Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/09/2012

Les dimanches poétiques (81)

"Sans parler, ils restaient assis au bord de l'embarcadère, balançant leurs jambes au-dessus de l'eau. L'immense douceur de cet endroit pénétra Babbitt, et il murmura: "Je voudrais rester ici, toute ma vie, à tailler du bois, assis là. Ne plus jamais entendre une machine à écrire... ou Stan Graff faisant son barouf au téléphone... Ou Rone et Ted se chamaillant. Rester assis là, simplement... Ah! grand Dieu!"

Sinclair LEWIS Babbitt

prose,littérature,lecture,poésie,actu,actualité

07/09/2012

La déferlante...

Les chiffres sont là. Il y aurait en France entre 80 000 et 150 000 adeptes de la liseuse. Vous savez cette petite machine sans âme, froide, qui paraît-il transporte votre bibliothèque... Autant dire que cela ressemble à une vraie déferlante. Les Kobo et autres Kindle commencent à inonder le marché. On nous rabâche par ailleurs que c'est le must have et que c'est super pratique.

Personnellement, je me fiche pas mal de passer pour une ringarde avec mes bouquins en papier et pour ce qui est du pratique, un format poche ne tient pas beaucoup plus de place dans un sac qu'une liseuse. Et puis quel besoin d'avoir toute une bibliothèque avec soi quand on voyage? On ne passe pas ses journées à lire, non? (A moins de faire la crêpe sur la plage...) La liseuse est tout juste bonne pour ceux qui partent plusieurs mois à l'étranger, et encore!

Puis, que deviendront les librairies si tout le monde se met à lire sur une machine?

lecture,liseuse,voyages,nouvelles technologies,actu,actualité

01/08/2012

Le coût de la lecture

Quand on aime on ne compte pas mais force est de constater que la lecture - même si c'est notre loisir préféré - a un coût. Je me suis amusée à faire le calcul de ce que j'avais lu du 1er août 2011 au 31 juillet 2012. Et bien la note est salée. Enfin, façon de parler, car j'ai eu la bonne idée de m'inscrire à la bibliothèque l'année dernière ce qui m'a permis d'économiser quelques centaines d'euros, sans compter les livres qu'on m'a prêtés.

Sur cette période j'ai lu 50 livres et je compte un abandon. Le coût global de mes lectures s'élève à 555,54 euros. On n'imagine pas combien c'est cher de se cultiver! Ceci étant dit, je n'ai réellement déboursé que 195,81 euros. Grâce aux prêts j'ai économisé 347,73 euros. Ce n'est pas négligeable! J'ai pu par ailleurs lire des ouvrages que je n'aurais pas forcément achetés. Vive la bibliothèque et les amis!

P1030262 Salon livre.jpg

09/07/2012

Et on met quoi dans la valise?

Faire une valise, c'est toujours un peu le casse-tête. Prendre assez de vêtements sans trop se charger, y caser les chargeurs du mobile et de l'appareil photos ainsi que les produits d'hygiène et les médocs, y glisser un coupe-vent voire un vêtement de pluie au cas où le ciel ferait des siennes et, bien sûr, pour tout LCA (lecteur compulsif anonyme) qui se respecte, y ajouter quelques livres. Et là, entre nous, ce n'est pas la tâche la plus facile.

vacances,lecture,livres,écriture,souvenirs,voyages,actu,actualité

Personnellement, je prends en compte la durée des vacances, le lieu, et les activités que je compte pratiquer mais c'est mon humeur du mois précédent le départ qui le plus souvent détermine mon choix. Ceci étant dit, je prends rarement des livres trop longs, trop sérieux et trop lourds. Je privilégie les formats poche. Quand on part en voiture, en bus ou en train, on ne fait pas trop attention au poids des bagages. Mais quand on prend l'avion, on a intérêt à se limiter au niveau livres, sinon c'est la surtaxe à l'aéroport ce qui, entre nous, serait quand même bête. Mieux vaut avoir les sous pour en profiter en vacances... Et puis il est rare de ne pas trouver une librairie sur place (à moins d'être dans un trou perdu) si l'on est à court de lectures.

vacances,lecture,livres,écriture,souvenirs,voyages,actu,actualité

Partant une quinzaine de jours cette année, j'ai décidé d'emporter des lectures qui n'ont strictement rien à voir avec le lieu que je vais visiter. Je glisse trois bouquins dans la valise, trois lectures très éclectiques: Les vestiges du jour de Kazuo Ishiguro, Rosa candida d'Audur Ada Olafsdottir et The Buddha of Suburbia d'Hanif Kureishi. Comme le dit très justement Sylvain Tesson dans  son ouvrage Dans les Forêts de Sibérie, "il ne faut jamais voyager avec des livres évoquant sa destination. A Venise, lire Lermontov, mais au Baïkal, Byron".

vacances,lecture,livres,écriture,souvenirs,voyages,actu,actualité

Outre ces ouvrages, je vais également emporter un petit carnet. J'y rédigerai en quelques mots un condensé de mes journées. Trois lignes évoquent parfois plus que dix pages. Et ça permet de faire le point avec sa mémoire. La photo dudit carnet ci-dessous...

vacances,lecture,livres,écriture,souvenirs,voyages,actu,actualité

22/04/2012

Sortie: "Nuit d'encre" - Ph. HUET

9782226241337[1].gifPhilippe Huet était au Club de la Presse de Haute-Normandie mercredi pour présenter son tout dernier polar, "Nuit d'encre", édité chez Albin Michel. Il y raconte en quelque sorte les coulisses d'une rédaction sous couvert d'une trame policière. Il s'est inspiré de son expérience pour rédiger ce roman. Ancien journaliste ayant officié principalement à Paris-Normandie, il met en scène deux personnages qui pour l'un rappelle Pierre-René Wolf, qui a dirigé Paris-Normandie de 1945 à 1972, et pour l'autre Robert Hersant, éditeur de presse et fondateur du Groupe Hersant.

"Dans le Rouen démocrate chrétien des années 70, les conflits de la dernière guerre ne sont pas éteints. Petit imprimeur d'origine juive, Paul-Henry Sternis fut un résistant actif. Devenu un brillant journaliste, il règne aujourd'hui, malgré la maladie, sur le puissant quotidien régional. Mais l'ancien patron du journal, collaborateur notoire réfugié en Suisse, qui a décidé de sa perte, entreprend de manipuler les actionnaires de Sternis un à un, rachetant les actions en sous-main. Au-delà d'une prédation financière, il s'agit d'une vengeance personnelle. De l'intimidation à la trahison, on passe au crime. Soudoyés, le chauffeur et la dame de compagnie de Sternis précipitent sa fin en substituant des placebos à son traitement médical. Les vautours vont gagner et la bourgeoisie rouennaise se tait..."

Nuit d'encre - Philippe HUET - Ed. Albin Michel - 2012

P1120629 Ph HUET Avril 2012.jpg

Philippe Huet au CPHN

06/02/2012

Wislawa Szymborska s'est éteinte

La poétesse polonaise Wislawa Szymborska est décédée mercredi 1er février à Cracovie à l'âge de 88 ans. Prix Nobel de littérature en 1996, elle était l'auteur d'une vingtaine de recueils de poèmes plus ou moins philosophiques portant sur des questions morales de notre époque dans un style étudié. Indépendante d'esprit, elle est toujours restée à l'écart de la vie politique, comme bon nombre d'intellectuels polonais pour qui la dimension spirituelle de la vie prévaut sur le reste.

szymborska[1].jpg

Sous une petite étoile

  • Que le hasard m'excuse de le dire nécessité,
  • et qu'elle-même m'excuse si malgré tout j'ai tort.
  • Que le bonheur supporte que je le prenne sans façons.
  • Que les morts me pardonnent ces souvenirs fanés.
  • Et le temps, les univers manqués par seconde.
  • Pardon à l'amour ancien si le nouveau est premier.
  • Guerres lointaines, permettez ces fleurs dans le salon.
  • Plaies ouvertes, excusez mes égratignures.
  • Que les clameurs montant des abîmes pardonnent ce menuet.
  • Et les gens dans les gares - mon sommeil matinal.
  • Sois indulgent, espoir harcelé, laisse-moi rire parfois.
  • Oubliez, déserts, que je n'accoure avec une cuillerée d'eau.
  • Et toi, vieil épervier, toujours dans la même cage
  • fixant depuis des lustres le même point dans l'espace
  • veuille bien m'absoudre encore, fusses-tu empaillé.
  • Pardon à l'arbre abattu pour les quatre pieds de la table.
  • Pardon aux grandes questions pour les petites réponses.
  • Vérité, ne fais point trop attention à moi.
  • Gravité, j'implore ta miséricorde.
  • Souffre, mystère de l'être, que j'arrache des fils à ta robe.
  • Ne m'en tiens pas rigueur, âme, de ne t'avoir trop souvent.
  • Que me pardonne le tout de ne pouvoir être partout.
  • Que me pardonnent tous de ne pouvoir être chacun.
  • Je sais: tant que je vis, je n'ai aucune excuse,
  • car je me fais ainsi obstacle à moi-même.
  • Pardonne-moi, langue, d'emprunter des mots pathétiques
  • et de faire l'impossible pour qu'ils paraissent légers.

15/01/2012

Sortie: "Un avion sans elle" - M. BUSSI

asl11-180x300[1].pngUn avion sans elle, le dernier livre de Michel Bussi, est sorti le 12 janvier aux Presses de la Cité (22€). L'auteur signe là son septième roman. Spécialisé dans le genre policier il remporte un grand succès auprès du public depuis plusieurs années. Son dernier titre, Nymphéas noirs, est le roman noir le plus primé de l'année 2011. Voir ma critique du livre ICI.

Dans Un avion sans elle, Michel Bussi nous balade de la Butte-aux-Cailles jusqu'à Dieppe, puis du Val-de-Marne aux pentes jurassiennes. Deux familles, l'une riche, l'autre pas, se déchirent pour que leur soit reconnue la paternité d'un bébé de trois mois rescapé d'un crash d'avion.

Dix-huit ans plus tard un détective privé prétend avoir découvert le fin mot de l'histoire mais il est bientôt retrouvé assassiné en laissant derrière lui un cahier avec tous les éléments de son enquête. Ce qu'il a découvert n'est-il que le résultat de coïncidences ou bien quelqu'un manipule-t-il les acteurs du drame?

Voilà un roman policier qui promet de belles heures de lecture! 

Si vous voulez en savoir un peu plus sur l'auteur c'est ici: www.michel-bussi.net