Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/04/2017

La vie au grand air

Ce n'était pas la première fois que Simon louait un van. Souvent, lorsqu'il prenait quelques jours de congés, il aimait se balader dans les coins reculés d'Italie. Il aimait la vie au grand air. Ainsi il s'arrêtait où il voulait, à l'heure qui lui plaisait. Il mangeait s'il en avait envie à trois heures de l'après-midi. Il pouvait rester éveillé toute la nuit lorsque le temps était clair et observer les étoiles et les constellations qui se dessinaient dans le ciel.

Le véhicule ne passait pas inaperçu et détonnait un peu à Annecy mais il n'avait pas trouvé mieux pour suivre les allées et venues de son frère. Ca lui avait fait bizarre de revoir Baptiste. Il avait aujourd'hui le visage d'un homme et Simon avait eu du mal à retrouver les traits de l'enfant qu'il avait connu. C'est grâce à cette fille qui habitait désormais les Edelweiss qu'il avait retrouvé sa trace. Elle lui avait aussi appris que son père était mort. Quel choc!  Il n'aurait pas été plus secoué si elle lui avait donné deux baffes. Il avait essayé de garder la face mais elle avait dû se rendre compte que quelque chose n'allait pas. Elle lui avait proposé d'entrer mais il avait refusé, préférant rester dehors par peur d'étouffer. Il n'était pas près à se confronter à son passé. La maison lui rappelait trop de souvenirs.

Il avait retrouvé Sarah sur son chemin quelques jours plus tard à Annecy. Elle avait rendez-vous avec Baptiste dans le sous-sol du club de squash. Il les avait vus discuter. Sarah voulait lui donner un paquet qu'il avait refusé. Qu'est-ce que cela pouvait bien être? Elle ne lui avait rien dit à ce sujet. Pourtant, après quelques verres, elle s'était mise à beaucoup parler dans ce bar du vieil Annecy où ils avaient passé la nuit. Elle avait le regard rieur, le sourire espiègle, et se foutait pas mal des aléas de la vie. Du moins c'est ce qu'il pensait avoir compris. Une femme intelligente à l'esprit léger. Elle l'avait invité à revenir la voir aux Edelweiss et lui avait donné son numéro; il ne devait pas hésiter à l'appeler. Puis, ils s'étaient quittés. Chacun avait repris sa route au moment où les gens partaient travailler.

- "Au revoir, Sarah."

- "A bientôt, Alexandre!"

C'est ainsi que Simon se faisait appeler depuis qu'il n'existait plus pour l'Etat français. Il s'était approprié une nouvelle identité. Désormais il était Alexandre Perrazzi, né à Courmayeur le 11 novembre 1957, abandonné à la naissance et qui ne parlait jamais de son passé.

Textes précédents: N°6, N°7, N°8, N°9

Ce texte a été rédigé dans le cadre de l'atelier d'écriture Une photo, quelques mots n°264 initié par Leiloona. Il n'est pas libre de droits. La photo, de Felix Russell-Saw, n'est pas libre de droits non plus.

textes originaux,écriture,littérature,vie au grand air,atelier d'écriture,actu,actualité

18/04/2017

Jusqu'au petit matin

Sarah s'en souvenait maintenant. Le gars qui l'avait sauvé des griffes de Momo était le même que celui qui s'était pointé chez elle un après-midi. Celui-là même qui cherchait le père Vittoz et son fils Baptiste. Un prétendu copain d'enfance. Il avait blêmi lorsqu'elle lui avait dit que Pierre Vittoz était décédé et qu'elle avait racheté la maison quelques mois plus tôt. Quant à Baptiste, il était désormais installé à Annecy avec son épouse. Il n'avait pas traîné et s'en était retourné par le chemin par lequel il était arrivé. Un gars sympathique mais qui n'avait pu cacher sa déception quand elle était sortie. Visiblement il s'attendait à trouver quelqu'un d'autre aux Edelweiss. Il lui avait raconté qu'il avait passé beaucoup de temps ici à jouer avec Baptiste. Quelque chose avait intrigué Sarah. Elle avait l'impression que son visage lui disait quelque chose. Et ce regard... Elle ne savait pas d'où lui venait cette étrange impression. Avait-elle déjà croisé cet homme?

Lorsqu'elle le reconnut en sortant du parking, il lui dit qu'il avait  justement rendez-vous avec Baptiste Vittoz. Il avait cherché son nom dans l'annuaire et avait pris contact avec lui. C'est du moins l'explication qu'il donna à Sarah. En fait, il n'avait pas appelé Baptiste. Il s'était contenté de le suivre pendant plusieurs jours. Il avait voulu voir à quoi il ressemblait, savoir ce qu'il faisait dans la vie, connaître ses activités. Simon Vittoz s'était aventuré jusqu'à Annecy aussi parce qu'il savait que son frère avait découvert ses courriers si son père ne les avait pas jetés. Baptiste était au courant que son frère était toujours vivant. Comment avait-il encaissé la nouvelle?

Il emmena Sarah dans un bar du vieil Annecy et ils discutèrent jusqu'au petit matin. La patronne s'endormait à moitié sur le comptoir mais fut récompensée quand vint le moment pour ce couple étrange de payer. Ils laissèrent bien plus d'argent que ce qu'ils devaient. La patronne commençait bien sa journée...

Textes précédents: N°5, N°6, N°7, N°8

Ce texte a été rédigé dans le cadre de l'atelier d'écriture Une photo, quelques mots n°263 initié par Leiloona. Il n'est pas libre de droits. La photo, de Fred Hedin, n'est pas libre de droits non plus.

écriture,littérature,atelier d'écriture,actu,actualité

  

09/04/2017

Momo les bons tuyaux

- Pas si vite ma jolie!

Sarah fut prise au dépourvu. Elle n'avait pourtant remarqué personne dans le parking souterrain. Elle interrogea son interlocuteur du regard. Il avait une mine patibulaire, une clope aux lèvres, un bonnet vissé sur la tête qui laissait tout juste voir ses yeux.

- ?...

- C'est quoi le paquet que t'as essayé de refiler à ton rencart?

Le bonhomme avait de la pogne. Son bras droit était pris en étau. Il lui faisait mal ce con. La douleur était si vive qu'elle sentait les nausées monter. Elle aurait juré qu'il n'y avait pas âme qui vive quand elle était entrée. D'où pouvait sortir ce type? Il l'avait sans doute suivie. C'est vrai que ce n'était pas courant de se rendre dans un club de sport en tailleur et escarpins. C'avait dû l'intriguer. Il avait dû se planquer derrière un pilier du parking et l'avait observée faire le pied de grue. Si seulement Baptiste Vittoz avait accepté de reprendre les courriers qu'elle avait trouvés... Si elle disait la vérité à cette brute il lui rirait au nez. Lui expliquer toute l'histoire était impensable. Il fallait d'abord qu'elle trouve un moyen de se dégager. Les doigts du gars s'enfonçaient de plus en plus dans son deltoïde.

- C'est quoi votre nom?, demanda-t-elle, pour tenter une diversion et essayer de retrouver une certaine assurance.

- Momo. Momo les bons tuyaux.

- Dites-moi, Momo, qu'est-ce que vous faites à traîner dans un parking privé? Si le patron du club savait ça, à mon avis les flics viendraient faire une petite virée... Vous ne voulez pas d'ennui avec la police? Non, j'imagine. Vous êtes du coin, je me trompe? Vous avez bien une planque?... Le soir, vous dormez où?

Sarah avait vite compris qu'il ne fallait pas qu'il ait l'ascendant et assenait les unes après les autres ses assertions, ne lui laissant aucune chance de répliquer. Au fur et à mesure qu'elle parlait elle sentait les doigts de l'homme se relâcher. Elle attendait le bon moment pour s'éloigner.

- Et pourquoi on vous appelle Momo les bons tuyaux?

- Parce que j'ai du flair pour les affaires... et que je sais négocier.

Cette dernière phrase ne rassurait pas Sarah. Il n'allait pas la lâcher comme ça, le bougre. Puis, sans qu'elle n'ait le temps de s'en rendre compte, Momo se retrouva par terre, les quatre fers en l'air et le nez pissant le sang. Quelqu'un la tirait vers la sortie du parking, la forçant quasiment à courir. C'était un homme, les cheveux courts, aussi grand qu'elle. Sa démarche lui disait quelque chose...

Textes précédents: N°4, N°5, N°6, N°7

Ce texte a été rédigé dans le cadre de l'atelier d'écriture Une photo, quelques mots n°262 initié par Leiloona. Il n'est pas libre de droits. La photo est de Kot et n'est pas libre de droits non plus.

écriture,littérature,atelier d'écriture

Les dimanches poétiques (197)

"Recevoir ces diapositives m'a rappelé les leçons que m'a enseignées le pôle Sud. Je ne sais toujours pas quel usage faire de cette sagesse. Peut-être en fin de compte n'ai-je rien appris qui puisse m'aider à vivre. Et que sais-je de la mort, alors que celle de ma mère plane constamment en suspens au-dessus de moi telle une ombre menaçante? Depuis l'Antarctique, je n'ai fait qu'attendre. Je n'ai pas eu le courage de vivre, par crainte de nouvelles blessures. Quand la confiance est brisée, difficile de la retrouver."

Karen VIGGERS La mémoire des embruns

poésie,littérature,la mémoire des embruns,lecture,karine viggers,actu,actualité

01/04/2017

Rendez-vous au sous-sol

Sarah n'aurait jamais dû accepter ce rendez-vous aussi tardif et qui plus est dans un sous-sol. Lorsqu'elle avait appelé Baptiste Vittoz pour lui parler des courriers qu'elle avait trouvés sur la table de berger il avait paru embêté. Elle avait prétexté une affaire à traiter à Annecy pour pouvoir lui rapporter. De son côté, il avait prétexté une partie de squash pour lui donner rendez-vous dans le sous-sol des salles de sport. L'endroit était peu éclairé. Peu de chances que quelqu'un le reconnaisse avec une femme qui n'était pas la sienne. Si son épouse apprenait qu'il avait passé un moment avec une inconnue, l'ambiance serait pourrie pendant tout le week-end. Déjà qu'en temps ordinaire les échanges n'étaient pas très chaleureux entre eux, pas la peine d'envenimer davantage les choses.

Quelques hommes passèrent près de Sarah, lui jetant un regard en coin, un sourire affamé sur les lèvres. Un frisson lui parcourrut l'échine. Elle ne voulait pas servir de gibier à ces mâles musculeux soucieux d'affirmer leur sex-appeal auprès de leurs congénères. Elle ne se sentait pas bien. Son estomac se tordait dans tous les sens et son diaphragme restait contracté. Toujours pas de Baptiste Vittoz en vue. Combien de temps durait cette fichue partie de squash?! Et sa tenue n'était vraiment pas adaptée à un rendez-vous dans un sous-sol. Un style sportswear aurait été plus approprié. Elle avait pensé un instant s'enfuir mais elle voulait éclaircir le mystère autour de ces cartes signées Simon. Les habitants du village n'avaient pas été très bavards sur le sujet. Sarah était une étrangère et on n'aimait pas à Combloux que les étrangers fouillent le passé...

Textes précédents: N°3, N°4, N°5, N°6

Ce texte a été écrit dans le cadre de l'atelier d'écriture n°261 Une photo, quelques mots initié par Leiloona. Il n'est pas libre de droits. La photo est de Kot. Elle n'est pas libre de droits non plus.

atelier 261.png

18/03/2017

Vacances à Brindisi

Clélia suivait de près son cousin sur le chemin du glacier. Les enfants zigzaguaient entre les serviettes de bain et les châteaux de sable. Tous les après-midi, pendant que duraient les vacances, ils allaient se rafraîchir le palais chez Aldo. Ils le connaissaient bien. Il était toujours là, fidèle au rendez-vous chaque été avec son scooter aménagé, sa grosse moustache, son énorme cigare et ses chemises à fleurs. Ils n'avaient jamais vu de glacier comme lui. En juillet et août c'était le roi de Torre Santa Sabina, petite bourgade au nord de Brindisi où les plages se remplissaient de monde à mesure que le soleil prenait des forces.

Clélia et Flavio arpentaient cette plage depuis qu'ils savaient marcher. Ils avaient leurs habitudes et retrouvaient beaucoup de copains qu'ils s'étaient fait au fil des années. Tous les étés leurs parents se retrouvaient dans la maison de famille. Après le décès de son épouse Tiberio avait hésité à revenir. Il avait eu peur des souvenirs mais avait-il le droit de priver Flavio de ces vacances qu'il affectionnait tant? Et puis Fabiano, son frère, lui avait dit que ça pourrait lui faire du bien et que cela vaudrait sans doute mieux que rester enfermé à Venise. Son déménagement pour Rome avait été une excellente décision. Il y avait retrouvé l'amour. Depuis deux ans il venait à Brindisi accompagné de Marcella. Elle lui avait redonné le sourire et elle s'entendait merveilleusement bien avec Flavio. Elle ne remplacerait certes pas sa mère mais le gamin l'avait adoptée en quelque sorte.

Tiberio et Fabiano avaient demandé aux enfants de leur rapporter des glaces. Ils les regardaient s'éloigner vers le scooter d'Aldo. La plage était assez longue et elle était divisée en plusieurs sections, chacune marquée par un panneau un peu spécial. Ils ressemblaient à des dessins d'enfants. Sur l'un était représenté une maison aux traits simples et aux couleurs vives. Un peu plus loin un bateau. Il y en avait environ une dizaine, tous différents, pour permettre aux touristes, et plus particulièrement aux enfants, de se repérer plus facilement. Tiberio et Fabiano optaient toujours pour le même coin de plage afin de ne pas brouiller les repères des enfants. Ils s'installaient toujours près du panneau représentant la maison.

Clélia faisait de grandes enjambées pour ne pas perdre de terrain sur Flavio. Son cousin avait de grandes jambes. Elle avait souvent un peu de mal à le suivre. Il lui arrivait même de courir après lui. Mais elle se dépêchait aussi pour atteindre plus vite la boîte à délices d'Aldo. Le choix de glaces était impressionnant et elle avait envie de goûter à tout. Elle en choisissait une nouvelle chaque jour...

Textes précédents: ..., N°1, N°2, N°3, N°4, N°5

Ce texte a été rédigé dans le cadre de l'atelier d'écriture Une photo, quelques mots n°258 initié par Leiloona. Il n'est pas libre de droits. La photo, de Fred Hedin, n'est pas libre de droits non plus.

textes originaux,écriture,italie,littérature,actu,actualité

12/03/2017

Les dimanches poétiques (195)

"La conversation nous ramenait à notre marotte: les chemins noirs. Goisque savait qu'ils se déployaient parfois hors des cartes de géographie et foraient leurs galeries en nous. Il était difficile de faire de soi-même un monastère mais une fois soulevée la trappe de la crypte intérieure, le séjour était fort vivable. Je me passionnais pour toutes les expériences humaines du repli. Les hommes qui se jetaient dans le monde avec l'intention de le changer me subjuguaient, certes, mais quelque chose me retenait: ils finissaient toujours par manifester une satisfaction d'eux-mêmes. Ils faisaient des discours, ils bâtissaient des théories, ils entraînaient des foules: ils choisissaient les chemins de lumière. Quitte à considérer la vie comme un escalier, je préférais les gardiens de phare qui raclaient les marches à pas lents pour regagner leurs tourelles aux danseuses de revue qui les descendaient dans des explosions de plumes afin de moissonner les acclamations."

Sylvain TESSON Sur les chemins noirs

poésie,littérature,actu,actualité