Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2011

Les Allées sombres - I. BOUNINE

livres,littérature,nouvelles,ivan bounine,littérature russe,russie,actu,actualitéVoici un très bon recueil de nouvelles traduites du russe. Il y en a trente-huit en tout, plus ou moins longues, de factures très diverses et avec une fin qui tombe généralement comme un couperet. Je ne vais pas vous faire un descriptif de chacune d'entre elles, ce serait beaucoup trop long et cela vous lasserait. Mais plusieurs ont retenu mon attention: Le Caucause, Muse, Les cartes de visite, Heinrich, Pelage de fer, Un automne froid, Le corbeau, Une vengeance, Premier lundi de Carême et L'oratoire. 

Dans ces nouvelles il est beaucoup question d'amour, de trahison et de mort. Les hommes sont voyeurs, parfois crapules, parfois naïfs. Les femmes ne sont pas toujours des saintes, tantôt prostituées, tantôt jalouses. Ici les hommes aiment les femmes charnellement, voire violemment.  L'amour qui conduit bien souvent à la déchéance, parfois à la mort. Un sentiment violent qui peut amener un individu à faire n'importe quoi. Bounine décrit par ailleurs le corps des femmes comme un peintre exécutant un tableau. Des descriptions fort délicates. 

Mais si l'amour, les femmes et la mort sont le thème central du recueil, il ne faut cependant pas oublier les paysages russes, magnifiquement décrits par l'auteur. Ils ont leur importance tout comme les légendes. Ils créent une ambiance et donnent le ton des nouvelles.

Vraiment, ç'aurait été dommage que ce recueil ne soit pas traduit...

Les Allées sombres  (Тёмные Аллеи) - Ivan BOUNINE - Ed. LGF/Le livre de poche - 2010

27/11/2011

Romance

Peter et Victoria étaient arrivés au restaurant avec une faim de loup après leur petite randonnée dans Kensington Gardens. Ils avaient choisi une pizzeria de James Street renommée pour son pizzaïolo, un as qui faisait virevolter la pâte sur le bout de ses doigts. L'établissement était aussi connu pour la cuisson au four traditionnel. Victoria avait commandé avec enthousiasme une quatro formaggi et Peter une Margherita. Au dessert le patron leur avait conseillé un Tiramisu, leur péché mignon.

Ce début de romance plaisait beaucoup à Victoria. Elle entretenait l'espoir d'une longue histoire avec l'écrivain et se demandait s'il existait une méthode pour le grand amour. Elle se disait aussi que l'amour rend parfois aveugle. Intérieurement elle essayait de lister les petits défauts de Peter: sa mine agacée quand quelqu'un l'ennuyait, son ton dramatique quand il évoquait la crise qui secouait la planète... Bien qu'elle se creusât la tête, elle n'en trouva que très peu et préférait en fait lister ce qui lui plaisait chez lui: la douceur de son regard, l'amplitude de ses gestes, sa peau fraîche, sa chevelure brune... Elle aimait les traits réguliers du visage de Peter. A tel point qu'elle en avait réalisé une esquisse qu'elle avait accrochée dans son salon, juste au dessus du petit secrétaire à l'armature en bois qu'elle avait déniché à Portobello quelque temps après son installation à Londres.

Le déjeuner avait été fort agréable et Victoria ne songeait pas du tout au retour à Bayswater Road. Elle savait cependant qu'elle avait accumulé beaucoup de retard dans l'élaboration de la Une pour le lundi et finit par dire à Peter qu'elle devait aller à la rédaction pour voir où en étaient les sujets et relire les articles de fond. Avec une moue un brin boudeuse il la salua avec respect et la laissa s'échapper bien qu'il eut la tentation de la retenir quelques heures encore. Il ressentait déjà le vide abyssal de son absence et n'avait qu'une envie: la revoir au plus vite.

Ce texte a été rédigé dans le cadre de l'édition 47 du jeu Des mots, une histoire, initié par Olivia. Il y avait 22 mots imposés. Ce texte n'est pas libre de droits. La photo non plus.

textes originaux,écriture,londres,london,actu,actualité,littérature

Le Centre Pompidou mobile

images[1].jpeg

Le Centre Pompidou a eu une super idée. Pour ceux qui ne peuvent pas se rendre à Paris ou à Metz, il a créé un musée mobile. Depuis le 18 octobre il est installé à Chaumont dans la Haute-Marne et y restera jusqu'au 15 janvier 2012. Une façon pour les provinciaux de se familiariser avec l'art contemporain. Une douzaine d'oeuvres d'artistes peintres ou plasticiens y est exposée. Vous pourrez voir entre autres L'aveugle dans la prairie de Niki de Saint Phalle, Art Make Up de Bruce Nauman, Monochrome orange d'Yves Klein, L'Estaque de Georges Braque et Papa Gymnastique de Jean Dubuffet.  

Cette exposition mobile "offre à chaque public un accompagnement adapté": un parcours ludique et sensoriel pour les enfants de 4 à 10 ans, un voyage scénarisé dans la couleur pour les collégiens, lycéens et adultes peu familiers des musées et une offre spécifique de visites pour les publics handicapés. Si vous habitez la région, n'hésitez pas à y aller.

Centre Pompidou mobile - Chaumont jusqu'au 15 janvier 2012 puis Cambrai à partir du 15 février - Pendant les vacances scolaires: ouvert tous les jours sauf le lundi de 10h à 20h. En période scolaire: du mardi au vendredi de 9h à 17h pour les visites de groupes sur réservation et de 17h à 19h pour les autres publics; le samedi et le dimanche de 10h à 20h.

Les dimanches poétiques (61)

  • I believe in pink.
  • I believe that laughing is the best calorie burner.
  • I believe in kissing, kissing a lot.
  • I believe in being strong when everything seems to be going wrong.
  • I believe that happy girls are the prettiest girls.
  • I believe that tomorrow is another day and
  • I believe in miracles.

Audrey HEPBURN

23/11/2011

"Gaulois une expo renversante" à Paris

expositions, cité des sciences, paris, la villette, actu, actualité, gauloisLa Cité des Sciences à Paris propose "Gaulois une expo renversante" jusqu'au 1er septembre 2012. On y découvre l'agriculture, les habitats, l'organisation des villes, les animaux qui peuplaient leurs contrées, les poteries, le travail des métaux, les tombes et les temples. Une expo qui balaye pas mal d'idées reçues sur la vie de nos ancêtres.

 

 

 Cité des Sciences et de l'Industrie - 30 avenue Corentin Cariou, 75 019 Paris - Ouvert du mardi au samedi de 10h à 18h et le dimanche de 10h à 19h - Plein tarif: 11€. Tarif réduit: 8€.

21/11/2011

Si j'étais...

En parcourant le blog du Papou la semaine dernière j'y ai trouvé un tag fort intéressant auquel lui-même avait répondu. Daniel Fattore s'était lui aussi prêté au jeu. Je vais donc répondre à leurs questionnaires respectifs.

Les questions du Papou:

  • Si j'étais une route? En fait, je serais plutôt un chemin. Et sans aucun doute un chemin de l'île de Noirmoutier serpentant dans le Bois de la Chaise.
  • Un site? Le plus majestueux qu'il m'ait été donné de voir: les chutes Victoria, à cheval sur la Zambie et le Zimbabwe.
  • Un animal préhistorique? Un mammouth! J'ai craqué pour celui du dessin animé L'Âge de glace.
  • Une pièce de la maison? La cuisine, sans hésiter. Parce que je m'y sens bien.
  • Un acteur que je déteste? S'il faut en choisir un, je dirai Jamel Debbouze. Je fuis généralement les films dans lesquels il joue. Il me tape sur les nerfs. Cependant, il est excellent dans le Fabuleux destin d'Amélie Poulain.
  • Un objet inutile? Une photo. C'est tellement inutile qu'une fois qu'on les a imprimées on les entasse dans des boîtes. Inutile mais j'adore ça!
  • Une fête sans cadeau? L'Assomption (15 août) car il y a ce jour-là de belles messes et de jolies processions.
  • Un champignon? Un cèpe ou une girolle. Entre les deux mon coeur balance.
  • Un défaut? L'impatience...
  • Un dessert rouge? Un macaron à la fraise. Rahhh!

Le questionnaire de Daniel Fattore:

  • Une région du monde? L'Europe centrale, région de coeur.
  • Un restaurant? Celui où la cuisine sort de l'ordinaire et où les prix sont abordables.
  • Un fruit? Une myrtille! Au sucre, à la chantilly, en confiture ou en ravioli. J'en raffole!
  • Un légume? Une pomme de terre, pour les frites.
  • Une fête? Noël même si elle n'a plus autant de charme que lorsque j'étais enfant.
  • Un objet indispensable? Une tasse! (Pas de tasse, pas de café...)
  • Un bruit? Le crissement de la neige sous les pas.
  • Un appareil high-tech? Un appareil photo.
  • Une actrice? Audrey Tautou pour ses magnifiques performances dans le Fabuleux destin d'Amélie Poulain et Coco avant Chanel (un film qui me fait toujours pleurer).
  • Une montagne? Le Mont Réal. (Private joke! Ceux qui me connaissent comprendront...) 

A mon tour de vous proposer 10 questions. Je ne tague personne en particulier. Reprends qui veut. Alors, si vous étiez... 1) une devise; 2) un vin blanc; 3) un jour de la semaine; 4) un animal de la savane; 5) un musée; 6) un tableau de Claude Monet; 7) une rue de Paris; 8) un département français; 9) une couleur; 10) un arbre.

10:30 Publié dans Blog, Tags | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : blogs, tags, actu, actualité |  Facebook |

20/11/2011

Indécent

Il est minuit. Cette journée m'a épuisée. Je n'ai eu que des soucis à la rédaction. Le petit mot que vous avez glissé dans ma boîte aux lettres fut donc un réel réconfort. Il m'a réchauffé le coeur.

A l'heure qu'il est, peu probable que cet e-mail vous trouve éveillé... Vous le lirez demain matin avec autant de plaisir, je l'espère, que j'ai eu à lire votre doux billet. Aussi doux que la chaleur de vos bras autour de mes épaules.

Aurez-vous une heure ou deux samedi matin pour une balade? J'ai aimé, pour ne pas dire adoré, celle de la semaine dernière en votre compagnie. Flâner dans les allées de Kensington Gardens à votre bras fut un moment délicieux. Peut-être pourrions-nous prolonger cette promenade par un déjeuner en terrasse... Le soleil est là pour quelque temps. Et s'il nous faisait faux bond, je sais que j'en trouverai très certainement un peu dans vos yeux.

A très vite, mon cher Peter. Je vous embrasse de la façon indécente qui, je m'en souviens, vous plaît.  

Victoria

Ce texte a été rédigé dans le cadre de l'atelier d'écriture de Skriban. Le début et la fin (en mauve) étaient imposés. Ce texte n'est pas libre de droits. La photo non plus.

P1030880 Kensington Gardens nov 2011.jpg