Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/08/2013

Petit joyau sauvage

Après quelques années de recherche Tiberio avait retrouvé des traces de ses ancêtres sur l'île du Giglio, petit bout de terre de la province du Grosseto isolé des côtes par une bande de mer de 16 kilomètres. Ce petit bout de Toscane, où l'un de ses arrière-grands-pères maternels avait réussi à planter de la vigne, était un petit joyau sauvage. La garrigue s'y étalait un peu comme en Provence. On y trouvait à l'époque du chêne-vert, du chêne-liège et une espèce de bruyère arborescente. Mais le développement de l'agriculture et les incendies avaient modifié la flore au fil des ans. Comme essence d'arbre, on n'y trouvait plus guère que des pins. Tiberio se souvenait y avoir vu aussi quelques pieds de thym et des carottes sauvages lorsqu'il y était allé pour ses recherches.

La culture de la vigne devenant de plus en plus difficile, la famille avait migré vers le continent et s'était installée dans le hameau de Porto Santo Stefano à Monte Argentario. L'arrière-grand-mère avait vécu le départ comme un arrachement. S'ancrer dans une nouvelle ville, se dessiner une nouvelle vie, n'avait pas été simple. Puis, ils avaient monté un commerce d'import. Ils faisaient venir des épices et des produits exotiques du monde entier qu'ils revendaient ensuite à des grossistes: curry, poivre vert, gingembre, cannelle... Au diable les conditions dans lesquelles avaient été cultivés ces produits et comment ils avaient voyagé jusqu'en Italie. Ils ne s'étaient pas occupés de savoir si des esclaves avaient contribué à faire vivre leur commerce. Valait mieux d'ailleurs ne pas se poser trop de questions. Ils avaient une famille à nourrir.

Tiberio s'était passionné pour la généalogie à la naissance de son fils. Il avait essayé de retrouver le sourire juvénile de Flavio sur les photos glanées ici et là. La même plantation de cheveux qu'un grand-père, le même regard qu'un oncle... Puis il avait sillonné le pays pour recueillir des informations. Tiberio avait dû emprunter de multiples souterrains et faire parler diverses sources pour faire jaillir la lumière sur ses ancêtres. Les unes étaient bavardes, les autres réticentes à se livrer mais cette quête lui avait permis de renouer des liens avec des membres de sa famille qu'il n'avait pas vus depuis longtemps.

Ce texte a été rédigé pour les Plumes de l'été autour du mot "racines" initiées par Asphodèle. Il n'est pas libre de droits, la photo non plus.

P1020743 ile yeu chapelle.jpg

20/06/2013

La source des soucis

La source des soucis de son génie de fils se logeait très certainement dans la solitude. C'est la réflexion que se fit Maria Loseiner alors qu'elle astiquait une petite tablette en bois de châtaignier. Elle faisait la poussière de son appartement le mercredi matin. Pas une miette, pas un grain de café n'était oublié.

Ses armoires embaumaient la lavande. Les petites fleurs mauves étaient rassemblées dans des sachets de tissus qu'elle avait confectionnés de ses propres mains. Tout le linge était ainsi parfumé. Dans la cuisine, la cafetière laissait échapper toute la journée des senteurs de robusta. Il y avait toujours du café frais chez Maria. Des arômes de vanille et de cannelle filtraient par ailleurs du placard situé au-dessus de l'évier. Pour ses invités, reçus le plus souvent dans cette pièce, c'était une vraie farandole de parfums.

Lorsqu'elle avait su que les médecins avaient réussi à sauver son fils, elle avait poussé un ouf de soulagement. Tobias était son seul enfant. Mais elle n'avait pas pu le voir dès son arrivée aux urgences. Une infirmière lui avait interdit l'accès du box où il était soigné. Elle avait soupiré pendant deux bonnes heures, enfoncée dans un fauteuil inconfortable d'où elle avait vu passer plusieurs brancards sur lesquels étaient couchées des momies. Puis, l'infirmière était venue la chercher.

Ce texte a été rédigé pour l'édition 106 du jeu Des mots, une histoire initié par Olivia. Il n'est pas libre de droits. La photo non plus.

textes originaux,écriture,littérature,genève,suisse,actu,actualité

30/05/2013

Ses lèvres étaient sucrées

Le Cuauhtemoc ressemblait plus à un bateau de pirates qu'à un navire école. C'est du moins l'impression que Tiberio et Marcella en eurent en cette fin de soirée dans le port de Fiumicino. Le crépuscule donnait un air mystérieux au voilier.

Le déclin du jour était leur moment préféré. La Méditerranée prenait des couleurs jaune orangé et brillait comme si des milliers de perles de cristal avaient été jetées à la surface de l'eau. Tout le paysage était modifié à travers ce prisme composé de mille facettes éblouissantes.

Les vigiles du port, dans leur tour en forme de polygone, ne chômaient pas. Outre les vieux gréements amarrés le long des quais, ils devaient surveiller les petites embarcations qui essayaient de trouver la meilleure place sur le Tibre afin de ne pas manquer une miette du feu d'artifice.

Marcella vérifia si son chignon, ressemblant fort à ceux des Bigoudènes, n'était pas défait. Tiberio, la voyant vérifier ses cheveux, l'attira près de lui et l'embrassa. Ses lèvres étaient encore sucrées de la crêpe qu'elle avait mangée quelques minutes plus tôt. Tiberio aurait aimé goûter sa bouche plus longtemps mais elle se dégagea de son étreinte pour l'entraîner lui et Flavio vers un autre bateau.

Ce texte a été rédigé pour l'édition 103 du jeu Des mots, une histoire initié par Olivia. Il n'est pas libre de droits, la photo non plus.

textes originaux,écriture,littérature,italie,amour,actu,actualité

18/05/2013

Un homme sans relief

-"Mesdames, messieurs, je vous ai convoqués ce matin pour vous faire part d'une modification de vos emplois du temps pour les deux semaines à venir. Suite à l'arrêt maladie de Tobias Loseiner, professeur de physique et de chimie, je suis contrainte de redistribuer ses cours et notamment de répartir les classes auxquelles il enseignait ces matières."

La principale du collège connaissait tous les dangers d'une telle annonce: les visages des professeurs qui se crispent en constatant qu'ils devront faire plus d'heures que celles initialement prévues, et une certaine tension dans leur regard. Emelinda Wollenfeld savait par ailleurs qu'elle ne devait faire preuve d'aucune faiblesse, qu'aucun doute ne devait s'installer dans son âme sur le bien fondé de cette décision. Mais les regards des professeurs n'étaient pas faciles à soutenir. Emlinda Wollenfeld sentait sa veste rouge coquelicot peser de plus en plus lourd sur ses épaules. Elle craignait que quelques uns protestent ou posent des questions sur la maladie de Tobias Loseiner. Elle ne se voyait pas leur dire qu'il avait tenté de mettre fin à ses jours en avalant tout ce que son armoire à pharmacie comptait de cachets et de pilules. Les secours avaient été prévenus par une voisine qui était venue lui demander un peu de sucre. Elle avait trouvé étrange qu'il ne réponde pas malgré le rai de lumière qui filtrait sous la porte.

C'était toujours sous la forme d'une image grise, sans ombre qu'apparaissait Tobias Loseiner à Emelinda Wollenfeld. Sa mémoire n'avait jamais réussi à capturer une image de lui en couleur. Un homme gris, sans relief, avec lequel cependant elle s'entendait bien. Même si, à dire vrai, ils ne se parlaient pas souvent. Tobias Loseiner ne posait pas de problème et accomplissait son travail avec une grande rigueur. Il ne discutait que très rarement les décisions prises par la direction. Elle aurait aimé que tous les professeurs soient aussi peu vindicatifs. Par ailleurs, Tobias Loseiner les dépassait tous d'une tête intellectuellement. Il était professeur de physique et de chimie, mais il avait aussi étudié la métaphysique et la philosophie analytique à l'Université de Genève. Puis, il avait choisi de persévérer dans les sciences avec pour objectif d'entrer au CERN. Un objectif qu'il avait finalement abandonné pour une vie plus simple dans l'enseignement. Trop simple peut-être...

Alors qu'Emelinda Wollenfeld concluait son discours, le son de l'alarme se fit entendre. Elle allait pouvoir quitter la salle des professeurs sans se justifier pour aller voir ce qui se passait dans l'établissement. Une fuite qu'elle ressentait comme une évasion plus que comme une échappatoire mais qui fut pour elle une vraie délivrance.

Ce texte a été rédigé pour l'édition 101 du jeu Des mots, une histoire initié par Olivia. Il n'est pas libre de droits, la photo non plus.

textes originaux,écriture,littérature,genève,solitude,actu,actualité

19/04/2013

L'enfant qui en savait trop

L'agitation de la ville est lointaine maintenant. Le pandémonium n'est plus qu'un vague souvenir pour Joshua. L'enfant se demande pourquoi on l'a amené là et attend avec une certaine impatience qu'on vienne s'occuper de lui.

Cela fait maintenant cinq heures et trente-neuf minutes qu'il se trouve dans cette salle gigantesque en espérant que quelque chose se passe. Mais l'espoir commence à s'émousser et la frustration s'ancre en lui aussi sûrement que l'angoisse. Il est déçu de n'avoir pu assister au départ de ses parents, et angoissé de se prendre à nouveau une gifle. Le type qui l'a enfermé là a de larges paluches et il ne fait pas dans la demi mesure. Il aurait dû considérer le désir du bonhomme comme un ordre.

Puis, Joshua entend un bruit de galop se rapprocher. Il ne peut cacher sa stupeur quand le méchant type crie dans son téléphone portable qu'il va "se dabarrasser au plus vite du gamin".

Ce texte a été rédigé pour les Plumes à thème n°7 initées par Asphodèle. Elle a compliqué les consignes cette semaine. Il fallait rédiger une quatrième de couverture en 500 signes (que j'ai largement dépassés) et trouver un titre. Ce texte n'est pas libre de droits, la photo non plus.

textes originaux,écriture,littérature,actu,actualité

12/04/2013

Tramway n°12

Les neige collée aux chaussures des passagers se détachait par petits paquets et s'étalait dans toutes les rames. Des flaques un peu partout. On pataugeait dans le tramway les matins d'hiver. Tobias était résigné. Il savait qu'il n'y avait rien à faire sinon attendre patiemment le printemps et sa débauche de couleurs. La blancheur laisserait place au vert et aux couleurs chaudes de la végétation. Avec le temps la neige et le gel disparaîtraient. 

Chaque jour Tobias prenait le tramway n°12 en direction de Moillesulaz et chaque jour il comptait les arrêts. Il le prenait Place de Neuve et descendait à Grange-Canal. Huit arrêts en tout pour rejoindre l'Ecole internationale située route de Chêne en une trentaine de minutes. Genève avait un réseau de transports en commun très développé et la voiture n'était pas nécessaire quand on y habitait. D'ailleurs Tobias n'en avait pas. Il préférait de loin les trams et les bus, voire la marche à pied.

Face à lui ce matin-là, une jeune fille qu'il avait déjà croisée dans l'enceinte de l'école. Elle devait vraisemblablement être scolarisée en primaire. Elle avait un air angélique de jeune demoiselle bien élevée. Mais, il le savait, les élèves bien élevés pouvaient parfois se transformer en diablotins pour tester leurs professeurs. La naïveté et la pureté de l'enfance n'étaient plus ce qu'elles étaient. Les enfants ne croyaient plus en rien. Ils étaient par ailleurs beaucoup moins craintifs aujourd'hui qu'à l'époque où lui-même était élève. Les mensonges, même les plus gros, ne leur faisaient pas peur.

La jeune fille s'était mise à fredonner une chanson de Bastian Baker. Tobias l'avait reconnue tout de suite. Le chanteur était le chouchou de ces dames. Vingt-deux ans et déjà adulé. Tobias pensa que la célébrité facilitait bien la vie, lui qui se sentait noyé dans la masse, homme au physique commun, réservé et auquel on accordait peu d'importance. Il ne voulait accuser personne mais la vie était injuste se disait-il. Il n'avait rien de méchant, rien d'antipathique mais visiblement on ne l'aimait pas. Il avait l'impression que ses collègues féminines le fuyaient et que les femmes détournaient les yeux dans la rue. Sa mère avait tenté de l'apaiser, de lui dire qu'il valait bien les autres hommes, mais ses doutes sur son pouvoir de séduction ne l'avaient pas lâché. Ils s'étaient même multipliés. 

Il était perdu dans ses pensées quand la jeune fille se leva, lui rappelant qu'il devait descendre. Il passa par le fastueux bâtiment de la Grande Boissière avant d'aller faire cours. Même les secrétaires ne faisaient pas attention à lui. Peu étaient ceux qui lui adressaient la parole. Sa solitude n'était plus uniquement physique, elle devenait psychique. 

Ce texte a été rédigé pour les Plumes à thème n°6 initiées par Asphodèle. Il n'est pas libre de droits, la photo non plus.

textes originaux,écriture,littérature,genève,suisse,actu,actualité

09/02/2013

Le brouhaha des onomatopées

Tiberio attendait la fin de la semaine avec impatience. Il se sentait de plus en plus fatigué. Le surmenage des dernières semaines y était sans doute pour quelque chose. Bien qu'il n'eût pas dépassé la cinquantaine sa jeunesse était loin. Il n'avait plus la même énergie. Puis, il avait mis quelque temps à prendre ses marques dans ce nouvel environnement. Il avait aussi davantage de responsabilités.

Les nouvelles politiques sur la restructuration des universités avaient nécessité de multiples réorganisations des services au sein de la faculté. Un surplus de travail auquel il avait également fallu faire face sans broncher au risque sinon de se faire virer comme un malpropre. Le doyen n'était pas réputé pour être conciliant. A force de patience et de persévérance Tiberio avait malgré tout réussi à rendre le climat moins tendu avec la tête chenue. Il avait même pu lancer une grande enquête sur les habitudes de restauration des étudiants et analyser leurs besoins afin de réduire les coûts du restaurant universitaire.

Mais il était aussi impatient que la semaine se termine pour emmener Flavio et Marcella à Fiumicino. La ville maritime accueillait pendant une semaine un rassemblement de vieux gréements, messagers d'un autre temps... et d'autres moeurs. Il avait réservé une chambre dans une pension de famille de la via Porto Romano d'où ils pourraient rejoindre les quais à pied. Il entendait déjà le brouhaha des onomatopées accueillant les bateaux.

Ce texte a été rédigé pour l'édition 91 du jeu Des mots, une histoire initié par Olivia. Il n'est pas libre de droits, la photo non plus.

textes originaux,écriture,littérature,rome,actu,actualité