Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/06/2017

Juin en quelques mots #9

Le retour de Thomas Pesquet sur Terre avec des milliers d'étoiles dans les yeux // "Elle danse, Marie, elle danse. Elle adore quand ça balance..." // Le derrière blanc d'un lapin qui file à toute allure vers le haut de la prairie // Sunset au bord de la falaise // Une hirondelle se baignant dans une flaque // L'au-revoir de David Pujadas au 20h. Souhaitons-lui plein de belles aventures pour ces prochaines semaines, ces prochains mois // La course du ferry rejoignant DP à la tombée du jour // Une glace à l'italienne parfum spéculoos. Une tuerie! // Marc Lévy en déplacement pour la promo de La dernière des Stanfield. Un auteur espiègle et facétieux // Ah! écrire... Le bonheur! // Choisir une maison d'éditions... Pire qu'un casse-tête chinois! // Courir. Vite. Pour attraper le bus // Tourner la tête quand un gnou se fait attraper par un crocodile // Me battre contre un frelon à coups de bombe Raid // Des températures assommantes. Une voiture transformée en sauna et se sentir fondre... // Destination Provence // Corinne Touzet aperçue à la terrasse d'un restaurant // Ma voisine de derrière dans le TGV: "Les trois becs. Là c'est les trois becs. L'extrême bout du Vercors." // Le quotidien qui reprend ses droits... et qui laisse peu de place à la fantaisie, la paresse, et la contemplation

blogs,tags,loisirs,humeurs,actu,actualité,gourmandises,médias,david pujadas

25/06/2017

Les dimanches poétiques (202)

"Lorsqu'il se retire dans la réflexion, l'homme ressemble à un acteur qui vient de jouer sa scène et qui, en attendant la suivante, va prendre place parmi les spectateurs, d'où il contemple le déroulement de l'action, fût-ce les préparatifs de sa mort, avant de revenir pour agir et souffrir, comme il le doit."

Arthur SCHOPENHAUER Le Monde comme volonté et comme représentation in En présence de Schopenhauer de Michel HOUELLEBECQ

poésie,littérature,prose,actu,actualité

21/06/2017

Vive les voyages en train!

Je ne vous dis pas mon plaisir de voyager en train. Pas besoin de suivre la route et de contrôler constamment la vitesse de l'engin. Un vrai bonheur. Je peux tout à loisir admirer le paysage et surtout... je peux lire sans culpabiliser. N'emportant jamais mon notebook, et me connectant rarement à Internet avec mon téléphone portable, j'ai tout le loisir de dévorer des pages. Je n'ai rien d'autre à faire. Pas de lessive à étendre, pas de linge à repasser, pas de poussière à éliminer... Si je pouvais je passerais ma vie dans les trains, sillonnant de long en large la France, et même l'Europe, rien que pour m'adonner à la lecture.

Je descends prochainement dans le sud en TGV et je peux vous dire que je me fais une joie de ce voyage (même si le fonctionnement de la SNCF m'a souvent exaspérée!). Deux lectures m'accompagneront: Alabama Song de Gilles Leroy (livre ayant reçu le prix Goncourt en 2007) et les Lettres de mon moulin d'Alphonse Daudet, déjà lues mais dont je ne me lasse pas (et aussi pour retrouver l'accent chantant et les couleurs de Provence avant l'heure). J'emporterai également deux numéros du 1Hebdo que je n'ai pas encore eu le temps de parcourir. (Il faut de quoi meubler les cinq heures de voyage...)

Moi je dis, vive le train!

DSC_0602~2.jpg

DSC_0603~2.jpg

18/06/2017

Perdue

Elle était perdue. Oui, bel et bien perdue au milieu de nulle part. Il n'y avait que de la végétation à perte de vue. Champs de blé et forêt la narguaient. Et cette route! Des pavés depuis dix kilomètres avec ce même alignement d'arbres. Des platanes qui se succédaient sans fin.

Sarah n'avait croisé personne depuis déjà un bon moment. Même dans les rétroviseurs il ne se passait rien. Pourquoi avait-elle accepté de participer à cet atelier d'écriture organisé pour marquer le début de l'été? Qui plus est dans un trou perdu à plus de cent bornes de chez elle. Si seulement le voisin avait refusé de garder Toby elle aurait eu un prétexte pour annuler. Mais non, le voisin s'était fait une joie de veiller sur son chien. "Ne vous inquiétez pas, tout ira bien. Pas vrai Toby?"

Une fois sortie de Martigny elle s'était fiée à la carte qu'elle avait emportée plus qu'aux panneaux de signalisation mais cela n'avait pas suffi à la mener à bon port. Le plateau suisse était vaste et les routes zigzaguaient entre les ramifications du Rhône. Elle se demandait si Vionnaz n'était pas une localité imaginaire à laquelle on accédait en empruntant un rêve. "Dans trois kilomètres tournez au carrefour de l'imagination." Une belle entrée en matière pour l'atelier qu'elle devait animer et un bon thème de réflexion.

La jauge indiquait que son réservoir commençait à se vider sérieusement. Elle n'aurait jamais dû s'embarquer dans ce périple avec la 4L. La voiture n'était pas confortable et était poussive dans les côtes. Mais Sarah s'était promis de faire un crochet par Montreux chez l'oncle qui lui avait filé la bagnole pour lui montrer qu'elle en prenait soin. Mais pour le moment ce n'était pas sa priorité. Il fallait déjà qu'elle ait assez de carburant pour atteindre Vionnaz...

Textes précédents: N°7, N°8, N°9, N°10

Ce texte a été rédigé dans le cadre de l'atelier d'écriture Une photo, quelques mots n°272 initié par Leiloona. Il n'est pas libre de droits.

textes originaux,écriture,atalier d'écriture,littérature,actu,actualité

Les dimanches en photo (84)

photographies,avignon,provence,provence alpes côtes d'azur,sud,france,soleil,actu,actualité

11/06/2017

Les dimanches poétiques (201)

"Si la guerre avait appris quelque chose à la jeune fille, c'était à ne rien tenir pour acquis: il n'était jamais prudent de repousser ce qui vous importait. La vie pouvait vous arracher ce que vous chérissiez, et il n'y avait alors plus aucun moyen de le récupérer. C'est ainsi que grandit en elle un sentiment d'urgence, un besoin de saisir une occasion. Avant tout le monde." 

M. L. STEDMAN Une vie entre deux océans poésie,littérature,lecture,une vie entre deux océans,actu,actualité

09/06/2017

Les romans ont-ils du pouvoir?

Je naviguais sur Instagram il y a quelques jours et j'ai découvert sur un compte la Une du 1Hebdo. Y figurait le Bibliothécaire, portrait anthropomorphe d'Arcimboldo, avec un titre pour le moins insolite: Les romans ont-ils du pouvoir? La question m'a interpellée. Est-ce qu'un livre, qui plus est un roman, peut avoir un impact sur le cours des choses, et plus largement, peut changer le cours du monde? Curieuse de savoir comment le sujet avait été traité, je me suis empressée d'acheter le journal.

Les regards croisés de plusieurs auteurs sont proposés. Ainsi, Kamel Daoud explique que selon lui le roman peut avoir un impact que l'on vive en démocratie ou dans une dictature. Il peut changer un esprit en bien ou en mal. Un roman peut être à double tranchant.

Boualem Sansal est lui aussi dans la nuance, jugeant la littérature à la fois inutile et essentielle, dans le sens où elle ne peut rien (et qu'on gaspille des arbres pour imprimer des livres) mais en mettant en avant la centaine de livres qui a transfiguré le monde comme les textes religieux, les grands textes politiques ou linguistiques, et les grands auteurs tels Dostoïevski, Shakespeare, ou encore Dante. Il se désole par ailleurs de l'état de la littérature contemporaine qui, selon lui, dure (pour les meilleurs romans) une saison mais ne propose pas de réels chefs-d'oeuvre.

Un autre regard intéressant est celui de Michel Houellebecq, rapporté par la journaliste Aude Ancelin. Pour l'auteur de Soumission le "roman est toujours ambigu". D'après lui, si l'auteur est bon, "il est d'accord avec tous ses personnages, il plonge dans une espèce de relativisme généralisé". Houellebecq considère qu'un roman ne peut pas changer le monde contrairement à "des propos idéologiques purs, sans personnages, ni complications de ce genre".

Après lecture de presque la totalité des articles je constate que la question est loin d'être tranchée. Mais, comme Carole Martinez (auteure de trois romans dont l'excellent Du domaine des murmures paru chez Gallimard), j'aurais tendance à penser que le roman n'impose rien. Il nous permet simplement d'explorer des possibles, de vivre d'autres vies, d'éprouver une multitude de sentiments, d'émotions et de sensations. C'est par ailleurs un regard sur notre monde, sur la société à un moment T. Il consigne les évolutions de notre temps. Le roman, quoi qu'on en dise, permet de s'ouvrir à l'autre, de réfléchir. Et imperceptiblement, il nous influence. Pas au point de changer le cours du monde, j'en conviens. Mais tout de même. Plutôt que de dire que les romans ont du pouvoir je dirais plutôt qu'ils ont un certain pouvoir.

médias,presse,le 1,littérature,actu,actualité