Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2010

Quand il fait froid dehors...

... on recherche toutes les petites choses qui réchauffent l'âme et le coeur. La saison hivernale est arrivée en avance en Normandie.

Ce qui me plaît à cette saison c'est de pouvoir rester au chaud chez moi et ne pas culpabiliser de rester enfermée. (Surtout quand j'ai le rhume!) M'installer dans le canapé avec la minette à côté de moi, savourer un bon livre et boire un chocolat chaud dans l'après-midi... C'est bon et ça fait du bien au moral!

P1060897 cafe la plume.jpg

A cette saison j'aime les parfums un peu plus capiteux, comme Rumeur de Lanvin et Coco Mademoiselle de Chanel. Un parfum c'est une sorte de signature, ça marque la personnalité et ça laisse une trace dans l'inconscient des personnes que l'on croise. C'est aussi une forme de politesse vis-à-vis des autres.

J'aime l'hiver aussi parce que les plats en sauce font leur grand retour, les illuminations sont installées dans les villes, le Père Noël et ses lutins préparent les cadeaux et entraînent leurs rennes, les vitrines sont joliment décorées et les gens parlent plus facilement.

P1020143 Facebook dec 09.jpg

Et puis c'est la saison des rêves... Des petits rêves comme des rêves les plus fous. C'est une saison magique... Je me surprends à espérer la libération d'Hervé Ghesquières et Stéphane Taponier (deux journalistes retenus en otage) et de leurs compagnons d'infortune. Leur libération serait un  beau cadeau de Noël, vous ne trouvez pas? Tout particulièrement pour leur famille. Cela nous conforterait dans l'idée qu'il n'est pas vain d'espérer... Et que les miracles existent!

28/11/2010

Les dimanches en photo (7)

P1010547 PN.jpg

Ma jolie commune sous la neige (image d'archive)

24/11/2010

Le sixième homme - F. Fouquet et J. Papin

9782844784759[1].gifVoilà un témoignage comme on aimerait en lire plus souvent. Ce témoignage, c'est celui de Jacques Papin, ancien résistant, qui a trompé la mort plusieurs fois et de façon très spectaculaire le 29 août 1944 dans le Pays de Bray.

Arrêté en haut de la côte des Hayons par des S. S. alors qu'il revenait d'une mission avec cinq compagnons, Jacques Papin tente le tout pour le tout. Les jeunes hommes, qui venaient de récupérer un fusil mitrailleur, sont accusés de terrorisme et priés par les officiers allemands de s'aligner au bord d'un trou creusé par un obus. Plus aucun doute sur leur destin quand ils voient les canons des armes pointés dans leur direction. Mais Jacques Papin profite d'un moment de confusion pour fausser compagnie aux S. S. Il se laisse tomber en boule dans le trou et prend ses jambes à son cou. Il parviendra à échapper aux Nazis en montant, à bout de forces, dans un arbre.

C'est toute son histoire (de sa naissance à ce moment tragique) qu'il nous raconte. On apprend qu'il n'a pour ainsi dire pas connu ses parents et qu'il a été placé très jeune chez des religieuses, ce qui dans les moments délicats de sa vie, le poussera à s'en remettre à Dieu. On apprend également comment il est entré dans la Résistance et ses débuts peu concluants avec son camarade Jean Binet.

Très heureuse de lire un témoignage sur un coin de la Normandie que je connais. Un témoignage qui ne se veut pas moralisateur et dans lequel Jacques Papin ne fait pas de l'autojustification à toutes les pages. Un petit bémol cependant. Même si ce livre est plaisant à lire (malgré les atrocités de cette période) j'ai été stupéfaite du nombre de coquilles dans les pages sans parler des mots manquant dans certaines phrases. J'espère que ce n'est pas comme cela dans tous les exemplaires.

Enfin, je remercie Rosimua (qui se reconnaîtra) pour le prêt de l'ouvrage.

Le sixième homme - François FOUQUET et Jacques PAPIN - Ed. Cheminements - 2006

Challenge histoire essai 1[1].jpg

 

   Objectif: 4/10

07/11/2010

Les dimanches en photo (6)

 

P1070143 automne normand 2010.jpg

Automne normand

15/10/2010

Le quai de Ouistreham - F. AUBENAS

9782879296777[1].gifVous dire que j'ai été convaincue par ce livre serait mentir. Il s'agit d'une chronique sociale sur la difficulté de trouver un job quand on a juste le baccalauréat en poche et vingt ans d'inactivité derrière soi.

Florence Aubenas, journaliste et portraitiste (rappelez-vous, elle a couvert l'affaire d'Outreau), a bidouillé son CV, changé de physique et s'est installée à Caen. Puis, elle est allée s'inscrire à Pôle Emploi et a fait le tour des agences d'Intérim. Mais là, dans une région sinistrée par les délocalisations et les licenciements, les agences d'Intérim n'avaient rien à lui proposer. Quant à Pôle Emploi, passé les ateliers de rédaction de CV et de lettre de motivation, peu d'offres correspondaient à son profil.

Consciencieuse, la journaliste allait voir toutes les semaines les nouvelles annonces, mais hélas pas nombreuses concernant son profil. On lui a fait comprendre qu'elle ne trouverait guère mieux que des heures de ménage et elle est envoyée dans des organismes d'insertion. Elle fait des remplacements, trouve des heures dans un camping et accepte de faire le ménage sur les ferry lorsqu'ils accostent à Ouistreham bien qu'on lui ait dit que c'était dur.

Et là, l'enfer commence! Notre journaliste, qui n'est visiblement pas une grande ménagère, en bave! (D'ailleurs, elle a peut-être quelqu'un qui vient chez elle lui faire son ménage.) Les horaires sont très tôt le matin ou très tard le soir et je ne vous parle pas de la cadence de travail. (Le journalisme, c'est quand même plus cool. Quoique... Ca dépend où on bosse!)

Voilà en gros l'histoire. Le style ne m'a pas emballée et j'ai vraiment eu l'impression qu'elle vivait sur une autre planète avant d'arriver à Caen... Ce qui m'a par aileurs agacée, c'est qu'elle fait passer la Basse-Normandie pour une région minable et les Bas-Normands pour des naïfs, voire des abrutis. Sa démarche était intéressante mais le résultat est passable... Dommage!

Le quai de Ouistreham - Florence AUBENAS - Ed. l'Olivier - 2010

28/09/2010

Dictionnaire des fromages du monde - P. ANDROUËT

9782253130437[1].gifVoilà la bible des amateurs de fromages. Ce livre, au format poche, répertorie non seulement tous les fromages du monde, mais aussi tout ce qui concerne leurs appellations et les techniques pour les fabriquer.

Etant normande, je vous emmène à la découverte de quelques fromages normands. Je vais commencer par le plus proche de chez moi, à savoir le Neufchâtel. C'est un fromage au lait de vache, à pâte molle, à croûte fleurie, originaire du Pays de Bray. Il est fabriqué avec du lait cru et non écrémé et il est ensuite emprésuré à la caillette pour une coagulation lente. Après le décaillage et l'égouttage, il est broyé et inséré dans une sorte d'embossoir pour obtenir des bondes (ou bondons) de trois grosseurs différentes. Il peut aussi être moulé sous forme de briquettes, de coeurs, de carrés et de gros bondards (lesquels sont souvent enrichis de crème pour les grandes occasions). Le Neufchâtel a un goût prononcé en bouche. Les amateurs de fromages le dégusteront avec uniquement un morceau de pain. Les autres y ajouteront volontiers une pointe de beurre pour en adoucir le goût.

Le Camembert est un autre fromage normand mais beaucoup plus connu que le précédent. Il est originaire de Camembert, une commune de l'Orne. C'est un fromage au lait de vache, à pâte molle, à croûte fleurie, à caillé présure moulé en caillots prélevés à la louche, tirant 45 à 50% de matière grasse. Il a la forme d'un cylindre plat de 11 cm de diamètre et de 3 cm d'épaisseur, et d'un poids de 250 g. Il est plutôt doux en bouche mais s'il est au lait cru, le goût peut être plus prononcé suivant l'affinage (21 jours minimum après la fabrication). On trouve aussi du Camembert affiné au Calvados ou bien à la Bénédictine. Un régal!

Passons maintenant au Livarot. C'est un fromage du Calvados à pâte molle au lait de vache adouci (c-a-d légèrement écrémé), à croûte lavée et contenant 40% de matière grasse. Il a la forme d'un disque épais de 12 cm de diamètre et de 5 cm d'épaisseur. Il parvient à maturité après quatre mois d'affinage en cave humide avec des lavages périodiques à l'eau salée. Pour éviter qu'il ne se déforme, il est entouré de lanières de roseaux (appelées des laiches) qui forment cinq spires. D'où son surnom de "colonel". Le Livarot a un goût prononcé quand il est bien affiné.

P1060366 La plume livarot 100 ans.jpg

Enfin, le Pont-l'Evêque, dont le nom évoque une autre localité du Calvados. C'est un fromage au lait de vache entier emprésuré, à pâte molle. Il est de forme carrée, de 10,5 à 11,5 de côté. Il contient au minimum 45% de matière grasse. Le Pont-l'Evêque est affiné pendant deux semaines au minimum après sa fabrication. Mais deux semaines c'est un peu court quand on aime le fromage fait et pas blanc. Vous pouvez le garder trois semaines après sa fabrication sans l'entamer, voire quatre semaines. Il a un goût plus doux que le Livarot mais plus prononcé que le Camenbert.

J'espère vous avoir fait saliver un peu avec ces quelques fromages normands et que vous n'hésiterez pas à les goûter quand vous en trouverez dans votre magasin d'alimentation. 

Dictionnaire des fromages du monde - Pierre ANDROUËT - Ed. LGF - 2005

22/09/2010

Expo Monet au Grand Palais

images[3].jpegLe Grand Palais propose une rétrospective Claude Monet du 22 septembre 2010 au 24 janvier 2011. 170 toiles de collections publiques et privées du maître sont rassemblées à Paris. Les oeuvres marquent toutes les périodes de la vie de l'artiste. Voyageur infatigable, il a rapporté des tableaux de Hollande, d'Italie et de Grande Bretagne mais il a aussi beaucoup représenté Paris et la Normandie. Un vrai régal pour les yeux et on peut suivre l'évolution du peintre. Sa série de la cathédrale de Rouen et celle de la gare Saint Lazare sont assez exceptionnelles dans leur genre.

A noter que quelques unes de ses toiles sont exposées au Musée des Beaux Arts à Rouen dans le cadre du Festival Normandie impressionniste qui se déroule jusqu'au 26 septembre prochain. Malheureusement mon tableau préféré, "La pie", n'est pas là. Je n'ai donc vu que cinq cathédrales et quelques paysages parmi d'autres tableaux impressionnistes dont deux Turner réalisés à la plume et à l'encre brune, gouache et aquarelle. Vraiment très beaux!

Le Grand Palais - 3 avenue du général Eisenhower, 75008 Paris - Ouvert tous les jours de 10h à 22h, les mardis jusqu'à 14h et les jeudis jusqu'à 20h. Pendant les vacances ouvert de 9h à 23h y compris le mardi. Fermeture à 18h les 24 et 31 décembre. Fermé le 25 décembre. Plein tarif: 12 euros. Tarif réduit: 8 euros. Gratuit pour certaines personnes.