Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/12/2015

Les dimanches poétiques (171)

"Tout en formulant ses pensées, Mila vit apparaître le visage de Goran dans le miroir. Il était derrière elle. Mais il ne regardait pas la salle d'interrogatoire. Dans le reflet, il cherchait ses yeux.

Mila se tourna. Ils se regardèrent longuement, en silence. Ils étaient unis par le même abattement, la même affliction. Il fut naturel de se pencher vers lui, fermer les yeux et chercher ses lèvres. Enfoncer les siennes dans sa bouche, et sentir qu'il lui répondait."

Donato CARRISI Le chuchoteur 

27/08/2015

Revue de lectures #2

Allumer le chat de Barbara CONSTANTINE: un beau petit roman sur l'entraide entre personnes du 3ème âge. Des personnages touchants aux caractères bien trempés. C'est drôle et plaisant à lire.

Moriarty d'Anthony HOROWITZ: Frederick Chase, détective de l'agence américaine Pinkerton, se retrouve en Suisse non loin des chutes de Reichenbach quelques jours après la triste disparition de Sherlock Holmes et Moriarty. Il rencontre là-bas l'inspecteur de Scotland Yard, Athelney Jones. Chase et Jones constatent que sur les deux corps des ennemis jurés, un seul a été retrouvé. Connaissant le visage de Holmes, Jones en déduit que c'est Moriarty qui est étendu sans vie. Mais les conclusions de l'inspecteur ne sont-elles pas trop hâtives? Et peut-il vraiment se fier à Frederick Chase?

Le vieux garçon de Jean-Paul PELRAS: un roman régional qui met en scène un vieux garçon mal dégrossi, aux allures d'ours mal léché. Il aurait pu vivre heureux avec l'argent que lui a laissé son paternel (ce qu'il fut un temps malgré tout, à sa façon) mais la vie sait vous faire des coups tordus, le malchance qui s'en mêle. Bref, un roman qui se lit bien, qui m'a fait rire, même si l'histoire de ce vieux garçon est bien triste. 

Je reviens te chercher de Guillaume MUSSO: le héros du roman décide de disparaître d'un seul coup, de se perdre dans la foule, de quitter fiancée et meilleur ami sans la moindre explication parce qu'il rêve d'une autre vie. Il veut réussir, être connu, gagner de l'argent. Et il y parvient. Il parvient même à rencontrer une jolie femme, hôtesse de l'air, qu'il quittera elle aussi sans bonne raison, si ce n'est la certitude qu'il lui fera du mal. Mais repousser sans cesse les autres et ses sentiments, est-ce la solution? Peut-on être heureux ainsi? Le héros vivra trois fois la même journée et essaiera de changer le destin. Y parviendra-t-il?

Ancien malade des hôpitaux de Paris de Daniel PENNAC: ce court roman (cette nouvelle?) est un coup de cœur. C'est superbement écrit et très drôle. Un interne raconte ce qui l'a finalement conduit à devenir garagiste. Disons qu'un soir il a eu affaire à un malade d'un genre un peu particulier...

Temps glaciaires de Fred VARGAS: j'ai retrouvé avec plaisir le commissaire Adamsberg et ses collègues. L'auteur nous balade entre une mystérieuse société qui fait revivre les débats à l'assemblée au temps de Robespierre et un curieux incident qui s'est produit dix ans plus tôt en Islande. Le commissaire fera le voyage pour assembler les pièces du puzzle qui s'offre à lui. Une enquête qui prend des chemins de traverse pour confondre le coupable.

Peine perdue d'Olivier ADAM: encore un roman bien sombre. Après Les lisières je pensais qu'Oliver Adam nous donnerait à lire quelque chose d'un peu plus gai. Mais non. Il nous livre une galerie de personnages que la vie ne ménage pas. Des gens sans scrupules, d'autres rattrapés par la maladie et la vieillesse. Des jeunes qui ne sont pas compris, ou qui ne comprennent pas grand chose des rouages de la vie. L'atmosphère était un peu lourde parfois et bien qu'intéressants, les portraits des personnages étaient un peu trop longs à mon goût.

Ombres sur l'Hudson d'I. B. SINGER: j'ai mis presque un an à lire ce roman. Une histoire dense et des personnages qui tournent autour de Boris Makaver, juif pieux et pratiquant, et de sa fille. Ce livre est à la fois une réflexion sur la vie, l'amour, la mort, et la religion. Tout y est. Et le moins qu'on puisse dire, c'est que rien n'est simple entre les personnages. Un peu comme dans la vraie vie...

Grenoble parano de Sylvain PETTINOTTI: un très bon polar régional plein de suspense. J'ai adoré le style de l'auteur, très rythmé et surtout très drôle. J'ai ri plus d'une fois à la lecture de ce roman. Un ex-taulard veut se venger d'un avocat qui n'a pas réussi à le disculper dans une affaire jugée dix ans plus tôt alors qu'il était innocent. Il lui demande de réunir les preuves en lui envoyant des infos au compte goutte... Une sale affaire, mais une intrigue très bien ficelée.

Les gens heureux lisent et boivent du café d'Agnès MARTIN-LUGAND: ce roman parle de la reconstruction après la perte d'êtres chers dans un accident de voiture. Comment se sortir de la spirale de la culpabilité? Comment tourner la page? Comment réussir à vivre sans eux? Un long processus qui va mener l'héroïne, commerçante à Paris, dans une région perdue d'Irlande.

N'oublier jamais de Michel BUSSI: encore un bon polar de Michel Bussi même si ce n'est pas mon préféré de ses romans. L'intrigue est très tordue, comme toujours avec cet auteur. Un jeune homme avec une prothèse de jambe préparant l'Ultra Trail du Mont Blanc (course très exigeante s'il en est) se rend à Yport pour s'entraîner. Cependant l'entraînement va être de courte durée. Il se retrouve mêlé à un suicide (selon lui) que les policiers qualifieront de meurtre. Notre jeune homme, Jamal Salaoui, a d'ailleurs tout du coupable idéal. A-t-il tué la jeune femme retrouvée à demi-nue sur la plage avec une écharpe Burberry rouge nouée autour du cou?

lecture,littérature,romans,livres,actu,actualité,sylvain pettinotti,isaac bashevis singer,anthony horowitz,jean-paul pelras,guillaume musso,olivier adam,fred vargas,daniel pennac,barbara constantine,michel bussi

24/05/2015

Les dimanches poétiques (157)

"Les hommes sont risibles, elle ajoute. Dans leurs poses. Dans ce qu'ils cachent. Dans leur façon de se débattre avec leur virilité. Leur pudeur. C'est pour ça qu'ils sont si touchants. Et comiques. Il faut beaucoup les aimer pour les aimer, dit-elle."

Olivier ADAM Peine perdue

poésie,littérature,lecture,peine perdue,olivier adam,actu,actualité

25/01/2015

Les dimanches poétiques (148)

"-Non, je dis qu'on raisonne aussi bien avec ses émotions qu'avec ses idées. Je crois même, ma poulette, qu'on est malheureux quand on pense trop. Le cœur doit marcher avant le cerveau, le corps lui obéit, et la tête fait ce qu'elle peut..."

Alexandre JARDIN Juste une fois

poésie,littérature,livres,lecture,actu,actualité

13/01/2015

Un matin gris qui se transforme en jolie journée

Ce matin quand je suis partie le ciel était gris. Les présentateurs météo ne s'étaient pas trompés. Le mauvais temps était là. Le vent battait la ville. Dans la matinée il s'est même mis à pleuvoir. Mais la journée réserve bien des surprises.

Il y eut d'abord une petite éclaircie vers 9h50. Un premier rayon de soleil trop parfumé mais qui sentait sacrément bon (et moi qui me trimbale un sourire béat depuis ce moment-là).

Puis, à 12h, décider de rentrer manger plutôt que de me retrouver toute seule au self. Eviter ainsi de trop stresser pour une mise en situation que je devais effectuer en début d'après-midi.

A 13h50, le soleil qui fait son apparition, comme s'il avait décidé de me donner un coup de pouce, de me réchauffer, de me donner des forces.

Repartir à 14h10 sous le soleil. Avoir envie d'un nouveau stylo Pilot Frixion, le mien ayant rendu l'âme il y a quelques semaines. Aller dans une librairie pour le stylo et tomber sur le dernier livre de Jean-Philippe Blondel Un hiver à Paris. Ressortir avec le dit livre qui promet de belles heures de lecture.

Enfin, rentrer chez soi et découvrir qu'une de mes photos est sur la 4ème de couverture de la rétrospective que ma jolie Commune édite tous les ans pour distribuer aux habitants. Me dire que beaucoup de gens vont penser à moi.

Et à l'heure où j'écris ces lignes il y a encore un beau rayon de soleil.

météo,soleil,jean-philippe blondel,livres,lecture,rayon de soleil,littérature,shopping,actu,actualité

03/08/2014

Une année de lecture

Et bien le bilan n'est pas excellent. Je ne peux même pas dire qu'il est bon. J'ai lu moitié moins de livres que l'an passé. Je ne compte que 20 bouquins au compteur. Minable! Mais bon, j'ai eu beaucoup moins de temps pour lire et j'avais d'autres priorités alors je ne vais pas me flageller. Vingt livres ce n'est quand même pas si mal. C'est mieux que rien du tout.

Comme l'an passé, j'ai comptabilisé mes lectures, mais j'ai aussi calculé à combien elles me revenaient. Se cultiver c'est pas gratuit... Et pour ça je remercie les copines qui me prêtent des livres. Et puis la bibliothèque a été également une bonne alternative.

Dans l'ensemble je n'ai pas eu de grosse déception. Juste Le sermon sur la chute de Rome de Jérôme Ferrari. Le sujet était intéressant mais le style ne m'a pas plu du tout. Quelques bonnes surprises parmi lesquelles Un avion sans elle de Michel Bussi, Inferno de Dan Brown, Le tribunal des âmes de Donato Carrisi, L'échappée belle d'Anna Gavalda, Le rapport Gabriel de Jean d'Ormesson, La madonne de Notre-Dame d'Alexis Ragougneau, L'île des beaux lendemains de Caroline Vermalle, et S'abandonner à vivre de Sylvain Tesson.

Passons maintenant aux chiffres. Du 1er août 2013 au 31 juillet 2014 le coût de mes lectures s'élève à 268,51 euros. Mais en réalité je n'ai dépensé que 51,81 euros. Le coût total des livres empruntés à la bibliothèque et aux amis est de 178,60 euros. Quant aux livres que j'ai reçus lors de partenariats ou qu'on m'a offerts, le coût s'élève à 38,10 euros. Même si le bilan n'est pas énorme en quantité, il est bon en ce qui concerne la qualité des bouquins. Et puis cette année fut très raisonnable côté dépenses. Vive les amis et la bibliothèque!

P1080917 Fbk profil La plume.jpg

09/03/2014

Les dimanches poétiques (126)

"Si beau, pensa-t-elle, et tout est déjà terminé pour lui. Elle ferma les yeux. Elle se sentait comme vide, et à vif. Pauvre garçon, que quelqu'un, quelque part, devait aimer, quelqu'un dont le monde s'effondrerait ce soir, quand la cruelle nouvelle lui serait apportée. Tout cet amour sans avenir désormais, foudroyé en un instant, le temps d'une chute du haut d'un théâtre."

Alexander MacCall Smith Le club des philosophes amateurs

poésie,lecture,littérature,actu,actualité