, absolument. Il est temps d'agir. Demain il sera trop tard. Les dirigeants européens avec lesquels je me suis entretenu sont du même avis. Si l'on ne fait rien on court à la catastrophe. Je n'ose pas imaginer le désarroi des parents le matin du 25 décembre en voyant la mine sidérée de leurs enfants. Donnez l'ordre à vos troupes de se préparer.

- Bien, monsieur le Président. J'y vais de ce pas.

 

Le général Souris donna l'ordre aux colonels Rigueur, Honneur, Tempérance, Tact et Discrétion de rassembler hommes et matériels pour l'opération. Celle-ci aurait lieu dans la nuit du 24 au 25 décembre. Bien sûr elle était classée secret-défense. Les Français ne devaient se douter de rien, ne rien entendre, ne rien voir. Les camions et les jeeps seraient remplacés par des véhicules électriques et des milliers d'hommes seraient largués dans les airs pour atteindre plus facilement les toits.

Le colonel Rigueur se chargerait du nord-est de la France, le colonel Honneur du sud-est, le nord-ouest serait pour Tempérance, le colonel Discrétion aurait le sud-ouest et le colonel Tact superviserait l'opération dans toute l'Île de France. Les divisions se déploieraient après 22h et l'opération  débuterait à 23h pour prendre fin à 6h du matin.

*******

Au même instant, quelque part au fin fond de la Laponie, un vieil homme à la longue barbe blanche éternua pour la énième fois dans le fond de son lit. Il grelottait, son nez coulait. Les grogs préparés par ses lutins n'y faisaient rien. Pas même la poudre de perlimpinpin pourtant réputée soigner les coups de froid. Avoir travaillé comme un fou toute l'année et se retrouver cloué au lit trois jours avant Noël, c'était quand même pas de veine. Il ne pourrait pas visiter les enfants sages et cela le désolait.

Alors qu'il commençait à s'affaisser sur ses oreillers un lutin le secoua vivement et lui tendit une lettre qui venait d'arriver par chouette spéciale: "Ne vous inquiétez pas. Nous avons pris les choses en main." Elle était signée de la main du Président Macaron. Le vieux barbu n'en revenait pas.

*******

C'est ainsi que le 25 au matin la petite Bérénice découvrit avec des yeux émerveillés un joli poupon dans la boîte qui avait été déposée sous le sapin. Le jeune Lucas trouva sous l'arbre plusieurs BD de Tintin. Marinette serra fort le chat en peluche qui était arrivé miraculeusement par la cheminée. Et tous les enfants sages du pays ne se doutèrent pas un seul instant que le Père Noël n'avait pas fait sa tournée cette année...

Ce texte a été rédigé dans le cadre de l'atelier d'écriture Une photo, quelques mots n°289 initié par Leiloona. Il n'est pas libre de droits, la photo non plus.

écriture,atelier d'écriture,écrivain,littérature,actu,actualité,noël,pèere noël,président

18/12/2017

Il n'en croyait pas ses yeux

Pietro n'en croyait pas ses yeux. Il avait devant lui l'un des plus beaux textes rédigé en slavon liturgique. Il n'était même pas certain que la bibliothèque du Vatican renfermait un tel trésor, et pourtant elle comptait plus d'un chef-d'oeuvre sur ses étagères. Où Francesco Berghetti avait bien pu dénicher ce texte? Il lui avait apporté une heure auparavant, lui demandant de le traduire rapidement, et qu'il passerait le récupérer le lendemain avec la traduction.

Pietro ne perdit pas une minute. Il ajusta la lampe au-dessus du bureau afin que la lumière ne soit pas trop crue, chaussa ses lunettes puis, avec religiosité, s'avança pour ausculter avec attention le feuillet que Berghetti lui avait remis.

Ce texte faisait l'objet de rumeurs et alimentait beaucoup de légendes. Tout le monde en parlait mais personne ne l'avait jamais vu. Pietro lui-même avait longuement débattu avec des historiens pour savoir s'ils ne cherchaient pas une chimère. Ils avaient émis les thèses les plus folles quant à l'endroit où le feuillet se trouvait, si toutefois il n'avait pas été détruit, les églises ayant connu de nombreux pillages.

Durant sa carrière Pietro avait étudié beaucoup de textes, et encore plus depuis qu'il était directeur du département d'études slaves de l'Université de Bologne. Il avait exhumé des rayons des manuscrits en vieux slave, avait lu la moitié des ouvrages en cyrillique conservés dans la bibliothèque de la faculté, mais n'avait jamais vu à Bologne de texte en slavon, qui plus est liturgique. L'unique moment où il avait eu l'occasion d'en voir, et encore sur feuilles polycopiées, avait été lors de son année passée à Paris. Il avait alors fait beaucoup de versions et se débrouillait plutôt bien mais bien qu'il eut un très bon professeur à l'époque, l'un des meilleurs d'Europe, il ne lui faudrait pas moins de toute une nuit et d'une journée pour décortiquer le texte que Berghetti lui avait confié.

Ce texte a été rédigé dans le cadre de l'atelier d'écriture Une photo, quelques mots n°288 initié par Leiloona. Il n'est pas libre de droits. La photo, prise par Leiloona, n'est pas libre de droits non plus.

livre[1].jpg

10/12/2017

Une procession de fourmis

L'avion mangeait peu à peu les passagers et les bagages. Le gros oiseau blanc déglutissait lentement ceux qui arrivaient en haut des marches. Des hommes en gilets fluorescents scrutaient la longue file qui cheminait sur le tarmac. On aurait dit une procession de fourmis qui s'en allaient de leur plein gré vers l'oiseau affamé.

Les agents fluorescents s'assuraient qu'aucune fourmi ne déviait de la file, qu'aucune n'allait tenter un geste insensé, ou bien faire demi-tour.  L'avion ne pouvait pas être retardé. Il n'était plus l'heure de regretter. Plus l'heure de se demander si elles avaient fait le bon choix. Le choix de tout quitter.

Quand Madalina et les siens avaient su qu'un avion serait affrété le lendemain ils avaient préparé immédiatement leurs valises. Fuir le pays était peut-être l'unique chance pour eux d'être à nouveau libres. Ils se terraient dans leur appartement depuis des mois, osant à peine sortir pour trouver de quoi manger. Le pays était affamé. Le moindre haussement de voix était réprimé. Sortir du pays leur permettrait de témoigner, de dire au monde entier que les droits de l'homme étaient bafoués, que la presse était muselée, que les écrivains étaient pourchassés, et que leur président se prenait pour le "génie des Carpates". Il fallait que tout cela cesse. Madalina saluait le courage de ces hommes qui avaient décidé de s'emparer d'un avion pour sauver une poignée de leurs compatriotes sachant que des milliers d'autres, telles des fourmis, seraient piétinés.  

Ce texte a été rédigé dans le cadre de l'atelier d'écriture Une photo, quelques mots n°287 initié par Leiloona. Il n'est pas libre de droits. La photo, prise par Leiloona, n'est pas libre de droits non plus.

avion[1].jpg