Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/02/2015

Les dimanches poétiques (149)

"Dans la foulée, j'ai aussi commencé une lettre à Paul Rialto, mais je ne suis pas parvenu à rédiger plus de deux lignes. Je le revoyais, l'année précédente, commentant un passage de Proust. Son aisance. Son élocution. Sa pertinence. Les phrases naissaient et s'épanouissaient dans la classe, elles étaient chatoyantes. Je ne prenais aucune note. J'étais fasciné. Je ne pourrais jamais produire un travail d'une telle qualité. Mais bon, personne ne me le demandait. J'étais le tâcheron acharné qui, un jour, sait-on jamais, à la faveur du forfait d'un champion, pourrait peut-être ramener une médaille de bronze à l'équipe nationale, médaille dont tout le monde se réjouirait pendant cinq minutes avant de l'oublier."

Jean-Philippe BLONDEL Un hiver à Paris

littérature,hypokâgne,un hiver à paris,jean-philippe blondel,roman,actu,actualité

16/11/2014

Les dimanches poétiques (144)

"La vraie peur est une bonne chose, elle permet d'apprécier le danger et de réagir vite. Mais elle est rare. La fausse peur, la plus commune, cette peur qu'on se fabrique pour des raisons stupides, te tue. Tu vis mais tu es mort, terrorisé dans ta tête. Elle t'empêche de réagir correctement, elle te fait faire des tas de conneries ou t'empêche de faire ce qui compte. En plus, elle te transforme en cible, une victime avant l'heure. Un mec qui a peur, et ça vaut aussi pour les nanas, ça se voit, ça se renifle et ça donne envie aux tordus, qui ne s'attaqueraient jamais à plus fort qu'eux. Ils te sautent à la gorge, juste pour prouver qu'ils te dominent."

Antoine PAJE Et il me parla de cerisiers, de poussières et d'une montagne...

poésie,littérature,antoine paje,roman,actu,actualité

28/01/2014

Un notaire peu ordinaire - Y. RAVEY

livres,littérature,roman,yves ravey,actu,actualitéCe roman m'a paru un peu étrange au début. Je me demandais ce qui allait se passer de palpitant. En fait, rien de vraiment palpitant dans ce livre si ce n'est une histoire de famille mêlée à une histoire de moeurs.

Freddy, le cousin de Mme Rebernak, vient de sortir de prison. Il voudrait bien que sa cousine l'héberge mais elle refuse catégoriquement. Mme Rebernak a peur. Elle a peur qu'il recommence. Qu'il s'en prenne à sa fille Clémence. Parce que même si ce n'est pas dit clairement, on comprend que Freddy a fait de la taule pour une histoire de moeurs.

Mais la fille de Mme Rebernak n'a que faire des conseils de sa mère qui lui dit de se méfier de Freddy. Elle s'en fiche de lui. Elle a déjà un petit copain, Paul Montussaint, dont le père a aidé sa mère à trouver un travail. M. Montussaint est notaire et il aime la jeunesse. Il connaît bien Clémence et ses amis. Il les aime bien, enfin surtout Clémence, jolie jeune fille fraîche et innocente.

Mme Rebernak pense que le danger vient du cousin et donnerait le bon Dieu sans confession à Maître Montussaint... Quelle grossière erreur! 

Je ne peux malheureusement rien vous dire de plus sur l'intrigue, au risque sinon de vous dévoiler la fin de l'histoire. Ce n'est pas un grand roman mais ce fut tout de même une lecture intéressante. Le suspense est maintenu jusqu'à la fin, à la manière d'un film.

Un notaire peu ordinaire - Yves RAVEY - Ed. de Minuit - 2013

05/01/2011

Bilan du challenge Charles Dickens

Challenge-Dickens[1].jpegLe but du challenge Charles Dickens organisé par Isil était de lire un livre de l'auteur pendant l'année 2010. Challenge rempli. J'ai lu Un chant de Noël et ce fut une jolie découverte.  

30/07/2010

La révolte des accents - E. ORSENNA

9782253124009[1].gifJe pensais ne l'avoir jamais lu mais en fait si. Et ce fut un réel plaisir de plonger à nouveau dans l'univers enfantin et poétique de ce roman d'Erik Orsenna. On y retrouve Jeanne, héroïne de la Grammaire est une chanson douce (mon roman préféré) et des Chevaliers du subjonctif.

L'histoire est simple: les accents, mal aimés, dédaignés, méprisés, décident un  beau jour de se révolter. Ils avaient pourtant prévenu le maire de la ville, lorsque des ordinateurs en langue anglaise (sur lesquels n'apparaissent aucun accent) ont été livrés au collège, qu'un jour ils feraient grève.

Et c'est ce qu'ils ont fait. Ils sont partis avec une troupe de théâtre qui s'en allait rejoindre l'Inde en jonque après une représentation de Roméo et Juliette donnée un soir sur le port de la ville. Le maire, affolé, a dû avouer au capitaine du port et sa toute nouvelle recrue, Jeanne, que les accents l'avait menacé. Il voulait les faire revenir par tous les moyens. Par chance, Thomas, le frère de notre héroïne, avait lui aussi embarqué sur la jonque et expliquait dans une lettre à sa soeur qu'il partait pour l'Inde.

Ni une, ni deux, notre Jeanne se proposa d'aller récupérer les accents. Là-bas elle rencontra un policier "mondialisé", autrement dit qui vérifie les contraventions des contrevenants de Brest. Un policier qui lui raconta l'histoire de sa vallée. Puis, après bien des recherches, elle va retrouver par hasard son frangin, devenu guide pour les artistes et autres comédiens désireux de se rendre au pays des accents... Des accents facétieux, qui décident de ré-accentuer des phrases ou non, selon leur bon vouloir et parfois à la tête du client. Oui, parce que les accents sont des personnes à part entière dans ce livre...

Je ne me lasse pas du style d'Erik Orsenna. L'écriture est fluide, imagée, aérée, bondissante. Il a une imagination débordante, n'est pas avare de bonnes formules et saupoudre des explications grammaticales et linguistiques ici et là. Un vrai pédagogue et un doux rêveur. J'ai souri souvent. Il m'est même arrivé de rire! Je pourrai relire dix fois ses livres sans me lasser. Si vous ne connaissez pas du tout cet auteur, je vous le recommande vivement.

La révolte des accents - Erik ORSENNA - Ed. Stock - 2007

25/04/2010

Les dimanches poétiques (14)

Mr Darcy à Elizabeth Bennett:

-"En vain ai-je lutté. Rien n'y fait. Je ne puis réprimer mes sentiments. Laissez-moi vous dire l'ardeur avec laquelle je vous admire et je vous aime."

Jane AUSTEN Orgueil et préjugés

P1040181 Fbk.jpg
Le printemps dans Hyde Park

27/02/2010

Dans ma boîte aux lettres...

3101[1].jpegJ'étais vraiment contente de trouver le livre de Myriam Beaudoin, 33, chemin de la Baleine dans ma boîte aux lettres ce midi. L'ayant commandé la semaine dernière, je désespérais de le recevoir... Cette semaine, n'y tenant plus, j'ai envoyé un mail à la librairie du Québec pour leur demander s'ils avaient envoyé le bouquin ou si non, quand ils pensaient le faire. Bien m'a pris, car ils ont apparemment eu des problèmes d'informatique. Ils pensaient que la commande n'était pas réglée alors que le chèque avait été encaissé... D'où cet envoi tardif!

Enfin, il est là, bien là et je suis hyper contente! C'est l'un de mes choix pour le défi La plume québecoise lancé par Suzanne.