Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/08/2011

Road movie en Nord-Pas-de-Calais

Aujourd'hui je vous emmène en Nord-Pas-de-Calais. Une bien jolie région trop peu citée. Bouclez vos ceintures... C'est parti!

photographies, voyages, côte d'opale,

Le phare de Petit-Fort-Philippe à côté de Gravelines (59). On peut y monter.

photographies, voyages, côte d'opale,

La chapelle Notre Dame des Flots à Petit-Fort-Philippe.

photographies, voyages, côte d'opale,

Jean Bart, célèbre corsaire de Dunkerque ayant vécu au 17ème siècle. Il trône sur la place du même nom.

photographies, voyages, côte d'opale,

L'hôtel de ville de Dunkerque. Un bâtiment superbe surplombé d'un beffroi! Sur la façade on peut voir les statues de six hommes ayant marqué la ville: Armand Charles Guilleminot, Robert de Cassel, Jean-Marie Joseph Emmery, Pierre Jean van Stabel, Baudoin III de Flandre et Michel Jacobsen.

 

photographies, voyages, côte d'opale,

Le Géant de Bergues aussi connu sous le nom de "L'électeur de Lamartine". 6,50 mètre assis et pesant 250 kg.

photographies, voyages, côte d'opale,

Le beffroi de Bergues rendu célèbre par le film "Bienvenue chez les Chtis". Le carillon est un régal!

photographies, voyages, côte d'opale,

Le canal de Saint Omer (62) sur les rives duquel ont été construites des maisons au fil des siècles. Souvent des maisons basses avec des portes très étroites. A mon avis plus d'un doit entrer de profil...

(Les photos ne sont pas libres de droit.)

12/08/2011

Cher amour - B. GIRAUDEAU (coup de coeur)

                               livres,littérature,essais,romans,bernard giraudeau,voyages,actu,actualité

Je vais essayer de faire un billet plus court que celui sur Cyrano de Bergerac, mais quand il est question d'amour, vous conviendrez qu'on ne peut pas mettre seulement trois lignes.

C'est un très beau livre dans lequel tous les sentiments s'entremêlent. Il y a de la douceur, de la crudité dans les mots, de la mélancolie, de la drôlerie parfois et plein de phrases qui vous attrapent par les tripes. Bernard Giraudeau était un vrai conteur. Ses mots sonnent tellement justes qu'ils font parfois l'effet d'un couteau qui entaille l'âme sans que l'on s'en rende vraiment compte. Après coup on s'aperçoit que l'on a une plaie béante. On n'avait pas vu la lame arriver.

Dans cet ouvrage il embarque le lecteur dans des voyages improbables aux quatre coins de la terre (si l'on peut parler de coins...) mais aussi sur des scènes de théâtre où il se débat avec les héros shakespeariens qu'il incarne. Et puis il y a une femme, une inconnue qu'il ne connaît pas encore, qu'il cherche un peu partout au gré de ses voyages et qu'il imagine femme du monde à Paris. Il rêve d'un amour qu'il n'a pas encore rencontré, qui l'accompagne, le conseille, le gronde parfois. C'est une relation à la fois étrange et extraordinaire. Il écrit un peu pour elle et en s'adressant à elle. Où est-elle, sa belle inconnue? (Je voudrais bien qu'un homme me parle comme ça!)

Il parsème aussi quelques détails sur la vie, sa vie, sa famille et la maladie qui vient le frapper en pleine force de l'âge. Cependant, il ne s'apitoie jamais sur son sort. C'est un battant, un bouffeur de vie qui a un chrono dans le cerveau. Il entame plusieurs projets en même temps et se donne à fond pour tous les mener à bien. Un perfectionniste en somme. Mais de vivre à 100 à l'heure, ça ne peut durer qu'un temps et l'organisme sait vous rappeler à l'ordre. On connaît la suite, hélas!

Cher amour - Bernard GIRAUDEAU - Ed. Métailié - 2009 

22/07/2011

Musée industriel de la Corderie Vallois

P1080738 Fbk Bobines fil blanc.jpgSi vous ne savez pas quoi visiter cet été en Haute-Normandie, vous pouvez vous arrêter au Musée industriel de la Corderie Vallois. C'est à l'origine un moulin. Il fut transformé en 1822 en filature de coton. Puis Jules Vallois, qui en devient le propriétaire en 1897, remplace la filature par une corderie mécanique sans toutefois modifier le bâtiment.

On y découvre toutes sortes de machines destinées à la fabrication de cordes de tous diamètres. Elles sont utilisées aussi bien dans la marine que pour les lacets de chaussures. Aujourd'hui, le lieu n'est plus qu'un lieu de mémoire qui doit sa survie à quelques historiens irréductibles qui ont bataillé ferme pour sauvegarder ce bâtiment, témoin de l'industrie cotonnière de la vallée du Cailly au XIXème siècle.  

Musée industriel de la Corderie Vallois - 185 route de Dieppe, 76960 Notre-Dame-de-Bondeville - Horaires d'ouverture: tous les jours de 13h30 à 18h (sauf certains jours fériés) - Tarif: 3 euros. Tarif réduit: 1,50 euro.

(La photo n'est pas libre de droits.)

17/07/2011

Les dimanches poétiques (47)

Oceano Nox - Victor Hugo

Oh! combien de marins, combien de capitaines

Qui sont partis joyeux pour des courses lointaines,

Dans ce morne horizon se sont évanouis?

Combien ont disparu, dure et triste fortune?

Dans une mer sans fond, par une nuit sans lune,

Sous l'aveugle océan à jamais enfoui?

Combien de patrons morts avec leurs équipages?

L'ouragan de leur vie a pris toutes les pages

Et d'un souffle il a tout dispersé sur les flots!

Nul ne saura leur fin dans l'abîme plongée,

Chaque vague en passant d'un butin s'est chargée;

L'une a saisi l'esquif, l'autre les matelots.

Nul ne sait votre sort, pauvres têtes perdues!

Vous roulez à travers les sombres étendues,

Heurtant de vos fronts morts des écueils inconnus

Oh! que de vieux parents qui n'avaient plus qu'un rêve,

Sont morts en attendant tous les jours sur la grève

Ceux qui ne sont pas revenus!

On demande "Où sont-ils? Sont-ils rois dans quelque île?

Nous ont'ils délaissés pour un bord plus fertile?"

Puis, votre souvenir même est enseveli.

Le corps se perd dans l'eau, le nom dans la mémoire.

Le temps qui sur toute ombre en verse une plus noire,

Sur le sombre océan jette le sombre oubli.

On s'entretient de vous parfois dans les veillées,

Maint joyeux cercle, assis sur les ancres rouillées,

Mêle encore quelque temps vos noms d'ombre couverts,

Aux rires, aux refrains, aux récits d'aventures,

Aux baisers qu'on dérobe à vos belles futures

Tandis que vous dormez dans les goémons verts!

Bientôt des yeux de tous votre ombre est disparue.

L'un n'a-t-il pas la barque et l'autre sa charrue?

Seules, durant ces nuits où l'orage est vainqueur,

Vos veuves aux fronts blancs, lasses de vous attendre,

Parlent encore de vous en remuant la cendre

De leur foyer et de leur coeur.

Et quand la tombe enfin a fermé leur paupière,

Rien ne sait plus vos noms, pas même une humble pierre

Dans l'étroit cimetière où l'écho nous répond,

Pas même un saule vert qui s'effeuille à l'automne,

Pas même la chanson naïve et monotone

Que chante un mendiant à l'angle d'un vieux pont!

sont-ils, les marins sombrés dans les nuits noires?

O flots! que vous savez de lugubres histoires!

Flots profonds redoutés de mères à genoux!

Vous vous les racontez en montant les marées,

Et c'est ce qui vous fait ces voix désespérées

Que vous avez le soir, quand vous venez vers nous...

P1060975 Mer Ile Yeu.jpg

(La photo n'est pas libre de droits.)

13/07/2011

Expo "Paris - Delhi - Bombay..."

expositions, centre pompidou, paris - delhi - bombay, inde, art contemporain, actu, actualité Le Centre d'art contemporain Georges Pompidou accueille jusqu'au 19 septembre l'exposition "Paris - Delhi - Bombay..." L'idée d'Alain Seban, président du centre, était de faire se rencontrer la scène indienne contemporaine et la scène française contemporaine. Une sorte de "dialogue des cultures". Les foyers de création sont partouts. Paris est aujourd'hui plus que jamais une capitale de l'art "mais elle doit prendre en compte le phénomène de la mondialisation artistique et l'affirmation des scènes émergentes", nous dit Alain Seban. Une exposition qui ne manque pas d'originalité!

Centre Pompidou - 75004 Paris - Ouvert tous les jours de 11h à 21h (fermeture des caisses à 20h) sauf le mardi et le 1er mai - Plein tarif: 12€ ou 10€ (selon période). Tarif réduit: 9€ ou 8€ (selon période).

08/07/2011

Nicostratos

films, cinéma, nicostratos, grèce, pélican, actu, actualitéVoilà un film émouvant sur l'amitié entre un garçon et un pélican qui nous fait voyager dans des paysages grecs somptueux. Un vrai régal!

Yannis, 14 ans, habitant avec son père la petite île de Zora en Grèce, troque un bébé oiseau contre la croix d'or héritée de sa maman. Il réussit tant bien que mal à cacher la bête chez lui sans que son père s'en aperçoive mais l'animal grossit et la tâche est de plus en plus ardue... Yannis délaisse ses activités journalières pour s'occuper de son pélican ce qui n'est pas du goût de son parternel! Jusqu'au jour où il s'aperçoit de la présence de l'animal et veut le tuer. Il le chasse mais l'oiseau, domestiqué, revient à la maison et Yannis va le cacher dans une crique... 

Le pélican va devenir l'attraction de l'île. Des hordes de touristes débarquent pour voir l'animal qui fait le bonheur d'Aristote, le patron du seul et unique café du lieu, qui va jusqu'à rebaptiser son bar Nicostratos.

Ce film met en exergue les relations père-fils. Autant dire que les relations entre Yannis et son père ne sont pas les meilleures du monde et le garçon souffre de cette situation. Alors que son paternel est parti pour les vendanges, il dit à Angeliki, sa nouvelle amie: "Mon père me manque. Même quand il est là il me manque." On assiste à des scènes de tension assez phénoménales entre les deux et à des scènes aussi cocasses.

C'est un film à voir. Il y a de l'émotion, de l'humour, de l'amitié, de l'humanité et de la sagesse dans Nicostratos. J'ai eu la larme au coin de l'oeil à un moment. Ce film apporte un souffle frais d'énergie et d'espoir.

Nicostratos - Olivier HORLAIT - Avec Emir Kusturica, Thibault Le Guellec, François-Xavier Demaison - 2010

films, cinéma, nicostratos, grèce, pélican, actu, actualité

19/06/2011

Expo "L'Art de l'Automobile" à Paris

1950_Jaguar_XK120_-side-2-600c5-a6ef8[1].jpeg

Jaguar XK 120 Roadster, 1950 (Photo Michael Furman)

 

Le Musée des Arts décoratifs de Paris propose jusqu'au 28 août l'exposition "L'Art de l'Automobile". Dix-sept voitures de la collection personnelle du styliste Ralph Lauren sont montrées. Parmi ces petits bijoux rutilants des Jaguar, Bentley, Bugatti, Mercedes et autres Ferrari. Des voitures exceptionnelles dont certaines sont des prototypes. Si vous aimez les belles mécaniques et les jolies formes, cette expo est pour vous.

Musée des Arts décoratifs - 107 rue de Rivoli, 75001 PARIS - Ouvert du mardi au dimanche de 11h à 18h (dernier billet vendu à 17h30), le jeudi nocturne jusqu'à 21h (uniquement pour les expos temporaires - dernier billet vendu à 20h30), fermé le lundi - Plein tarif: 9 euros. Tarif réduit: 7,50 euros.