Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/11/2015

Les dimanches poétiques (169)

"L'agent spécial Stern portait toujours un costume cravate. De préférence marron, beige, ou bleu foncé, avec des chemises à fines rayures. Mila déduisit que sa femme devait tenir au fait qu'il sorte avec des vêtements bien repassés. Son apparence était soignée. Les cheveux coiffés en arrière avec un peu de brillantine. Il se rasait tous les matins, et en plus d'être lisse la peau de son visage avait l'air douce, elle sentait bon. C'était un type précis, Stern. De ceux qui ne changent jamais leurs habitudes, et pour qui il est bien plus important d'avoir l'air en ordre que d'être à la mode."

Donato CARRISI Le chuchoteur

poésie,littérature,le chuchoteur,actu,actualité

25/10/2015

Les dimanches poétiques (168)

"En automne, la vigne vierge rougit face aux arbres qui se dénudent."

Sylvain TESSON Aphorismes sous la lune et autres pensées sauvages

poésie,littérature,actu,actualité

11/10/2015

Les dimanches poétiques (167)

"Au lieu de quoi le cœur. Le bon vieux cœur. Le cœur moteur. La pompe qui couine, qui se bouche, qui déconne. Un boulot de plombier, aime-t-il dire: écouter, faire résonner, identifier la panne, changer les pièces, réparer la machine, tout cela me convient parfaitement - cabotin en cet instant, se dandinant d'un pied sur l'autre, minimisant le prestige de la discipline quand tout cela flatte sa mégalomanie."

Maylis de KERANGAL Réparer les vivants

poésie,littérature,romans,actu,actualité

04/10/2015

Les dimanches poétiques (166)

"Un des plus grands mystères des rapports entre les sexes est l'instant où un homme remarque une femme, est ébloui par elle. L'objet de la fascination peut être un mot entendu ou le son d'une voix ou un silence. Ou encore un seul regard, fugitif. Ou, parfois, le dessin et la couleur des lèvres qu'un petit bout de langue humecte ou ravive furtivement, la forme du nez, un port de tête, la longueur d'un cou, une jambe ou une hanche, la poitrine, le mouvement des mains, un geste souvent anodin, emprunté ou détendu et tout en rondeur, ou quelquefois le long bruissement des bas de soie quand une jambe frotte l'autre fortuitement, l'odeur des cheveux, et aussi une gouttelette de pluie dans les cheveux ou en équilibre sur le bord du pavillon de l'oreille et son reflet fugace dans un rayon de lumière."

Wlodzimierz ODOJEWSKI Oksana, l'Ukrainienne

P1110250 (2).JPG

 Sculpture de Jean-Marc DEPAS

27/09/2015

Les dimanches poétiques (165)

"Ah, vous avez souri! Ne dites pas non, vous avez souri. Ah, c'est merveilleux! La vie est belle! et vous êtes comme elle... si belle, vous êtes si belle, vous aussi..."

Jacques PREVERT Dialogue du film Les enfants du paradis

P1160245 Brassaï (2).jpg

20/09/2015

Les dimanches poétiques (164)

  • Alors mon coeur
  • Tu m'dis plus bonjour
  • Toi le vainqueur
  • Toi le muscle de l'amour
  • Dis, pourquoi tu restes dans ton coin
  • Dis, pourquoi t'es fermé comme un poing
  • A triple tour
  • Pourquoi, dis, tu fais le sourd?

 

  • Alors mon coeur
  • Tu tires le linceul
  • Dans la torpeur
  • Glacé tu me laisses seul
  • Dis, t'ai-je fait tellement de mal
  • Dis, que fatigué tu aies fait la malle
  • Sans retour
  • Crevé comme un vieux tambour

 

  • Tu t'souviens plus
  • Des merveilleux matins
  • Tu t'sens fourbu
  • Vieux drummer pulsant l'tempo du sang humain
  • Joue encore un nouveau chorus
  • Ressors-moi ton archet
  • Mon beau stradivarius
  • Frappe ton sabot
  • Mon cœur, ô!

 

  • Fais-moi l'amour
  • Je n'suis bon qu'à ça
  • Cogne comme un sourd
  • Pour me réveiller la joie
  • Dis, à quoi tu sers dans cette cage
  • Dis, sois fou d'amour, sois fou de rage
  • Mais parle-moi
  • Tout nu
  • A cœur perdu

 

Claude NOUGARO A cœur perdu

poésie,littérature,culture,actu,actualité

13/09/2015

Les dimanches poétiques (163)

J'ai ta main dans ma main

Je joue avec tes doigts,

J'ai mes yeux dans tes yeux

Et partout l'on ne voit,

Que la nuit, belle nuit, que le ciel merveilleux,

Qui fleurit, tour à tour, tendre et mystérieux.

Viens plus près, mon amour,

Ton cœur contre mon cœur,

Et dis-moi qu'il n'est pas de plus charmant bonheur,

Que ces yeux dans le ciel, que ce ciel dans tes yeux,

Que ta main qui joue avec ma main.

Charles TRENET J'ai ta main

P1060590 (2).JPG

12:00 Publié dans Poèmes | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |