Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/06/2012

Katiba - J.-Ch. RUFIN

livres,littérature,romans,jean-christophe rufin,organisations internationale,diplomatie,actu,actualitéLecture intéressante mais il y avait beaucoup trop de personnages à mon goût et j'ai eu parfois un peu de mal à me rappeler qui faisait quoi. Ceci étant dit, je dois dire que j'aime toujours autant la plume de Jean-Christophe Rufin. Il a un vrai don pour raconter des histoires.

Ce roman a pour objet la diplomatie et le démantèlement de groupes islamistes au Maghreb se réclamant d'Al-qaeda. Il y a du sang et des rancoeurs, un peu d'amour et de sexe, et beaucoup de stratégie entre une agence de renseignements privée et les services secrets américains et algériens.

Au coeur de l'histoire, la belle Jasmine, jeune recrue affectée au service du Protocole du Quai d'Orsay qui oscille entre sa culture française et ses racines algériennes. Haït-elle l'Occident au point de prêter main forte à un groupe islamiste qui projette de faire un coup d'éclat en France ou bien joue-t-elle un double jeu? C'est ce que l'on découvre au fil des pages. Mais dans cette histoire, rien n'est tout blanc, rien n'est tout noir. Chaque personnage a sa part d'ombre et nombreux sont ceux qui cachent leur jeu.

Katiba - Jean-Christophe RUFIN - Ed. Flammarion - 2010

06/06/2012

Diary - Ch. PALAHNIUK

livres,littérature,check palahniuk,états-unis,actu,actualitéC'est une histoire vraiment époustouflante. Une histoire envoûtante où l'impossible devient possible. Elle nous est présentée sous forme de journal intime mais on ne devine pas tout de suite qui le rédige. Chuck Palahniuk est sans conteste l'un des maîtres du suspense. 

Misty Marie Kleinman vit à Waytansea Island. Elle travaille  comme serveuse dans le seul et unique hôtel de l'île. Elle est mariée à Peter Wilmot. Ils ont une fille de 13 ans, Tabbi. Misty s'est mise à la boisson. Elle n'est pas toujours très fraîche au boulot mais il faut bien ramener de quoi faire vivre la maison. Surtout depuis que Peter a fait une tentative de suicide. Elle l'a retrouvé dans le garage, enfermé dans la voiture et inhalant des gaz d'échappement.

Misty n'est pas originaire de l'île. Elle a suivi son mari qu'elle a rencontré dans une école d'Art. Ils étaient tous les deux étudiants et prometteurs, surtout Misty. Mais sur l'île elle a arrêté peu à peu de peindre.

Waytansea Island est un endroit agréable où il fait bon vivre mais envahi par les touristes. La population locale ne voit pas d'un très bon oeil l'arrivée des estivants. Sans le savoir, Misty va se retrouver au centre d'un vaste complot destiné à faire fuir les touristes mais qui doit rapporter beaucoup d'argent aux autochtones. Et la condition sine qua non, c'est que Misty se remette à la peinture. Tous les moyens vont être employés pour qu'elle peigne sans cesse. Des moyens pour le moins discutables...

J'ai beaucoup aimé le style de Chuck Palahniuk dans la version originale. Si j'avais lu ce livre en français, je suis à peu près certaine que le style m'aurait tapé sur les nerfs puisqu'il y a beaucoup de répétitions. (Comme quoi l'exercice de traduction n'est jamais simple.) C'est parfois un peu trash mais c'est tout à fait en accord avec l'histoire qui est quand même assez dingue. Je pense que je lirai d'autres livres de cet auteur.

Le point positif de cette lecture, c'est qu'elle m'a permis d'enrichir mon vocabulaire anglais et d'imprimer quelques tournures de phrases. Pour la prochaine lecture en anglais, j'aimerais bien "Major Pettigrew's Last Stand" d'Helen Simonson mais il coûte quand même 16,26$ et je ne suis pas certaine de le trouver à la librairie du coin...

Diary - Chuck PALAHNIUK - Ed. Random House / Anchor Books - 2003

livres,littérature,check palahniuk,états-unis,actu,actualité

Ce challenge s'arrêtait normalement le 6 mai mais on n'est plus à un mois près. Donc je comptabilise cette lecture.

Objectif 2/1

03/06/2012

The Queen's diamond jubilee

60 ans de règne ça se fête. Et oui, cela fait six décennies (même un peu plus) que la Reine Elisabeth II d'Angleterre a accédé au trône. Elle n'aurait jamais dû être souveraine mais son oncle David - le roi Edouard VIII - ayant abdiqué, le père d'Elisabeth, duc d'York, est devenu roi. Il a régné sous le nom de George VI.

Elisabeth II est devenue reine le 6 février 1952. Si son jubilé de diamant a bel et bien commencé à cette date, le clou des festivités c'est en ce moment. Hier la Reine a assisté aux courses hippiques à Epsom et aujourd'hui une grande parade fluviale a lieu sur la Tamise. La souveraine et toute la famille royale vont remonter le fleuve sur une barge qui sera escortée par des centaines d'autres bateaux. Elle est l'un des monarques britanniques à avoir régné le plus longtemps. Seule la reine Victoria (son arrière-arrière-grand-mère) a régné trois ans de plus.

God save the Queen!

  • God save our gracious Queen,
  • Long live our noble Queen,
  • God save the Queen:
  • Send her victorious,
  • Happy and glorious
  • Long to reign over us:
  • God save the Queen.

P1030459 La reine des lectrices modif a.jpg

20/05/2012

Absolument dé-bor-dée! - Z. SHEPARD

livres,essais,politique,fonction publique territoriale,zoé shepard,actu,actualitéVoilà un autre témoignage sur la fonction publique territoriale. L'auteure met surtout en lumière le paradoxe du fonctionnaire, à savoir comment faire 35 heures... en un mois!

Attachée territoriale, la jeune femme doit faire face à un lot d'incompétents répartis à tous les niveaux hiérarchiques. Cela va de la secrétaire pas futée capable de laisser un post-it sur une feuille à photocopier au collaborateur de cabinet reclassé à un poste de directeur général bien au-dessus de ses compétences.

Elle en a bavé notre Zoé. Chargée de mission dans le service des Affaires Internationales et Européennes d'une grande collectivité, elle récupère tous les dossiers dont les autres ne veulent pas s'occuper. Soit parce qu'ils ne sont pas compétents, soit parce qu'ils sont absolument dé-bor-dés! Je comprends parfaitement son désarroi. Être obligée d'expliquer dix fois à une personne une tâche à accomplir pour qu'elle la fasse correctement, c'est désespérant. Sans parler du manque de bon sens d'un certain nombre de supérieurs hiérarchiques promus directeurs par l'intercession du Saint Esprit... Mais que vaut la parole d'une chargée de mission face à un directeur? Le chef a forcément raison puisqu'il est chef.

Zoé est souvent à deux doigts de la crise de nerfs. Les tocards sont légions à l'AIE et les travailleurs assidus rares. Pour éviter le burn-out la jeune femme décide de prendre un congé sabbatique de quelques mois pour aller aider une association à construire des écoles en Afrique.

Elle nous raconte ses déboires de fonctionnaire sur un ton très drôle avec un style pince-sans-rire. J'ai bien aimé et j'ai beaucoup ri!

Absolument dé-bor-dée! - Zoé SHEPARD - Ed. Albin Michel - 2010

13/05/2012

Dire son nom - F. GOLDMAN (abandon)

9782267022063[1].gifJ'abandonne. Je ne suis pas coûtumière du fait mais ce n'est vraiment plus possible. "Dire son nom" ne m'emballe pas du tout. C'est beaucoup trop lyrique à mon goût et j'ai la désagréable sensation de tourner en rond. Je renonce donc à la page 66. L'auteur, un Américain, n'en saura rien. Quelle importance qu'une petite Française ait aimé ou pas son livre, lui qui doit jouir d'une belle renommée aux Etats-Unis vu les éloges dithyrambiques qui figurent sur la quatrième de couverture.

Il ne s'agit pas là d'une biographie bien que ce roman tourne autour d'une partie de sa vie. Le sujet en est sa femme, Aura, morte noyée en 2007. Il raconte leur rencontre, les habitudes d'étudiante d'Aura, ses particularités de Mexicaine, leur vie commune, tout ça d'une manière assez désordonnée et qui ne mène nulle part. J'ai ressenti ce livre comme une sorte de roman "thérapeutique" où parler de la disparue permet de faire son deuil et de passer (peut-être) à autre chose (encore que je n'en sois pas convaincue). Bref, Francisco Goldman n'a pas réussi à me faire partager sa douleur, à me prendre aux tripes avec son histoire. Il a tout juste réussi à m'ennuyer.

Dire son nom - Francisco GOLDMAN - Ed. Christian Bourgeois - 2011

05/05/2012

Fonctionnaire malgré moi - J.-M. FORTIN

livres,essais,témoignages,biographies,jean-michel fortin,actu,actualité,fonction publiqueLa raison voudrait que je ne vous parle pas de ce livre car y sont citées des personnes que je croise de temps à autre. Mais vous savez, pour ceux qui me connaissent, que je ne suis pas toujours raisonnable et que je chéris plus que tout la liberté d'expression. J'ai créé ce blog pour partager mes impressions, mes enthousiasmes et mes déceptions. C'est un espace de liberté auquel je tiens beaucoup. Je vais donc , comme pour mes autres lectures, rédiger un billet sur ce livre en essayant d'être la plus objective possible et de ne froisser personne. Je rappelle que cette note est un avis personnel qui n'engage que moi.

Ce livre est à mi-chemin entre la biographie et le témoignage. Jean-Michel Fortin y relate son expérience dans la fonction publique territoriale à différents postes, du bas de l'échelle jusqu'en haut. Des postes qu'il a atteints en se formant régulièrement et en passant des concours. 

Et c'est une expérience au goût plutôt amer qu'il nous livre car la fonction publique territoriale est - peut-être plus qu'ailleurs - une vraie jungle; quelques animaux gentils mais pour le reste vaut mieux rester sur ses gardes. Les ambitions des uns, le copinage des autres et des élus plus souvent préoccupés par leur réélection que par l'intérêt des administrés arrivent à créer un climat de tension assez invivable. Jean-Michel Fortin a eu de nombreuses désillusions tout au long de sa carrière. Des désillusions professionnelles mais aussi personnelles car des collègues avec lesquels il avait apparemment tissé des liens amicaux n'ont visiblement pas hésité à lui tourner le dos dans les moments difficiles. Est-ce par peur des réprésailles ou bien en vue de bénéfices futurs?

Outre ces retournements de veste, il semblerait que le harcèlement moral soit un fléau des collectivités territoriales. S'en prendre à un agent parce que quelque chose cloche dans son travail c'est une chose. S'en prendre à un agent parce que ses méthodes de management ne sont pas celles d'un killer, c'en est une autre. Un harcèlement moral qui souvent a des répercussions sur les proches et détériore la vie familiale des agents. 

Jean-Michel Fortin met par ailleurs en lumière le risque de relations trop amicales avec les élus, qui peuvent susciter des jalousies et qui peuvent être en frein à l'évolution de la carrière suivant le positionnement des élus sur l'échiquier politique. Il conseille aux agents (notamment ceux qui ont des postes à responsabilités) de maintenir une certaine distance avec les élus au risque sinon de se brûler les ailes.

J'ai perçu ce livre comme un ouvrage "thérapeutique" dans le sens où l'auteur y analyse son parcours pour (peut-être) avancer désormais de façon moins chaotique.

Une dernière remarque, cette fois-ci sur la forme: je regrette que les éditions Baudelaire n'aient pas fait relire le texte avant l'impression. Il y a des mots utilisés à mauvais escient et des tournures de phrases hasardeuses. Sans parler des fautes d'orthographe et de conjugaison.

Edit du 06/05/2012: il semble que les fautes relevées concernent les premiers livres publiés. L'ouvrage aurait été corrigé il y a deux mois par les éditions Baudelaire.

Fonctionnaire malgré moi - Jean-Michel FORTIN - Ed. Baudelaire - 2011

02/05/2012

Un musicien déchu - L. TOLSTOÏ

livres, littérature, nouvelles, léon tolstoï, musique, actu, actualitéTolstoï s'est inspiré du violoniste allemand Georg Kiezewetter pour écrire cette nouvelle. Le musicien avait obtenu une place de second violon à l'opéra. Un poste qu'il dût quitter quelques années plus tard à cause de ses absences répétées. 

Kiezewetter ne faisait pas de cas des autres musiciens et encore moins du chef d'orchestre. Il jouait comme si les spectateurs étaient venus spécialement pour lui. Un musicien très intelligent, très doué - selon Tolstoï - mais qui s'était mis à la boisson après une histoire d'amour malheureuse. Obligé de quitter l'opéra, Kiezewetter a complètement sombré dans l'alcool.

C'est cela que nous raconte Tolstoï dans "Un musicien déchu". Albert, jeune violoniste très doué, débarque à l'improviste dans une fête mondaine. Il porte des haillons, est crasseux et semble éméché. Bien que la domestique soit réticente à le laisser entrer, Albert parvient à s'introduire dans la maison et à jouer. L'assemblée est complètement subjuguée par ce violoniste hors pair. Delessov, un invité, est tellement impressionné par l'interprétation du musicien qu'il lui propose de l'aider en l'accueillant chez lui. Mais, comment parvenir à remettre sur le droit chemin quelqu'un qui n'en a pas envie?

Rappelons que Tolstoï était un passionné de musique. C'était l'art qu'il préférait entre tous. Des musiciens lui rendaient fréquemment visite et lui jouaient ses compositeurs favoris parmi lesquels Bach, Haendel et Chopin.

Un musicien déchu - Léon TOLSTOÏ - Ed. Mille-et-une-nuits - 2012