Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2013

Le rapport Gabriel - J. d'ORMESSON

images[4].jpgJ'avais ce livre depuis un moment dans mes étagères. Puis, je me suis dit qu'il était peut-être temps de le lire. J'ai eu du mal à le terminer. Ce n'est pas que le sujet me déplaisait, au contraire, mais j'avais d'autres préoccupations.

Comme souvent Jean d'Ormesson essaie d'imaginer un scénario original pour finalement nous raconter la même chose. Cette fois-ci Dieu est déçu par les humains. Non pas ceux qu'il a créés, mais leurs descendants. Il a même envie de détruire le monde car il ne les supporte plus.

Mais les archanges essaient de faire fléchir l'Eternel, et tout particulièrement l'ange Gabriel. Devant sa volonté à défendre les humains, Dieu lui commande alors d'aller sur Terre et d'établir un rapport avant qu'il ne prenne sa décision.

L'ange Gabriel ne se fait pas prier. Même si la vie sur Terre est mouvementée, il s'exécute et s'échoue sur une petite île grecque où se trouve Jean d'Ormesson. Celui-ci, obnubilé par Marie, une jeune femme qui l'a laissé tomber, n'a pas très envie qu'un ange vienne perturber sa retraite paisible. Cependant l'ange insiste, négocie et va finalement s'installer sur la petite île avec l'écrivain.

Si l'enjeu du roman est l'avenir de l'humanité, le sujet principal est tout de même la vie (les vies?) de Jean d'Ormesson. Il nous parle de ses parents, du château de ses grands-parents à Plessis-lez-Vaudreuil, de ses amours, de ses études puis, de sa carrière de diplomate et de son passage au Figaro. Tout ça bien sûr sans jamais se prendre vraiment au sérieux.

J'aime toujours autant l'érudition de l'auteur mais j'ai l'impression de lire toujours un peu la même chose. Même si c'est extrêmement bien écrit, j'aimerais parfois qu'il change radicalement de sujet, qu'il invente un truc fou, qu'il nous surprenne. Je sais qu'il en est capable et je regrette qu'il cède à la facilité.

Le rapport Gabriel - Jean d'ORMESSON - Ed. Gallimard - 1999  

22/09/2013

Les dimanches poétiques (111)

"Il y avait des amoureux sur la passerelle des Arts et sur tous les ponts de Paris, devant le palais des Doges et sur la piazza Navona, dans les jardins Boboli, sur les ramblas de Barcelone, sur les quais de New York. Il y avait des vieillards qui étaient revenus de tout, il y avait encore des jeunes gens qui n'en finissaient pas, grâce à Dieu, de tout attendre de l'avenir. Il y avait des cheminots, des physiciens, des éboueurs, des poètes, des assassins, des paresseux que le succès des autres suffisait à punir, des ambitieux que leurs propres succès ne parvenaient pas à combler."

Jean d'Ormesson Le rapport Gabriel (Ed. Gallimard - 1999)

poésie,littérature,jean d'ormesson,le rapport gabriel,actu,actualité

01/09/2013

Les dimanches poétiques (109)

"-Y tenez-vous vraiment, demanda Gabriel, à ce monde menacé? Ce n'est pas la peine de faire des pieds et des mains pour essayer de le sauver si vous ne l'aimez pas. Je me demande si, pour vous, les hommes, le monde est un bonheur ou une fatalité. Vous êtes tombés dedans sans l'avoir demandé. Pour votre bien? Pour votre mal? Est-il gai? Est-il triste?

- Très triste, lui répondis-je. Un désastre. Une horreur. La douleur est au coin de la rue. Tout ce que nous aimons s'en va. Nous sommes sûrs de mourir. Et très gai. Nous y tenons beaucoup. Il y a du lilas et des calembours. Les oiseaux chantent autour des vignes et dans les champs de lavande. Nous faisons des projets, des enfants, des chefs-d'oeuvre. Un jaillissement perpétuel. Je te l'ai déjà dit: le monde est une fête en larmes."

Jean d'Ormesson Le rapport Gabriel

poésie,littérature,jean d'ormesson,le rapport gabriel,religion,mythologie,actu,actualité

02/08/2010

L'enfant qui attendait un train - J. d'ORMESSON

9782350871240[1].gifC'est un conte d'une petite cinquantaine de pages qui a déjà fait l'objet d'une publication en 1979. Un joli petit conte qui a réussi à m'arracher une larme au petit déjeuner (oui, parfois il m'arrive de lire à l'heure du petit déjeuner).

Un petit garçon vit dans les montagnes avec ses parents. Une région où il n'y a pas grand monde et où le gamin n'a presque pas d'amis, si ce n'est que tous les soirs il a rendez-vous avec le train qui passe à côté de chez lui. Il l'attend et le suit dans la plaine jusqu'à ce que tous les wagons disparaissent. Puis, un jour, notre petit garçon tombe malade. Seul le train arrive encore à éveiller son attention. Le médecin qui l'examine dit que l'enfant va peut-être mourir. Les parents sont effondrés. Si seulement il était possible de faire voyager l'enfant par delà les mers, là où les docteurs pourraient le sauver...

C'est une belle histoire et on se demande vraiment comment tout cela va se terminer. Le style est très simple. Pas de fioritures. On ne connaît pas le prénom du petit garçon, on sait juste qu'il attend le train et que c'est toute sa vie. Ce conte se lit en 20 minutes, parfait pour endormir les enfants quoique un peu triste.

L'enfant qui attendait un train - Jean d'ORMESSON - Ed. Héloïse d'Ormesson - 2009