Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/08/2017

Une très légère oscillation - S. TESSON

livres,journal intime,philosophe voyageur,sylvain tesson,une très légère oscillation,éditions des équateurs,actu,actualitéLe dernier livre de Sylvain Tesson rassemble une partie de ses chroniques rédigées pour Le Point, Philosophie Magazine et Grands Reportages sur les années 2014, 2015, 2016 et le début de 2017.

Il y parle de l'actualité mais principalement de l'islam et des islamistes, de l'environnement, de l'écriture, des travers de ses contemporains, et de sa reconstruction après cette chute qui lui a valu plusieurs mois d'hôpital. Il nous livre aussi des aphorismes, et ses textes sont truffés de mots que personne n'emploie plus. Il est esthète et poète, ne suit jamais le chemin que les autres empruntent. Une pensée à la fois cynique et lucide, mais aussi pleine d'espoir.

C'est frais, parfois un peu fantasque, et ça fait un bien fou.

Une très légère oscillation - Sylvain TESSON - Editions des Equateurs - 2017

14/05/2017

Les dimanches poétiques (198)

"La retraite est révolte. Gagner sa cabane, c'est disparaître des écrans de contrôle. L'ermite s'efface. Il n'envoie plus de traces numériques, plus de signaux téléphoniques, plus d'impulsions bancaires. Il se défait de toute identité. Il pratique un "hacking" à l'envers, sort du grand jeu."

Sylvain TESSON Dans les forêts de Sibérie

poésie,littérature,lecture,sylvain tesson,dans les forêts de sibérie,actu,actualité

05/04/2017

Revue de lectures #3

Fleurs sauvages de Kimberley FREEMAN: une histoire qui se passe sur deux périodes. La première au début du 20ème siècle. La seconde au début du 21ème siècle. On suit tout d'abord Beattie Blaxland de Glasgow à l'Australie. Puis, on suit sa petite-fille qui elle aussi quitte l'Europe pour l'Australie. Mais les deux femmes partent pour des raisons bien différentes. Deux destins singuliers et deux femmes fortes qui m'ont beaucoup plu.

La Sonate à Bridgetower d'Emmanuel DONGALA: il s'agit ici de redécouvrir un violoniste virtuose complètement oublié. Tout le monde connaît la Sonate à Kreutzer (œuvre qu'il n'a pourtant jamais jouée) mais personne ne sait qu'elle a d'abord été écrite pour un autre violoniste, George Bridgetower. Beethoven avait dédié cette partition à George, musicien mulâtre d'exception, ovationné à Paris, Londres et Vienne. Cependant, suite à une brouille à propos d'une femme dont Beethoven était éperdument amoureux, il la dédia à Kreutzer, lequel la trouva trop complexe pour l'interpréter. Un roman pour les amoureux de la musique!

Sur les chemins noirs de Sylvain TESSON: les médecins lui avaient dit qu'il ne remarcherait probablement pas et que la rééducation prendrait des mois. La rééducation, Sylvain Tesson a décidé de la faire à sa façon, en entreprenant la traversée de la France par les chemins noirs, tracés en tout petit sur les cartes. Après une chute qui lui a brisé les os et l'a en partie défiguré, Sylvain Tesson nous raconte ce chemin de la reconstruction physique et morale, puisant au plus profond de lui-même pour effectuer chaque nouveau pas. On y découvre un homme meurtri mais aussi  le portrait d'une France hyper-rurale qu'on ne soupçonne pas, cachée au fond des bois, au détour d'une colline, ou bien à l'encoignure de prairies. Tout cela écrit dans un joli français.

12/03/2017

Les dimanches poétiques (195)

"La conversation nous ramenait à notre marotte: les chemins noirs. Goisque savait qu'ils se déployaient parfois hors des cartes de géographie et foraient leurs galeries en nous. Il était difficile de faire de soi-même un monastère mais une fois soulevée la trappe de la crypte intérieure, le séjour était fort vivable. Je me passionnais pour toutes les expériences humaines du repli. Les hommes qui se jetaient dans le monde avec l'intention de le changer me subjuguaient, certes, mais quelque chose me retenait: ils finissaient toujours par manifester une satisfaction d'eux-mêmes. Ils faisaient des discours, ils bâtissaient des théories, ils entraînaient des foules: ils choisissaient les chemins de lumière. Quitte à considérer la vie comme un escalier, je préférais les gardiens de phare qui raclaient les marches à pas lents pour regagner leurs tourelles aux danseuses de revue qui les descendaient dans des explosions de plumes afin de moissonner les acclamations."

Sylvain TESSON Sur les chemins noirs

poésie,littérature,actu,actualité

19/02/2017

Les dimanches poétiques (194)

"A Moustiers, sous le commandement de la  chapelle d'Entre-Roches, rivée à sa falaise, je bus un double café noir et tombai sur le quotidien La Provence. Oh! la tristesse des titres! Et que je massacre les adorateurs du soleil en Irak, et que je détruise un temple grec, et que je foute du pétrole dans la mer profonde et bleue que barattent les baleines en sautant bizarrement. L'homme manquait de tenue. L'évolution avait accouché d'un être mal élevé et le monde était dans un désordre pas croyable."

Sylvain TESSON Sur les chemins noirs

poésie,littérature,lecture,sur les chemins noirs,sylvain tesson,actu,actualité

22/01/2017

Flâner dans une librairie

Cela faisait longtemps que je n'avais pas franchi le seuil d'une librairie. Et quel bonheur! Je ne peux pas expliquer pourquoi je me sens aussi bien au milieu des livres. Des titres qui résonnent dans mon esprit, des couvertures accrocheuses, des histoires sombres, gaies ou fantastiques qui me font de l'œil... Une librairie c'est une fenêtre ouverte sur le monde. Le monde réel mais aussi le monde imaginaire. Une fenêtre ouverte sur des milliers de vies possibles. Des milliers d'options pour s'éloigner un peu du quotidien, rencontrer des femmes et des hommes de papier, vivre de nouvelles aventures... Quand j'entre dans une librairie tous ces mots enfermés dans les ouvrages qui m'entourent me donnent une énergie incroyable.

Et je me rends compte que cela faisait trop longtemps que je n'avais pas mis les pieds dans une librairie. J'en suis ressortie non pas avec deux romans, mais avec deux essais. Je voulais lire depuis un moment Sur les chemins noirs de Sylvain Tesson, récit de sa reconstruction et sa volonté de remarcher après une terrible chute alors qu'il escaladait un mur. Le deuxième ouvrage est signé Michel Houellebecq, En présence de Schopenhauer. Un essai dans lequel il évoque sa rencontre avec les textes de Schopenhauer et dans lequel il analyse certains passages. Je n'ai jamais rien lu de Houellebecq (si, si, je vous assure) et je me disais qu'un essai était peut-être une bonne entrée en matière et faire connaissance avec cet auteur. J'en reparlerai très certainement sur ce blog très prochainement.

DSC_0364~2.jpg

 

 

17/06/2014

S'abandonner à vivre - S. TESSON

livres,littérature,nouvelles,sylvain tesson,actu,actualité

Charmée par la lecture du récit de sa retraite au fin fond de la Sibérie, je m'étais juré de lire d'autres ouvrages de Sylvain Tesson. Alors quand j'ai entendu les bonnes critiques sur "S'abandonner à vivre", j'ai décidé de l'acheter.

L'auteur a rassemblé une vingtaine de nouvelles plus intéressantes les unes que les autres où il y est question d'amour, d'envies, d'insomnies, de destins brisés et de vies ordinaires mais où les êtres apprennent à se laisser aller, à ne pas regretter ce qu'ils ont fait. S'abandonner à vivre c'est accepter la vie comme elle vient. Les hommes et les femmes s'abandonnent à vivre. Ils se résignent face à l'absurdité du monde, adoptent une attitude à la fois désespérée et joyeuse face à ce qui advient.

Le monde est fou mais rien ne vaut le monde. C'est en substance ce qui transparaît dans ces nouvelles de Sylvain Tesson que j'ai eu beaucoup de plaisir à lire, en particulier "La bataille", "Les pitons", "Le sniper", "L'ermite", "La lettre", "Le téléphérique", et "Les fées". La plume de Tesson est douce et rugueuse, cynique et poétique, crue et policée. Une langue française comme je l'aime, utilisée dans toute sa complexité.

S'abandonner à vivre - Sylvain TESSON - Ed. Gallimard - 2013