Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/08/2012

Rosa Candida - A. A. OLAFSDOTTIR

livres,littérature,romans,monastères,botanique,roses,actu,actualitéUn livre encensé qui ne m'a pas emballée outre mesure même si l'histoire est plutôt bien racontée. Il s'agit en quelque sorte d'un voyage initiatique au cours duquel le jeune homme va trouver ce qu'il veut vraiment dans la vie et le chemin à suivre. Les situations qu'il va vivre vont l'aider à faire des choix et à savoir "où aller". C'est une histoire pour les poètes.

Lobbi, jeune homme de 22 ans, quitte son pays natal et sa famille pour s'occuper d'une roseraie répertoriée dans tous les livres sur le sujet. Elle se trouve dans un monstère situé sur une île où les habitants sont rares. C'est la première fois qu'il voyage loin de chez lui. Son père est un peu inquiet et se demande s'il a fait le bon choix. N'aurait-il pas mieux fait de continuer ses études?

Mais le garçon est bien décidé. Il laisse par ailleurs derrière lui une petite fille de neuf mois qu'il a eu avec une aventure d'un soir. Cependant, il ne l'oublie pas et assume sa responsabilité de père en allant lui faire ses adieux avant le départ.

La passion des plantes et plus particulièrement des roses, lui est venue de sa mère, décédée quelques années auparavant dans un accident de voiture. Lobbi a appris à jardiner avec elle et à s'occuper des végétaux. Il a aussi cultivé une nouvelle rose, à huit pétales, appelée Rosa Candida. Il emporte avec lui trois plants de cette nouvelle variété pour l'implanter sur une terre un peu plus clémente. Réussira-t-il son pari? Ce voyage n'est-il pas ce qu'il lui fallait pour mieux revenir chez lui?

 Rosa Candida - Audur Ava OLAFSDOTTIR - Ed. Points - 2012

25/07/2012

Le mec de la tombe d'à côté - K. MAZETTI

livres,littérature,romans,amour,katarina mazetti,actu,actualitéVoilà encore un livre dont on a beaucoup parlé sur la blogosphère. Après avoir lu quelques billets dithyrambiques j'ai décidé de l'acheter. Au final, ce roman a dormi un bon moment dans l'étagère avant que je ne me décide à le lire.

Et bien j'ai un avis mitigé. C'est certes drôle, même très drôle par moments mais j'ai eu le sentiment que Katarina Mazetti en rajoutait un peu, qu'elle faisait une caricature de Désirée et de Benny plus qu'elle n'en faisait le portrait.

Désirée, une trentenaire qui vient régulièrement sur la tombe de son mari décédé il y a quelques mois, fait la connaissance du type (lui aussi trentenaire) qui vient entretenir chaque semaine la tombe juste à côté de celle de son époux. Elle est bibliothécaire et lui est agriculteur. Deux mondes bien différents et les a priori sont nombreux. Elle est cultivée et raffinée, il est vieille Suède et a un penchant très net pour le mauvais goût. Ils sont attirés l'un par l'autre mais sont bien obligés de se rendre compte qu'ils ne sont pas faits pour vivre ensemble. Tout les oppose et ils ne sont pas prêts à faire de concessions. Mais voilà, l'horloge biologique tourne pour Désirée et le seul à faire vibrer le bas de son ventre c'est Benny. Elle veut un enfant de lui...

Avec les descriptions que l'auteure fait de Benny, je me demande franchement comment Désirée a pu être attirée par lui. Le look est franchement gratiné! Un agriculteur comme on n'en voit plus beaucoup.

Le mec de la tombe d'à côté - Katarina MAZETTI - Ed. Actes Sud/Babel - 2009

11/07/2012

Parle-leur de batailles... - M. ENARD

livres,littérature,mathias énard,romans,michelange,actu,actualitéVoilà un très beau roman que j'avais repéré il y a quelques temps sur la blogosphère. Tous les billets que je lisais en disaient du bien. Et je ne vais pas faire exception. C'est une formidable histoire que nous raconte Mathias Enard dans une langue française taillée comme un diamant. 

En 1506 Michel Ange est invité à Constantinople par le Sultan Bayazid qui le charge d'élaborer les plans d'un pont qu'il souhaite construire au-dessus de la Corne d'or. Un travail ardu dans lequel a échoué le célèbre Léonard de Vinci. Michel Ange est choyé comme un prince, tout est mis à sa disposition afin qu'il puisse travailler dans les meilleures conditions. On lui donne un atelier avec des dessinateurs, des serviteurs qui ne savent pas quoi faire pour le combler et de l'argent pour ses frais quotidiens.

Mathias Enard imagine le travail de Michel Ange mais aussi ses rencontres, ses impressions sur Istanbul et ses réactions sur les Stambouliotes. Des complots sont tissés autour de lui, des jalousies se font jour. Mais ce que je retiendrai plus particulièrement de ce roman c'est l'éveil des sens et la fascination de l'artiste pour une jeune danseuse (dont on ne saura que très tard s'il sagit d'un homme ou d'une femme). Le toucher et la vue de l'artiste sont constamment mis à contribution et on le suit avec plaisir de découverte en découverte.

Ce fut vraiment un bon moment de lecture. Il me reste l'impression d'un conte que j'aurais rêvé et qui ne se serait pas évanoui à mon réveil.

Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants - Mathias ENARD - Ed. Actes Sud - 2010

livres,littérature,mathias énard,romans,michelange,actu,actualité

 

09/07/2012

Et on met quoi dans la valise?

Faire une valise, c'est toujours un peu le casse-tête. Prendre assez de vêtements sans trop se charger, y caser les chargeurs du mobile et de l'appareil photos ainsi que les produits d'hygiène et les médocs, y glisser un coupe-vent voire un vêtement de pluie au cas où le ciel ferait des siennes et, bien sûr, pour tout LCA (lecteur compulsif anonyme) qui se respecte, y ajouter quelques livres. Et là, entre nous, ce n'est pas la tâche la plus facile.

vacances,lecture,livres,écriture,souvenirs,voyages,actu,actualité

Personnellement, je prends en compte la durée des vacances, le lieu, et les activités que je compte pratiquer mais c'est mon humeur du mois précédent le départ qui le plus souvent détermine mon choix. Ceci étant dit, je prends rarement des livres trop longs, trop sérieux et trop lourds. Je privilégie les formats poche. Quand on part en voiture, en bus ou en train, on ne fait pas trop attention au poids des bagages. Mais quand on prend l'avion, on a intérêt à se limiter au niveau livres, sinon c'est la surtaxe à l'aéroport ce qui, entre nous, serait quand même bête. Mieux vaut avoir les sous pour en profiter en vacances... Et puis il est rare de ne pas trouver une librairie sur place (à moins d'être dans un trou perdu) si l'on est à court de lectures.

vacances,lecture,livres,écriture,souvenirs,voyages,actu,actualité

Partant une quinzaine de jours cette année, j'ai décidé d'emporter des lectures qui n'ont strictement rien à voir avec le lieu que je vais visiter. Je glisse trois bouquins dans la valise, trois lectures très éclectiques: Les vestiges du jour de Kazuo Ishiguro, Rosa candida d'Audur Ada Olafsdottir et The Buddha of Suburbia d'Hanif Kureishi. Comme le dit très justement Sylvain Tesson dans  son ouvrage Dans les Forêts de Sibérie, "il ne faut jamais voyager avec des livres évoquant sa destination. A Venise, lire Lermontov, mais au Baïkal, Byron".

vacances,lecture,livres,écriture,souvenirs,voyages,actu,actualité

Outre ces ouvrages, je vais également emporter un petit carnet. J'y rédigerai en quelques mots un condensé de mes journées. Trois lignes évoquent parfois plus que dix pages. Et ça permet de faire le point avec sa mémoire. La photo dudit carnet ci-dessous...

vacances,lecture,livres,écriture,souvenirs,voyages,actu,actualité

28/06/2012

Nuit d'encre - Ph. HUET

livres, littérature, romans, presse, journalisme, philippe huet, actu, actualitéJ'ai beaucoup aimé ce polar qui se passe dans le milieu de la presse. Nous sommes dans les années 70 et Paul-Henry Sternis est le tout-puissant patron d'un quotidien régional. Bien que diminué par la maladie, il semble indestructible. Tel un phénix, il renaît chaque fois qu'il respire l'atomosphère de son journal.

Mais Sternis a des ennemis, notamment ceux qui ont tout perdu lors de la dernière guerre. Beaucoup acceptent mal que le petit imprimeur d'origine juive soit devenu le patron du journal régional de référence. Les rancunes ne sont pas éteintes et lorsqu'un flibustier de la presse lance une offensive pour racheter le titre, c'est le début de la fin. Tous ceux qui jusque là avait tu leurs rancoeurs ne vont pas se priver pour lui tirer dans le dos.

Philippe Huet a fignolé les portraits de ses personnages tant sur le plan physique que sur le plan psychologique. Un vrai régal. Une belle plume qui mérite le détour. Les principaux personnages ont été inspirés de patrons de presse et de journalistes ayant existés. Ceux qui connaissent l'histoire du quotidien Paris Normandie les reconnaîtront sans difficulté.

Nuit d'encre - Philippe HUET - Ed. Albin Michel - 2012 

20/06/2012

Katiba - J.-Ch. RUFIN

livres,littérature,romans,jean-christophe rufin,organisations internationale,diplomatie,actu,actualitéLecture intéressante mais il y avait beaucoup trop de personnages à mon goût et j'ai eu parfois un peu de mal à me rappeler qui faisait quoi. Ceci étant dit, je dois dire que j'aime toujours autant la plume de Jean-Christophe Rufin. Il a un vrai don pour raconter des histoires.

Ce roman a pour objet la diplomatie et le démantèlement de groupes islamistes au Maghreb se réclamant d'Al-qaeda. Il y a du sang et des rancoeurs, un peu d'amour et de sexe, et beaucoup de stratégie entre une agence de renseignements privée et les services secrets américains et algériens.

Au coeur de l'histoire, la belle Jasmine, jeune recrue affectée au service du Protocole du Quai d'Orsay qui oscille entre sa culture française et ses racines algériennes. Haït-elle l'Occident au point de prêter main forte à un groupe islamiste qui projette de faire un coup d'éclat en France ou bien joue-t-elle un double jeu? C'est ce que l'on découvre au fil des pages. Mais dans cette histoire, rien n'est tout blanc, rien n'est tout noir. Chaque personnage a sa part d'ombre et nombreux sont ceux qui cachent leur jeu.

Katiba - Jean-Christophe RUFIN - Ed. Flammarion - 2010

06/06/2012

Diary - Ch. PALAHNIUK

livres,littérature,check palahniuk,états-unis,actu,actualitéC'est une histoire vraiment époustouflante. Une histoire envoûtante où l'impossible devient possible. Elle nous est présentée sous forme de journal intime mais on ne devine pas tout de suite qui le rédige. Chuck Palahniuk est sans conteste l'un des maîtres du suspense. 

Misty Marie Kleinman vit à Waytansea Island. Elle travaille  comme serveuse dans le seul et unique hôtel de l'île. Elle est mariée à Peter Wilmot. Ils ont une fille de 13 ans, Tabbi. Misty s'est mise à la boisson. Elle n'est pas toujours très fraîche au boulot mais il faut bien ramener de quoi faire vivre la maison. Surtout depuis que Peter a fait une tentative de suicide. Elle l'a retrouvé dans le garage, enfermé dans la voiture et inhalant des gaz d'échappement.

Misty n'est pas originaire de l'île. Elle a suivi son mari qu'elle a rencontré dans une école d'Art. Ils étaient tous les deux étudiants et prometteurs, surtout Misty. Mais sur l'île elle a arrêté peu à peu de peindre.

Waytansea Island est un endroit agréable où il fait bon vivre mais envahi par les touristes. La population locale ne voit pas d'un très bon oeil l'arrivée des estivants. Sans le savoir, Misty va se retrouver au centre d'un vaste complot destiné à faire fuir les touristes mais qui doit rapporter beaucoup d'argent aux autochtones. Et la condition sine qua non, c'est que Misty se remette à la peinture. Tous les moyens vont être employés pour qu'elle peigne sans cesse. Des moyens pour le moins discutables...

J'ai beaucoup aimé le style de Chuck Palahniuk dans la version originale. Si j'avais lu ce livre en français, je suis à peu près certaine que le style m'aurait tapé sur les nerfs puisqu'il y a beaucoup de répétitions. (Comme quoi l'exercice de traduction n'est jamais simple.) C'est parfois un peu trash mais c'est tout à fait en accord avec l'histoire qui est quand même assez dingue. Je pense que je lirai d'autres livres de cet auteur.

Le point positif de cette lecture, c'est qu'elle m'a permis d'enrichir mon vocabulaire anglais et d'imprimer quelques tournures de phrases. Pour la prochaine lecture en anglais, j'aimerais bien "Major Pettigrew's Last Stand" d'Helen Simonson mais il coûte quand même 16,26$ et je ne suis pas certaine de le trouver à la librairie du coin...

Diary - Chuck PALAHNIUK - Ed. Random House / Anchor Books - 2003

livres,littérature,check palahniuk,états-unis,actu,actualité

Ce challenge s'arrêtait normalement le 6 mai mais on n'est plus à un mois près. Donc je comptabilise cette lecture.

Objectif 2/1