Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/05/2015

Les dimanches poétiques (155)

"Rester debout mais à quel prix

Sacrifier son instinct et ses envies

Les plus confidentielles

 

Mais tout peut changer aujourd'hui

Et le premier jour du reste de ta vie

C'est providentiel

 

Debout peu importe le prix

Suivre son instinct et ses envies

Les plus essentielles..."

 

Etienne DAHO Le premier jour

poésie,chansons,étienne daho,le premier jour du reste de ta vie,actu,actualité

19/04/2015

Les dimanches poétiques (154)

"On m'a dit un jour que seules les fleurs bleues peuvent devenir tout à fait cyniques. Ce qui est sûr, c'est que c'est la première plaie qui a le plus de mal à se refermer, et là-dessus les cicatrices se succèdent, à la fin on n'est plus qu'une masse de bleus et de bosses plus ou moins anciens, mais on avance quand même, on se relève encore, et parfois on n'est pas encore relevé qu'on est K.-O., à nouveau, et alors il faut surtout respirer pianissimo et se faire oublier. Puis la lumière s'infiltre doucement et l'envie de vivre revient. En attendant, on peut toujours se mettre en boule comme un chat, et faire semblant de ne pas être là."

Simonetta GREGGIO La douceur des hommes

P1110727 (2).JPG

29/03/2015

Les dimanches poétiques (153)

"Bref, tandis que chacun y allait de son diagnostic, le patient continuait de multiplier les symptômes dans cette nuit qui n'en finissait pas. On aurait dit qu'il hésitait entre toutes les morts possibles. Après les ganglions, ce furent ses articulations qui enflèrent soudainement. Et quand il eut épuisé la science du rhumatologue (j'ai oublié le nom du rhumatologue), il s'est offert un festival d'éruptions cutanées qui a laissé la dermato sans voix - une femme elle aussi, la dermato, Geneviève... Geneviève comment déjà? Une fille formidable, pourtant..."

Daniel PENNAC Ancien malade des hôpitaux de Paris

poésie,prose,littérature,daniel pennac,actu,actualité

22/03/2015

Les dimanches poétiques (152)

"Les abords du pont étaient vides quand je suis arrivé et je ne pouvais pas croire que c'était l'approche de la pluie qui avait chassé les touristes. De violentes décharges zébraient le ciel. Des éclairs, des coups terribles résonnaient, une pluie diluvienne s'est mise à tomber, les eaux du fleuve, qui avaient viré au noir, gonflaient."

Philippe LE GUILLOU Le pont des anges 

poésie,littérature,prose,actu,actualité

08/03/2015

Les dimanches poétiques (151)

"Le bonheur est bref. Je l'ai toujours su. Entreras-tu jamais dans ma vie? Je suis terriblement vivante. Tu me sens retenue. J'avance voilée. Si tu savais à quel point je me retiens. Je ne voulais pas d'amour car il provoque le chaos et il m'affole. Je souhaitais seulement être contre toi. Tout contre. Trouver des raisons de te haïr. Et ça n'a pas été compliqué.

J'avais espéré qu'un homme comme toi me dirait les choses les plus vraies et les plus profondes, doucement. J'ai attendu que tu me parles avec tendresse et passion.

J'attends toujours."

Patrick POIVRE D'ARVOR Fragments d'une femme perdue

poésie,littérature,actu,actualité

22/02/2015

Les dimanches poétiques (150)

"Je m'arrêtai soudain, interloqué. Un souvenir furtif venait de se planter dans mon cerveau comme une flèche au milieu d'une cible.

Le vieux laquais aux cheveux gris, dans le bureau du notaire. Il m'avait proposé le seul repas que j'aurais été incapable de refuser, comme s'il connaissait mes goûts depuis des années, et avait ajouté sur le ton de la connivence: "Les cailles farcies et les gâteaux de Savoie ne constituent sans doute pas un repas idéal le soir." C'était au mot près la réflexion que m'avait faite Holmes un soir après dîner.

Simple coïncidence?

Un peu plus tard, l'homme à la bûche. Il avait glissé une grosse bûche dans l'âtre et s'était adressé à moi, comme si nous étions de vieux amis: "Un bon feu de cheminée apaisera vos rhumatismes, docteur Watson. Je sais de quoi je parle."

Comment ce bonhomme savait-il que j'avais des rhumatismes? Avait-il simplement repéré la présence de ma canne à côté de mon fauteuil? M'avait-il surpris en train de me masser les genoux?"

Bob GARCIA Le testament de Sherlock Holmes

poésie,littérature,cyrano de bergerac,edmond rostand,amour,sentiments,actu,actualité

08/02/2015

Les dimanches poétiques (149)

"Dans la foulée, j'ai aussi commencé une lettre à Paul Rialto, mais je ne suis pas parvenu à rédiger plus de deux lignes. Je le revoyais, l'année précédente, commentant un passage de Proust. Son aisance. Son élocution. Sa pertinence. Les phrases naissaient et s'épanouissaient dans la classe, elles étaient chatoyantes. Je ne prenais aucune note. J'étais fasciné. Je ne pourrais jamais produire un travail d'une telle qualité. Mais bon, personne ne me le demandait. J'étais le tâcheron acharné qui, un jour, sait-on jamais, à la faveur du forfait d'un champion, pourrait peut-être ramener une médaille de bronze à l'équipe nationale, médaille dont tout le monde se réjouirait pendant cinq minutes avant de l'oublier."

Jean-Philippe BLONDEL Un hiver à Paris

littérature,hypokâgne,un hiver à paris,jean-philippe blondel,roman,actu,actualité